Je ne porte plus de soutien-gorge.

Soutiens-gorge

Je me souviens de la première journée que j’ai passé avec un soutien-gorge. J’avais douze ans, j’étais en cinquième, il était bleu marine, et j’avais insisté auprès de ma maman pour l’avoir. Ma poitrine en était à ses balbutiements, je n’en avais pas besoin mais je voulais passer ce cap. Faire comme les autres, grandir, avoir un corps de femme et le traiter comme tel.

C’était atroce. Il me serrait, il me grattait. J’étais gênée dans tous mes mouvements. Les bretelles me sciaient les épaules et la fermeture se plantait dans mon dos. Je le réglais probablement mal. Ou alors je me suis habituée à la douleur.

J’aimais beaucoup les soutiens-gorge. J’adorais les choisir, fleuris, en dentelle, colorés, sexy … Le parfait accessoire, pour une nana coquette comme moi. J’en avais des dizaines que j’assortais au gré de mes tenues, au gré de mes humeurs. Ils m’offraient une belle poitrine, ronde et standardisée, plantureuse malgré mon 85b.

Pourtant, quand j’étais de retour chez moi après plusieurs heures de travail, mon premier réflexe pour être enfin à l’aise était de le retirer lui, plus qu’un autre vêtement. Et je respirais. J’avais ce mouvement frénétique qu’ont les chiens pour se libérer de l’eau pesante sur leur parure.

L’hiver arrivait et avec lui les pulls, doudounes et autres écharpes. Au travail, il faisait tellement froid que nous portions tous une polaire offerte par la direction. J’ai pensé que sous cet attirail, personne ne verrait la différence si j’omettais un matin d’agrafer mon soutien-gorge. Alors j’ai testé. J’ai acheté des débardeurs pour les porter sous les pulls, et je suis sortie.

Les premiers jours, c’est une sensation étrange. Je sentais mes tétons réagir au tissu. Ils n’étaient plus protégés par des coussinets, je les voyais poindre souvent. Ce n’est pas forcément agréable de réapprendre cette perception. Et puis mes seins bougeaient beaucoup quand je marchais. J’avais l’impression qu’ils pouvaient vraiment se balader, sauter et rebondir.

Mais ce que j’ai surtout ressenti, c’est la liberté : L.I.B.R.E (*musique*). Je ne peux pas faire plus de mouvements qu’avant, mais je les fais dorénavant avec une aisance totale. Certaines douleurs ont d’ailleurs disparu. Les marques sur mon dos, mes épaules et sous mes seins se sont effacées. Je trouve que ma peau est devenue plus jolie, et que mon porté s’est amélioré. Mes seins se sont redressés, ils ressemblent à des volcans. Je les adore. Je me sens belle. Et femme. Tellement plus femme qu’affublée de balconnets ! J’ai des « vrais » seins.

Bien sûr, l’hiver est passé et j’ai dû apprendre à assumer ma poitrine libre sous les T-shirts et sous les robes. Je craignais qu’on remarque mes tétons et qu’on me sexualise. A Lyon, sortir seule sans rien sous mon haut m’effrayait. Le téton est le symbole sexuel par excellence. Tout le monde est gêné ou excité à sa vue. Quand je ne pouvais pas me cacher sous une veste ou un foulard, quand j’avais une soirée avec des amis, ou quand je passais un entretien, je revenais en rechignant vers mon faux-ami.

Après neuf mois d’essai, je passe 95% de mon temps la poitrine libre. L’été est là et je n’ai plus peur de porter mes robes comme ça. Je suis complètement à l’aise avec ma famille, et je sors en toute impunité aux yeux d’inconnus. J’ai donné la quasi-totalité de mes soutiens-gorge à ma maman, et j’en ai gardé une petite dizaine « au cas où ». Essentiellement sans bretelles et sans armatures, ça me rassure de les avoir. Avec les amis, ça dépend. Parfois j’y arrive, et d’autres fois je recule.

