Corps & Âme

Yoni.

Aujourd’hui, je vais aborder avec vous un sujet intime. Intime, l’est-il vraiment ? Je ne sais pas. Il l’est pour moi, parce qu’il est gênant. Et ce qui est gênant, souvent, la pudeur et la honte intiment de le cacher.

S’il y a des initiées parmi vous, vous avez déjà compris. Sinon, peut-être que vous allez trouver ça vraiment étrange. Peut-être que vous allez découvrir un fabuleux outil.

J’ai entendu parler de Yoni, et de la pratique de l’oeuf, il y a peut-être 10 mois. C’était grâce à la TV de Lilou, au hasard de mes aventures sur Youtube. J’avais une femme, en face de moi, qui m’expliquait en quoi c’était génial d’insérer des oeufs – taillé dans des minéraux – dans son vagin.

Moi qui n’insère jamais rien dans mon vagin – je veux dire, toute seule, et qui ne serve pas à retenir l’écoulement de mes règles -, tout de suite, ça m’a fait quelque chose.

J’étais gênée et embêtée. Tout simplement parce que je ne suis pas à l’aise avec l’idée de découvrir plus cette partie de mon corps, et encore moins avec celle de lui (me?) donner du plaisir. Mon sexe, l’intérieur, l’extérieur, j’en ai une connaissance « scientifique » experte. Mais je n’ai pas d’autres rapports avec lui. Il est là, il me sert physiologiquement, et s’il pouvait se cantonner à ça, ça m’arrangerait.

Enfin, c’est ce que je crois.

Je n’ai pas un rapport sain avec lui. Et ce n’est pas parce que ma libido est faible. Non, ça, ce n’est pas un problème, c’est moi et c’est tout. C’est parce que je suis extrêmement mal à l’aise à l’idée de le rencontrer vraiment.

Piquée à vif, j’ai décidé que je devais prendre cette gêne à bras le corps. Ils ont bon dos, mes discours sur la gestion de nos incapacités, si je fais l’autruche avec mon problème le plus imposant !

Mon plaisir, il se trouve de l’autre côté du miroir. En général, passer les doigts sur la glace suffit à me refroidir. Ca me gèle jusqu’aux os, alors je n’ai pas le courage d’aller le chercher. Parfois, le miroir se trouble, je me rends compte qu’il est devenu de l’eau.

Je tente une traversée, j’essaie d’échapper aux sirènes, je touche à peine son aura trouble que j’ai peur que la glace se reforme et m’emprisonne à jamais. Je mourrai noyée. Alors, vite-vite, je remonte, j’efface mes traces et fais comme si rien ne s’était produit.

De quoi ai-je peur, au fond ? Qu’est-ce qui me l’interdit ?

J’entrevois les causes de mon trouble. Il y a la façon dont D. a traité mon corps et mon consentement durant deux ans. La façon dont je l’ai moi-même traité à la même période. Il y a les histoires d’inceste qui courent un peu partout dans ma famille. Et je sens qu’il y a d’autres choses encore, que nous portons justement en famille : je ne sais pas ce que c’est mais c’est très lourd. C’est là depuis le début.

Ce n’est pas obligatoire de se faire du bien toute seule. Je pourrais me contenter de mes passades à deux, et c’est ce que je fais. Mais je sens bien que quelque chose cloche … Quelque chose cloche.

Qu’est-ce que c’est, l’oeuf de Yoni ?

C’est un oeuf taillé dans une pierre semi-précieuse. Un minéral. L’un des principes se base sur la litothérapie : la pierre va travailler avec/en soi, pour renforcer et libérer ce qui doit l’être.

Il s’agit donc d’insérer l’oeuf dans sa Yoni : mot sanskrit qui, dans l’hindouisme, désigne le sexe féminin, symbole de l’énergie féminine, sacré.

Beaucoup de femmes s’en servent pour rééduquer leur périnée. Ca ne m’intéresse pas. Je crois que la majorité s’en sert pour renouer avec elles, avec ce qu’il y a de sacré en elles, pour guérir et s’épanouir.