Je me suis détachée de cette image sexy du téton. Non, il ne représente pas mon sex-appeal. Oui, il fait partie de moi, il est naturel, il pointe parfois et ça ne me gêne pas. A mes yeux, les soutiens-gorge sont devenus des accessoires futiles. On essaie de me faire croire que j’en ai besoin, qu’il faut que je les paie cher et qu’ils me rendent femme. C’est faux. Je suis beaucoup mieux sans. Evidemment, ce discours ne s’applique pas à toutes les femmes, et certaines ont vraiment besoin de ce soutien. Mais pas mon 85b.

Les « free boobies » expliquent qu’il y a corrélation entre le port massif du soutien-gorge et le cancer du sein. Je ne sais pas s’il faut y croire. Je sais qu’à l’inverse il ne m’arrivera rien de néfaste sans lui. Mes seins commenceront peut-être à pendre plus tôt, mais nous sommes tous soumis aux lois de la gravité et à la vieillesse. Ca ne me dérange pas. D’autant plus que je serai la seule à les voir, ou presque.

Et mon mari, qu’en pense-t-il ? Il a remarqué que ma poitrine était plus belle et me complimente. Mes tétons sont moins sensibles et ça lui sied à merveille ! Il se fiche que je sorte la poitrine libre. Il n’aurait de toute façon pas son mot à dire, comme moi je ne le forcerais pas à porter des slips de maintien. J’ai plusieurs corsets coquets, quand l’envie de me prend de paraitre un peu plus désirable, et de très belles petites culottes.

Je ne porte presque plus de soutien-gorge. J’apprends à accepter mon corps unique, si beau, et n’essaie plus de le fondre dans des moules standardisés. C’est tellement agréable de se laisser vivre, n’est-ce pas ?

Rendez-vous sur Hellocoton !


74 thoughts on “Je ne porte plus de soutien-gorge.

  1. Melia Répondre

    Coucou !

    Tout d’abord merci pour cet article !

    Pour ma part, je m’y suis mise depuis peu. J’ai encore un peu de mal avec le regard des autres car quand je marche mes seins ont tendance à ballotter et si en plus j’ai les tétons qui pointent malgré ma petite poitrine, ça se remarque beaucoup.
    Je ne me suis pas pris de remarques mais plutôt des regards et c’est vrai que c’est un peu gênant au début.
    Mais peu importe, il y a juste un travail à faire.
    Et puis c’est tellement plus joli un haut sans bretelles ou bardot sans soutien gorge 😉

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Je t’en prie, merci à toi ;)!

      Le regard des autres s’apprivoise avec son propre regard. Ça prend du temps, ça se fait en douceur, mais ça avance bien, tu verras !

      Cet été, c’est mon deuxième. Je mets des robes, on voit bien la forme de mes seins et mes tétons pointés mais je n’en ai plus rien de rien à faire ! Il m’aura fallu deux ans. Avant, j’étais comme toi !

  2. Lydia Répondre

    par contre il n’y a pas de risque qu’ils tombent à force, avec une poitrine genre 90B ? je ne voudrais pas me retrouver avec des sacoches meme de dimensions raisonnables, je n’ai plus 30 ans…

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Je fais un 85B, et je vais avoir 25 ans. J’ai arrêté il y a deux ans, maintenant. Ils ne tombent absolument pas ! Au contraire, même. Ils sont beaucoup plus haut, tendus, ronds qu’avant.

      Mais ça .. Avec l’âge, seul l’avenir le dira !

  3. Lydia Répondre

    c’est dingue le n’ombre d’hommes qui viennent acclamer ce genre d’initiative 😀 !
    Concernant l’inconfort, je pense que la plupart des marques du commerce sont assez mal fichus car pour ma part meme si je supportais et n’enlevais jamais le mien avant le soir, j’ai toujours trouvé que ça gratte, et meme sans dentelle, au niveau des coutures, des bretelles, bref, un sg confortable à part les brassieres de sport je ne trouvais pas souvent.

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Les SG vraiment confortables, effectivement, c’est ultra-rare ! Personnellement, je n’en ai jamais trouvé … C’est dommage !

      Oui, certains hommes y sont sensibilisés, c’est chouette ! 🙂

  4. Lydia Répondre

    Hello,
    Alors j’ai arreté d’abord par phases pour tester après avoir parcouru quelques articles sur le sujet et vraiment ça m’arrange à tout point de evue car déjà : les soutifs ça gratte ça serre ce n’est jamais vraiment adapté – je faisais du 90A en mensurations mais dans les faits pas assez de tissu pour recouvrir – ,j’ai trouvé du choix à ma taille vraiment trop tard, il faut en changer selon les tenues, les laisser reposer, ça revient vite hyper-cher, les bretelles cisaillent les épaules, on voit les tétons à travers ou ça fait des pare choc énormes, bref.
    Comme j’ai peu de poitrine à la base la pesanteur ne m’a pas posé problème, le problème était réglé je pouvais enfin balancer ces maudits soutifs du moins jusqu’à aujourd’hui car je ne sais pas si c’est lié, mais bien que ma poitrine ait légerement remonté, elle a aussi augmenté, et je suis physiquelent et psychologiquement genée par son poids. Et puis je n’arrive pas à faire abstraction des tétons, pour moi ça fait sinon sexy du moins mama déshabillée et ça me gene je trouve que ça me donne l’air aussi bete que si je montrais mes pieds (il faut un physique pas trop charnel pour ça, je trouve), donc pour l’été je vais me procurer des cache tétons. Par ceux des autres ne me dérangent pas ce n’est qu’une poitrine. C’est juste parce que pour ma part je suis timide et que j’ai déjà assez de mal à assumer mon corps (forte ossature, formes féminines, plus de 40 ans). J’ai retrouvé une photo de moi à 40 ans j’étais pourtant mince (aucune forme à l’époque, ça me manque) et assez musclée, mais avec les tétons qui pointaient sous le dos nu et ma tronche sensuelle genre bouche pulpeuse et traits assortis à l’ossature je trouve que j’avais l’air débraillée et un peu con, ce qui n’engage que moi. Si j’avais été fine de charpente avec un visage féminin ou très jeune je m’en serais foutue. En tout cas j’apprécie d’apprendre qu’autant de femmes commencent à s’en passer et que ça se passe bien pour elles, car c’est vrai qu’on est vite persuadée que tout le monde a les yeux braqués sur nos défauts ou sur le moindre bout de corps visible.
    sans soutif dans le métro ? je rêve, ce pays de libertés vestimentaires (enfin liberté, les français ont le chic pour détailler le physique du voisin) existe encore 😀 ?

    1. Rozie & Colibri Répondre

      En France, le mouvement sans SG en est à ses balbutiements. Mais dans les pays scandinaves et partout ailleurs dans le monde, c’est très répandu de sortir sans SG, de vivre sans SG ! En France, ça viendra, c’est entrain ! 😉

      Pour le côté sensuel, je comprends … Il faut rééduquer ses principes, ses images. Finalement, c’est quoi, être sensuel.le ? Est-ce une histoire de téton ? Est-ce une attitude ? Est-ce autre chose ?

      Pour moi, c’est une question d’attitude, pas de téton visible. Les mecs ont des tétons, qui pointent aussi. Et pourtant, ils ne sont pas sensuels pour autant !