On prête plusieurs origines à cette pratique. Il semblerait que ce soit taoïste mais pour être honnête, le taoïsme, c’est très flou pour moi (bien que ça m’intéresse !). J’ai lu ceci : les concubines de l’empereur de Chine le pratiquaient, c’était un secret bien gardé, et leurs oeufs étaient tous taillés dans le Jade.

La découverte

Moi aussi, j’ai envie de guérir et de m’épanouir. Et je suis très curieuse. Mais la peur et les interdits m’ont retenue. D’abord, j’ai cherché d’autres témoignages, des documentaires, des vidéos. On trouve peu de choses, la pratique est à peine en train de se démocratiser.

J’ai pris connaissance d’un groupe FB. J’ai décidé de m’y inscrire et j’ai lu, tous les jours sur mon fil d’actualité, en clandestine, les questions et pratiques des unes et des autres. Plus je lisais, plus j’avais l’impression d’avoir trouvé la solution.

Ces femmes faisaient preuve d’une superbe ouverte d’esprit. Elles envoyaient de l’amour, et tant d’espoir ! Je les sentais de là où j’étais. Elles m’indiquaient le chemin mais je ne pouvais pas me résoudre à faire un pas de plus. Coincée sur la ligne de départ. Ballottée entre l’envie et cette retenue crasse dont j’ignore la source, j’ai patiemment attendu que mon corps dise oui.

J’ai commencé à leur poser des questions, à leur dévoiler mes failles. Je n’ai jamais reçu autant de bienveillance. Je baignais dans leur certitude que j’y arriverai. Si je n’y croyais pas, elles savaient pour moi. Un pas de plus.

J’en ai parlé à mon amoureux, avec la crainte qu’il se moque de moi (il ne le fait jamais, mais j’ai toujours peur qu’on se moque de moi, c’est fou !). Il a accueilli la nouvelle avec beaucoup d’enthousiasme. Il est le mieux placé pour comprendre à quel point ce renouement est nécessaire. Un pas de plus.

J’ai commencé à visiter les sites de vente en ligne, puis à planifier un achat. A réfléchir à la pierre qu’il me faudrait, à sa taille, à sa provenance. Autant de petits pas cruciaux.

Puis, 8 mois après, mon corps à dit « Ok ». J’ai passé commande.

A l’heure où j’écris ces lignes, je n’ai pas encore reçu mes oeufs (j’en ai choisi deux). Je suis très incertaine quant à leur utilisation. En toute honnêteté, il y a peu de chance que j’y arrive, que j’aille jusqu’au bout et que j’ose les laisser me pénétrer.

Des angoisses me rattrapent. Cette sensation de tabou opaque autour de mon sexe. Comme si « un méchant » s’y trouvait. Je repense souvent à la scène de masturbation de Black Swan. Elle m’a profondément marquée et j’aurais préféré ne jamais la visionner.

Elle revient me hanter dans mes cauchemars : je suis elle, à deux pas de l’orgasme, je meurs d’envie de me toucher, je le fais et la seconde d’après, je me réveille en panique, le ventre tordu. L’atmosphère lugudre et lubrique a disparu autour de moi, mais reste cette angoisse sourde fondue à mon excitation : je suis incapable de savoir si dans la réalité, j’ai posé mes doigts sur mon pubis ou pas. Ca me terrifie.

Les oeufs sont en itinérance. Bientôt, ils seront dans ma boîte aux lettres. Puis dans mes mains. Puis dans mon lit. Peut-être à proximité de ma Yoni. Dedans ? … Dans six mois ou un an, je l’espère. Quoiqu’il en soit, le simple fait de les avoir commandés, de savoir que bientôt je les aurais près de moi, me fait beaucoup travailler.

Pourquoi je pense que ça va m’aider

Ca fonctionne déjà. Je réfléchis beaucoup, et j’envisage de plus en plus ma relation avec ces minéraux : la sensation de malaise perd petit à petit de son intensité. Il faut savoir qu’on ne parle pas là de simples objets qu’on utilise et qu’on laisse dans un coin une fois qu’on a terminé. Il s’agit de créer une véritable relation avec eux.

Une relation avec des pierres ?! Oui, ça peut paraître complètement loufoque et même ridicule, encore un truc de hippie déconnecté.e de la réalité (je vous entends penser !).