      Pour ta prise de poids à ce niveau-là .. Je ne pense pas que ce soit lié, mais honnêtement, je ne suis personne pour le savoir …

  5. Suny Répondre

    Coucou !
    A mon tour de venir m’installer par chez toi ^^ J’avais déjà lu plusieurs de tes articles, surtout via les sélections HC, mais je n’ai jamais sauté le pas du commentaire (je ne sais pas pourquoi, je suis toujours timide quand il s’agit de poser mon sac chez quelqu’un ^^ Bref…)
    Le soutien-gorge ! J’aurais pu écrire tout ce que tu dis, sauf sur la partie libérée. Je n’ai jamais été trop fan du soutif, et mon 85b ne le justifie pas non plus. Mais j’ai toujours eu cette gêne qu’on voie Le Téton… de moins en moins, mais j’ai encore du mal à m’en débarrasser.
    J’ai toujours eu cette habitude de me débarrasser de mon soutif en rentrant à la maison après le boulot (ou l’école, à l’époque), avant toute chose. A l’extérieur, j’arrive à le tolérer la plupart du temps, mais à la maison, impossible ! Cet hiver, j’ai commencé à l’enlever en cours de journée au boulot, bien protégée sous mes gros pulls… la grosse guedin ! Là, en été, c’est un peu plus dur. A la seconde où je t’écris, je ne rêve que de ça : détacher ce truc et l’envoyer au pif dans le dressing jusqu’à ce que je doive le remettre demain !
    Bref, j’ai encore ce petit blocage, mais je travaille à m’en débarrasser, et j’espère devenir, moi aussi et très bientôt, une heureuse adepte du no-bra.
    D’autant plus que, passant du coup une majeure partie de ma vie « les nichons à l’air », et n’ayant moi non plus aucun problème de gravité, bien au contraire, je peux déjà confirmer que se passer de soutif ne fait certainement pas tomber les seins plus vite. Du moins, comme tu le dis, quand on a la chance d’avoir une poitrine menue. C’est peut-être le cas aussi des poitrines plus fournies, mais là, je suis incapable de témoigner :p

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Oh, il ne faut pas être timide ! Promis, je ne mords pas, au contraire ;).

      Je comprends cette gêne du téton. Il m’a fallu deux ans pour m’en débarrasser. Maintenant, c’est chose faite, je m’en fous ! Effectivement, j’ai certains regards parfois .. Mais c’est très rare en fin de compte.

      Je considère que c’est vraiment une chance d’avoir une poitrine menue. On est libre de nos mouvements, ça ne pèse pas lourd, ça ne fait pas mal … Et on peut faire ce qu’on veut !

      Je te souhaite un bon cheminement dans cette voie ;).

  6. Lafilledelencre Répondre

    5 mois sans soutien-gorge et je revit ! Je suis pourtant loin d’un petit 85 A 🙂
    Pendant longtemps, j’ai détesté mes SG que j’enlevais même dans ma voiture après le boulot, tant je n’en pouvais plus de ce carcan.
    Depuis, je porte des caracos et top fins sous mes vêtements. Je redoute un peu l’arrivée du printemps, je ne sais pas trop comment gérer ce passage … je pense aller acheter un petit triangle histoire de parer aux journées trop exposées …
    On verra bien !

    1. Rozie & Colibri Répondre

      J’ai redouté aussi l’arrivée du printemps … Mais en fait, on s’habitue déjà l’hiver à son image sans soutien-gorge. Du coup, ce n’est pas tellement plus « voyant » en été. On a peur des autres mais ils s’en aperçoivent rarement. Au début, j’avais tout le temps l’impression de tout le monde avait les yeux rivés sur mes seins. Alors je me suis mise à regarder ceux des autres, et j’ai remarqué qu’un tas de femmes de portaient en réalité pas de soutien-gorge et qu’elles le vivaient très bien dans le métro …
      C’est un habitude à prendre !Je te souhaite que ça se passe pour le mieux.

  7. Juliette Répondre

    Dans tous les articles anti soutien gorge que j’ai pu lire, il était quasiment à chaque fois mentionné qu’un soutien gorge était inconfortable, voire même douloureux. Or je tiens à rappeler qu’un sg bien coupé et surtout à la bonne taille ne cause ni gène ni douleur. La plupart des femmes ne portent pas la bonne taille, c’est bien connu. Si c’est le cas pour vous, il est normal que vous vous sentiez plus à l’aise sans soutien gorge.
    De plus, tous les témoignages de femmes qui ont arrêté de porter des sg sont des femmes ayant une poitrine menue ou moyenne. Quand on a une forte poitrine, c’est plutôt en ne portant pas de sg que l’on souffre, les chocs recus lors de la marche, de la montée et descente des escaliers peuvent être douloureux ou au minimum très inconfortables.
    Je rappelle aussi que les études sur le non port du sg n’ont pas été menées sur un échantillon représentatif de la population générale (femmes jeunes et sportives), et que le dr Rouillon précise lui même « qu’il serait dangereux de conseiller aux femmes de cesser de porter un sg ».
    Donc si cela vous va d’arrêter d’en porter, tant mieux, mais faites quand même attention, ces conseils ne s’appliquent pas pour tout le monde !

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Bonjour Juliette,

      Je ne saurais pas dire si un sg bien taillé est confortable, sans doute que oui. Effectivement, il semblerait qu’une majorité de femmes ne porte pas la bonne taille et c’est clairement mon cas : j’ai un sein plus gros que l’autre d’un bon bonnet. Quoi que je choisisse, ce sera inconfortable. Sauf à les faire sur mesure, mais comme ça va très bien sans, je ne veux pas dépenser mon argent « pour rien ».
      C’est clair, mon discours serait sans doute complètement différent si j’avais une forte poitrine à la place de mon petit 85B. Et c’est bien pour ça que je le précise. Avec un forte poitrine, les douleurs sont forcément présentes (enfin, de ce que je m’imagine).
      Pour ce qui est des études, j’ai vu qu’elles étaient menées sur des femmes sportives et toniques, à petite poitrine. Effectivement, ça ne représente pas du tout les femmes « lambdas » (dont je fais partie). J’ai conscience qu’on ne peut pas s’y fier.
      Mais votre rappel est intéressant. Mon témoignage n’est qu’un témoignage et n’a pas vocation à conseiller aux femmes de faire pareil. Il donne juste un point de vue parmi tant d’autres, c’est important de le préciser.
      Merci pour votre lecture attentive et votre commentaire.

  8. Yves Répondre

    Bravo à toutes qui avez pris la bonne décision de supprimer cet accessoire de mode destructeur.
    Et merci Rozie et Colibri pour parler de ce sujet trop souvent tabou.
    Et n’oubliez pas: les seins se raffermissent sans soutien gorge !
    N’hésitez pas à diffuser autour de vous ce message auprès des femmes, ça ne peut que leur rendre service.
    Bonne santé à toutes !

  9. Angélique Baptiste Répondre

    Bonjour à toi !
    Je vis aussi à Lyon, et depuis cet été j’ai commencé à ne plus porter de soutiens gorge (sauf pendant des entretiens, au cas où). Je me sens beaucoup mieux, et pour les Clémentines que j’ai, il n’y a pas vraiment besoin qu’ils soient enfermés dans un tel vêtement.
    Les premiers jours ça n’a pas choqué mon copain, et ma meilleure amie partage aussi mon avis, elle qui en porte sans armature.
    J’ai commencé à ne plus en porter suite à la lecture d’un article sur le net, parlant du fait qu’en effet, ça écrasait les vaisseaux lymphatique, et que ça pouvait accroître les risques de cancer. Ce qui est très flippant. Vrai ou non, je ne sais pas, mais en tout cas, depuis, c’est rare que j’en porte. (Et je regrette de ne pas avoir pris mon maillot de bain en festival, j’aurais pu mieux lutter contre la chaleur écrasante d’Allemagne dès les 6 heures du matin). Et aussi, les prix. C’est exorbitant le prix d’un seul soutien-gorge. Je suis bien contente de pouvoir me faire plaisir sur une jolie robe, ou des chaussures à la place.
    Je ne regrette pas mon choix, et quand je demandais à mon copain si ça se voyait il m’a dit « un peu, mais ce n’est pas choquant ». Pour lui, tant que je me sens bien dans ma peau et que je l’assume, le reste, peu lui importe, il m’aime, et voit que je m’en porte mieux. Est-ce ça qui fait que je suis plus sensible du téton ? Bonne question, mais en tout cas, il en est bien content de cette sensibilité.
    Même si je porte des débardeurs je ne mets rien dessous, et cet été j’ai pu parcourir les rues de Lyon en toute liberté, ce qui est un vrai plaisir.
    En cours, personne ne s’en rends compte, et quand bien même, mes collègues (toutes des femmes), sont ouvertes d’esprit de ce que j’en vois.
    Je n’ai jamais subi aucune remarque, bien que j’ai commencé en été. Le matin je remarque que je prends moins de temps pour m’habiller, même si je traîne sur d’autres choses.