Et bien tout se joue là. L’idée, c’est de ritualiser, de rendre ces moments d’utilisation sacrés, et de poser une intention pour/dans l’oeuf. Qu’on croit ou non en les principes de la litothérapie et de la propre volonté de l’oeuf, il faut bien penser que c’est NOUS qui allons travailler. SOI, son conscient, son inconscient, son mental, son corps. Si on ne le veut pas vraiment, c’est comme pour les psys ou les coachs, ça ne fonctionnera pas.

J’ai donc l’intention de faire les choses dans l’ordre. Toute cette histoire a un côté magique et incantatoire qui me plaît beaucoup. C’est grâce à ça que cette tentative n’a pas encore avorté : ça me parle ! Après tout, la magie, ça n’est rien d’autre que de l’intention, non ?
J’ai tenté d’autres choses : les sextoys (j’en ai un qui dort dans ma table de chevet depuis 4 ans, je ne m’en suis jamais servie et c’est déjà un grand pas que je le garde « au cas où »), les thérapies (ça s’est arrêté à la prise de renseignements, je suis incapable d’envisager de parler à voix haute de mes problèmes sexuels à qui que ce soit), les jeux de couple (peu importe quoi, ça se termine toujours en eau de boudin), des exercices en solitaire (impossible, ça me DEBECTE de poser les mains sur cette partie de moi) …

Est-ce que je crois en la litothérapie ? … Oui, et non. C’est quand-même plus oui que non, mais disons que je ne crois pas que ça fonctionne aussi « fort ». Petite, je collectionnais les minéraux. Il y a deux ans, mon père était en pleine dépression. Il m’a montré son petit caillou, enveloppé dans un mouchoir, qu’il garde tout le temps au fond de sa poche. Il m’a expliqué qu’avec cette pierre, tout changeait et la vie redevenait belle. Sur le coup, je me suis dit que ce n’était pas la pierre, c’était lui qui croyait en la pierre. Mais peu importe. Je suis prête à découvrir que si, ça fonctionne aussi fort que ça.

Comment faire ?

L’idée, c’est que l’oeuf est « vivant », chargé en énergies, bonnes ou mauvaises. Lorsqu’on le reçoit, il faut donc le nettoyer. On ne prend pas le risque de s’en servir, on ne sait pas par quelles mains il est passé avant.

C’est un rituel. On va enterrer son oeuf pendant quelques jours, en se basant sur le calendrier lunaire, pour qu’il se décharge dans la terre. Ensuite, on va le déterrer et le placer quelques jours sous les rayons du soleil et/ou de la lune (en fonction de la pierre), pour qu’il se recharge. C’est seulement après qu’on peut commencer à l’utiliser, en gardant bien à l’esprit qu’il faudra répéter ce rituel régulièrement car l’oeuf va travailler pour/en nous : au bout d’un moment, il n’aura plus d’énergie à nous transmettre, il ne pourra plus stocker ce qu’il nous enlève de mauvais.
=> C’est en tout cas ce que j’ai compris, n’hésitez pas à me reprendre si je fais des erreurs !

Ce qui me plaît aussi, c’est que ça touche aux mémoires. Pour le coup, je crois vraiment que je porte les mémoires de mes ascendants, et donc celles de toutes les femmes qui font partie de ma famille (je me fais peut-être des idées, mais je le sens très fort). La pratique de l’oeuf permet de les libérer, pour soi et pour toutes les autres. Je sais que certaines femmes participent à des cercles sacrés dans l’unique but de libérer les mémoires et les traumatismes transmis de génération en génération. Je trouve ça fascinant.

Lorsqu’on commence à travailler avec l’oeuf, il n’est pas conseillé de tout de suite l’insérer. Selon la philosophie, il ne faut pas forcer, il faut laisser le temps au corps de l’accepter. Ce passage à l’acte tout en douceur, personnalisé, enlève un gros poids sur mes épaules : je ne ferai pas mal si je mets 10 ans à y arriver, je peux travailler avec malgré tout. Il n’y a pas d’obligation, le maître-mot est l’intuition.