    Merci à toi pour ton témoignage, et vive le No Bra !

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Merci pour ton retour d’expérience ! Je vois qu’on a un témoignage très similaire !
      Oui, c’est vraiment flippant, cette histoire de vaisseau lymphatique. D’autant plus qu’ils auraient vraiment trouvé une corrélation entre cancer du sein et port du soutif. On est la population la plus touchée par ce cancer et aussi la population qui porte quasi-automatiquement le soutien-gorge. Dans les pays nordique, en Afrique et sur les îles notamment, les femmes le portent beaucoup moins et dans les statistiques, il parait que ça se ressent : beaucoup moins de cas de cancer. Vrai ou pas, je ne sais pas mais du coup, je ne prends plus le risque !

    2. Claude Répondre

      Vive les femmes LIBEREES

  10. tiphanie Répondre

    Bonjour et merci!!en te lisant et en lisant tout ses commentaires cela me rassure!!je me sens moins seule. Moi j’ai enlever mon soutif pendant ma dernière grossesse et cela a vraiment facilité mon allaitement!!Aujourd’hui bébé a 2.5ans et mes seins s’en porte a merveille!!j’ai même l’impression qu’ils sont mieux qu’avant!!Par contre je remarque beaucoup le regard des gens sur ma poitrine(moi je fais un 95C) et des fois ça me gêne vraiment…Mais merci quand meme pour cet article;Merci vraiment!!

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Mais de rien 😉 !
      Les gens te regardent plus depuis que tu as enlevé le soutien-gorge de ta routine quotidienne ?
      Personnellement, je n’ai pas cette impression ou alors très rarement. Mais c’est sans doute parce que je suis un petit gabarit !

    2. Claude Répondre

      Tu as raison et même si les gens te regardent, je suis sûr que certaines femmes n’osent pas se passer de soutien-gorge suite à cette éducation judéo-Chrétienne.
      Surtout agir suivant ses envies, on ne vit pas avec les critiqueurs de tous bords

      1. Canellita Répondre

        Bonjour,
        Je suis pour le non port du soutien-gorge (SG) sous les vêtements pour les effets positifs et/ ou présupposés bénéfiques sur la santé, et le pratique depuis plus d’une semaine.
        J’ai cependant du mal à saisir le lien entre éducation judéo-chrétienne (JC)et port de SG. Les textes judéo-chrétiens ne font pas mention du terme SG. Les femmes musulmanes, et celles d’autres religions ou sans religion portent également des SG – en tout cas dans les pays occidentaux à ma connaissance. Ne faisons pas d’amalgames. La création du SG tel que nous le connaissons aujourd’hui ne semble pas être en lien avec l’éducation JC mais plutôt en lien avec la mode et le besoin de créer un outil du quotidien qui soutiendrait notamment les fortes poitrines. A titre de rappel, le SG que nous portons n’a été créé qu’au XIXème siècle. Donc cette conclusion un peu hâtive est anachronique. Certes les croyances religieuses peuvent affecter nos attitudes et comportements mais ne mélangeons pas tout. Le SG a été introduit et admis dans les moeurs surtout par l’entremise du marketing, des médias et des aussi des hommes [attention, je n’ai rien contre la gente masculine, il s’agit simplement de relater des faits] (et ce, même si le SG a été créé par une femme!) qui ont instauré des normes, des codes et des pressions très forts au corps féminin! Pour le coup, s’agissant du SG, la religion – qui a souvent bon dos – n’y est pas pour grand-chose à mon sens. Les pays scandinaves – région d’Europe ou les femmes portent le moins de SG – sont des pays à dominance luthérienne, donc pays judéo-chrétiens.
        Donc les femmes n’osent pas franchir le pas, premièrement à cause de la pression sociale en premier lieu. Il s’agit dun comportement contre-normatif.
        A mon humble avis.

  11. Didibouw Addic't Répondre

    J’ai vu beaucoup de témoignage à ce sujet et les résultats qu’on eu toutes ces femmes sont pareil que le tiens, positif ! J’ai d’ailleurs vu y a quelque temps un reportage la dessus qui est vraiment intéressant ==> https://youtu.be/X8fkz0-MPM4. Après j’ai l’impression que c’est surtout possible pour les petites poitrine, non?

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Merci pour le reportage, j’irai jeter un oeil !
      J’ai lu des témoignages de femmes à forte poitrine le tester aussi et en être satisfaites alors .. Je ne sais pas !
      Il faudrait que j’aie des gros seins pour pouvoir te répondre ^^.

  12. prettylittletruth Répondre

    Comme toi, je ne porte presque jamais de soutien-gorge et je m’en porte parfaitement! 🙂

  13. Sandra Liliacea Répondre

    À la lecture de ton article, hop je me lance ! Au placard le soutient-gorge, et c’est partit pour un dîner au resto en toute liberté… J’espère avoir le déclic, parce qu’avec mon 90A, je pourrais clairement m’en passer ! ?

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Chouette ! Alors, c’est comment ? Un peu étrange au début, non ? Mais on devient vite accro à la liberté ! 😉

    2. Claude Répondre

      Alors, comment s’est passé ce petit repas au resto???

  14. lablune Répondre

    Moi j’ai juste une petite question où je me demande simplement si le fait que tu aies des traces du soutien-gorge sous les seins, sur les épaules et dans le dos ne sont pas simplement le signe que tu le réglais mal ou qu’ils n’était simplement pas adaptés ? Ce n’est quand même pas censé être douloureux ou te laisser des traces !
    Pour le reste je soutiens à mort 😉

    1. Rozie & Colibri Répondre

      En fait c’est plus complexe que ça. En général, je fais un 85b mais en détail, j’ai un sein plus gros que l’autre (je vous en parlerai plus en détail une autre fois ;)). Donc il faut que je prenne des soutiens-gorge pour que le plus gros ne déborde pas, mais que je les serre assez pour que le plus petit soit un minimum tenu .. Le vrai casse tête, d’où les marques. Je ne pouvais jamais vraiment les régler correctement. Mais avec la poitrine libre, fini toutes ces considérations !!

      1. lablune Répondre

        Effectivement compliqué !

  15. Mona-Lena Répondre

    Comme toi, je ne porte presque jamais de soutien-gorge. J’ai cessé d’en porter il y’a deux ans quand j’ai commencé à assumer le fait que je pouvais pointer sans rien y pouvoir et que ça pouvait se voir sans que cela me gêne. C’est aussi banal que de transpirer ou de rougir, des réactions qu’on ne contrôle pas. En plus, ma poitrine est si menue que ça me gonflait de m’imposer une telle corvée pour ne rien tenir du tout. D’ailleurs, le non-port du soutien-gorge n’est pas ce qui a altéré ma poitrine, c’est la grossesse et l’allaitement qui l’ont fait.Je ne porte un soutien-gorge que lorsque mon haut est blanc et légèrement transparent et que je suis au travail, sinon, le reste du temps, je m’en moque. La poitrine est nourricière avant toute chose, elle est une partie du corps comme une autre, avec sa fonction propre, en dernier lieu elle est un symbole sexuel et une belle image, pour moi. Félicitation à toi d’avoir franchi le pas! Et comme je comprends ton geste lébérateur à la fin de ta journée!
    À la lecture de ton article, j’imagine que certains des miens pourraient t’intéresser, passe me voir à l’occasion! Bisette!