Au début, on conseille donc de le garder la nuit avec soi, sous l’oreiller. Puis dans la main. Puis près de la Yoni, pourquoi pas la culotte. Puis devant l’orifice, et à ce moment-là, on ne force rien du tout. L’oeuf entre tout seul parce que le corps est OK, ou rien ne se passe et ce n’est pas grave. S’il entre, on conseille de le garder sur des périodes courtes au début, puis après autant qu’on le souhaite. Toujours en partant du principe que l’oeuf sortira de lui-même quand il aura fini.

En bref, on peut l’apprivoiser comme on veut : le porter dans son SG en journée, le prendre dans ses mains durant une méditation, poser une intention en le laissant sur son ventre, s’en servir pour des jeux sexuels, laisser son conjoint le découvrir … Tout est possible et c’est cette flexibilité, cette douceur, qui en fait un moyen de guérir qui me correspond à 100%.

Je ne suis pas obligée de faire des exercices pour mon périnée, mon plaisir ou celui de mon partenaire. Je ne suis pas obligée de ressentir du plaisir ou quoi que ce soit d’autre, je peux simplement me concentrer sur ma guérison et mon for intérieur. C’est juste parfait.

La notion de plaisir, c’est aussi ce qui bloque chez moi. Comme si je culpabilisais de jouir et qu’en même temps, je m’y forçais. Bref, il y a énormément de travail.

Ce que j’ai choisi

Pour les débutantes, on conseille beaucoup le quartz rose (pour la douceur et l’amour) ou le jade (je ne me souviens plus des vertus, mais c’est l’original). On conseille aussi d’écouter son intuition, ou de se baser sur les points – ou les chakras – qu’on aimerait travailler.

Moi, ça ne me disait rien, ces deux minéraux. Allez savoir pourquoi, j’étais très attirée – presque hypnotisée – par le cristal de roche. C’était irrésistible. Je me suis renseignée. Le cristal de roche travail sur le chakra couronne, sur l’ouverture des perceptions et de l’esprit. Il permet de grandir. C’est aussi un minéral qui amplifie l’effet des autres lorsqu’on les met en contact. Ca faisait sens pour moi, j’ai donc sauté le pas.

Mais il fallait surtout que je travaille sur l’ancrage et la sexualité, c’était non-négociable. Pour cela, j’ai choisi la cornaline, que l’on m’a vivement conseillée.

Je les ai toutes les deux choisies sans trou (pour passer une ficelle) : j’estime que je n’aurais pas trop de mal à les récupérer si d’aventure je réussis à les insérer. J’ai besoin qu’elles soient pleines. Ca me fragilisais, l’idée qu’elles aient un trou.

Il y a trois tailles, un peu comme pour les cups. On choisit celle qui nous convient en fonction de notre tonus périnéen (ça ne se dit pas ?). L’idéal est de prendre les trois pour les travailler de la plus grosse vers la plus petite. Mais comme mon périnée m’intéresse peu, j’ai choisi la taille moyenne, parfaite pour les débutantes nullipares.

Il ne faut pas s’imaginer que c’est aussi gros qu’un oeuf ! C’est l’affaire de quelques centimètres.

Les oeufs coûtent relativement cher, il faut compter environ 40€ la pièce. Ca ne me choque pas outre mesure, d’autant plus que le prix qu’on paie a aussi une influence pour la guérison. C’était un budget pour moi, ce qui m’engage à ce que ça fonctionne vraiment !

Je suis très sensible à la question de l’éthique : hors de question que mon minéral ait été prélevé dans une mine ou poli par un enfant, ou dans des conditions déplorables. Je trouve que quand on croit à tout ce que j’ai développé plus haut, c’est vraiment dangereux et irrespectueux pour les travailleurs, la terre, les pierres et soi. J’ai donc tenté d’en trouver des éthiques, mais bon … Je n’ai aucune garantie que ça soit vraiment le cas. Vu d’où ils viennent (Asie ou Amérique latine), ça me chagrine pas mal …

Pour conclure

Si j’ai décidé de vous en parler, c’est évidemment pour vous découvriez un fabuleux outil. Mais c’est aussi pour dédramatiser les problèmes liés à la sexualité et au sexe féminins. Je sais que nous sommes nombreuses.