    PS: en dehors du mouvement free the nipple qui s’ets révélé super intéressant à un moment, je te recommande le tumblr http://bralessinspiration.tumblr.com/

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Merci pour le tumblr, et c’est avec plaisir que j’irai jeter un oeil à ton univers !
      Tu as totalement raison, la poitrine a une fonction. Ca n’empêche pas de chercher à la magnifier mais elle ne doit pas pour autant devenir à tout prix un symbole sexuel. Elle ne doit pas devenir une invitation, comme le croient souvent certains rustres ..

  16. la-nebuleuse Répondre

    Merci pour ce témoignage ! Même expérience par ici, et j’en tire un bilan très positif. J’ai soudain pris conscience que j’en portais parce qu’il « fallait » en mettre et par vraiment par nécessité. J’imagine que ça peut changer selon les poitrines aussi, mais de mon côté c’est ce qui me convient. Je pense en remettre ponctuellement sous certains habits qui le nécessitent, mais c’est tout !

    1. Rozie & Colibri Répondre

      J’ai eu exactement le même cheminement de pensée : « Mais .. Pourquoi j’en mets en fait ? Ah oui, parce qu’on m’a dit que c’était obligatoire … » C’est incroyable, les règles qu’on s’oblige à suivre sans jamais les remettre en question.

      1. la-nebuleuse Répondre

        Oui complètement ! Y’a ce côté très ambigu du soutien gorge, qui doit montrer et cacher à la fois…. c’est à dire qu’on attend de nous qu’on « mette en valeur » nos seins (plus ronds, plus rebondis grâce à ça) tout en les cachant (il s’agirait pas non plus qu’on voit nos tétons, quelle horreur)

    2. Rozie & Colibri Répondre

      C’est tout à fait ça ! Il faut être sexy mais pas vulgaire. Et étrangement, sexy c’est avoir les seins tellement remontés qu’on pourrait s’étouffer avec et vulgaire c’est .. Les laisse tranquilles. Pour moi, ça devrait plutôt être l’inverse. Et encore, est-on obligée d’être sexy en toute circonstance ?

      1. la-nebuleuse Répondre

        En gros, être assez apprêtée pour que le regard des hommes soit satisfait, mais pas assez pour leur rappeler qu’on fait ce qu’on veut de notre corps et qu’on peut se montrer si on a envie 😉 Compliqué de composer avec ces injonctions ! Très contradictoire oui. Je ne trouve pas non plus qu’on devrait être sexy en toutes circonstances, ni l’être du tout, si tant est qu’il y ait une définition arrêtée de « sexy ». 🙂

        1. Rozie & Colibri Répondre

          Oui, très difficile de choisir comment être une femme dans ces conditions !

      2. Lydia Répondre

        ah voilà, je pense de meme, mais perso je n’ai pas du tout mais alors du tout envie d’etre sexy, ça ne cadre pas trop avec mon genre de physique…

        1. Rozie & Colibri Répondre

          Tu seras sexy seulement si tu veux l’être. Sans SG, tu n’es pas forcément sexy. Sexy, c’est une attitude, pas le fait d’avoir des seins libres. Mais je comprends, je me posais grandement la question au début !

  17. patoche-lyon Répondre

    Je ne porte généralement pas de soutien gorge depuis la fin de cet hiver, apres la fin de l’allaitement de mon dernier enfant. Après deux grossesses