J’ai visionné hier un fabuleux film proposé par Arte. Des femmes parlaient ouvertement de leur sexualité, de leur rapport à leur corps. Elles osaient se dévoiler, au sens propre comme au figuré, et ça faisait un bien fou. Ca m’a beaucoup chamboulée, je me suis dit que je ne devais pas avoir honte de n’être pas sexuellement épanouie, d’avoir un problème.

Je ne devais pas avoir honte de décrire vraiment tout ça. Pour que petit à petit, plus aucune femme, ni aucun homme, n’aie honte. Ca ne veut pas dire « déballer sa vie sexuelle ». C’est juste un sujet comme un autre. Certes intime, mais plus tabou. Si je me cache, je n’avance pas. Je ne peux pas m’épanouir. Je m’enferme et le problème persiste, devient plus dur et plus difficile à traiter de jour en jour.

Le sexe, il n’y a rien de plus naturel, vivant et sain que ça. Normalement. Alors j’ose.

Connaissez-vous les oeufs de Yoni, ou d’autres pratiques de ce genre ? Le sexe, dans sa globalité, est-il un problème pour vous ? Comment faites-vous, pour guérir et vous épanouir ?

Semer un peu de magie et de poésie dans le quotidien.

9 commentaires

  • Marie Kléber

    J’arrive tardivement sur ce billet qui il y a quelques semaines ne me disait rien. Et puis récemment je suis arrivée sur la page de Lilou, celle de son livre et des oeufs. Et étrangement quelque chose a fait tilt.
    Je redécouvre une sexualité épanouie. On peut dire que c’est un sujet essentiel pour moi, que j’ai relégué au placard tout le temps de la relation avec mon ex-mari, avec lequel tout ce qui est « naturel » ne l’était pas.
    Je me suis longtemps fermée, me sentant « hors norme ». Beaucoup de tabou autour du plaisir seule ou à deux d’ailleurs. Le chemin se fait désormais à deux. Toutefois je suis consciente que la connaissance de mon corps, l’acceptation, le contact avec moi même de l’intérieur, c’est aussi un chemin personnel et sacré. J’ai envie de le faire.
    Donc merci Rozie pour cet article. Peut-être qu’il fallait que tes mots opèrent, que je me sentes prête pour la prochaine étape de ma « quête » d’harmonie.
    Quant à la lithothérapie, moi qui étais sceptique je me rend compte de plus en plus du pouvoir des pierres. J’en ai quelques unes à la maison, sinon je les porte en bracelet ou en malas.

    • Rozie

      J’ai reçu mes oeufs hier, Marie ! Du coup, en as-tu commandé ?

      Je suis aussi dans cette démarche de (re)découverte de mon plaisir, de mon corps, de ce chemin qui est effectivement personnel et sacré. Mais ça n’est pas simple, d’autant plus que nous sommes deux et qu’il y a des demandes, des envies, des divergences. Mais j’ai reçu mes oeufs hier, et j’étais contente de les recevoir. Ils m’ont tout de suite rassurée, j’aime la sensation de les avoir dans ma main et pour la première fois, ça ne me fait pas peur ni me dérange d’aller plus loin avec !

      Je te souhaite de poursuivre ton joli chemin, ça à l’air chouette ! J’ai hâte d’y être moi aussi … !

  • Ornella

    Ah enfin ton billet sur les oeufs de Yoni !C’est toi qui m’a fait découvrir cette pratique, je n’avais jamais entendu parler de ça. C’est marrant que tu lis choisi la cornaline, c’est le sujet de mon prochain article de litothérapie. J’ai hâte d’avoir ton ressenti !

    • Rozie

      Alors j’ai hâte de le lire (et je trépigne d’impatience à l’idée de recevoir mes oeufs) ! Tu te sers de la Cornaline, donc ?

      Ca me fait plaisir de faire découvrir des choses à d’autres. C’est chouette, le partage !

  • Anne-So - Ze PermaLab

    C’est très chouette que tu aies réussi à dépasser tes blocages un à un et que tu oses en parler ! Bravo 🙂
    Il est très intéressant cet article Rozie : je n’avais jamais entendu parler de ce sujet ! Et je trouve très « mignon » cet aspect rituel.
    Concernant ce lien que tu sens avec les femmes de ta famille, association d’idées, ça me fait penser à un ami qui a une sensibilité accrue à tout ce qui est lié à l’énergie et sa circulation. Il a beaucoup travaillé cette sensibilité notamment au travers d’une pratique très assidue de la méditation. Et il a transmis cette sensibilité à certains de ses enfants. Peut-être que te rapprocher d’un cercle de femmes qui abordent ce genre de thématiques te serait bénéfique ? Je dis ça comme ça – je ne suis pas fine connaisseuse en spiritualité et thématiques liées 🙂
    Merci pour ce partage !

    • Rozie

      Celui-là, je crois que je ne l’ai pas encore dépassé, mais c’est en cours !
      Merci :).

      Oui, c’est « mignon » pour ceux qui voient ça de loin, et plus tu entres dans le truc, plus ça devient vraiment important. Au début tu souris en le faisant, en te disant que bon … Pourquoi pas ! Et puis tu te prends au jeu et ça devient sérieux.

      Je pense qu’à l’occasion, je testerai le cercle de femmes ! Déjà la retraite de yoga cette année. L’année prochaine, j’aimerais faire un stage de danse contemporaine, dans une approche de reconnexion avec soi, et effectivement intégrer des cercles de femmes. Il faut que je me renseigne !

  • Illyria

    Très intéressant cet article, merci!
    Je ne connaissais pas la lithothérapie avant que je sois avec mon copain, mais comme il est adepte de cette pratique, je dois avouer que ça m’intrigue et que j’aimerais plus m’y intéresser aussi (mais c’est son ex qui l’a initié, donc j’avoue que ça me freine de reproduire ça :p), et donc j’avais lu que les pierres sont des minéraux et que nous sommes constitués de minéraux aussi, et c’est pour ça que les deux peuvent entrer en résonnance, et ça fait sens pour moi en fait. Il n’y a rien à perdre de tester de toute façon 🙂
    J’utilise un cristal de quartz depuis cette semaine pour me donner de l’énergie et je suis convaincue pour le moment, à voir sur le long terme!
    C’est une bonne démarche que tu entreprends en tout cas, j’espère que cela t’aidera à te sentir plus à l’aise avec toi-même! Et en effet le sexe c’est naturel, c’est dommage que ça soit un sujet tabou, donc il faut oser en parler!

    • Rozie

      Merci Illyria !

      Vu les conditions, je comprends que ça te rebute un peu, c’est humain !

      Oui, ça fait sens. Il n’y a rien à perdre à tester et même si tout est faux, ça n’empêche pas l’affaire de fonctionner, puisque ce qui importe, c’est qu’on y croit et qu’on le veuille. La force de l’esprit, c’est vraiment intrigant et fabuleux.

      Quels effets tu ressens ? Je suis très curieuse. J’ai hâte de recevoir mes oeufs, l’attente se fait longue.

      PS : bien reçu ton mail, j’ai noté que tu serais des nôtres :).

      • Illyria

        Pour les effets du quartz, j’ai pris un bain à la liqueur de quartz un dimanche aprem (on laisse le quartz dans de l’eau toute une nuit pour que l’eau se charge en énergie et ensuite on met l’eau dans le bain), et la semaine d’après je n’avais jamais été aussi énergique, je n’ai pas été fatiguée de la semaine alors que d’habitude il y a toujours au moins un jour où je le suis…
        Je porte aussi la pierre sur moi, et je me sens un peu moins fatiguée aussi. Je ressens le besoin de l’enlever aussi au bout d’un moment parce que je me sens moins bien, comme si je n’avais plus besoin de son énergie. (Mais si ça se trouve c’est dans ma tête tout ça :D)
        Enfin c’est encore tout récent, mais pour le moment j’aime bien, je trouve sa présence rassurante.

        Oui dans tous les cas, cela t’incite à te concentrer sur cette zone avec laquelle tu as des difficultés, cela ne peut que te faire du bien!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :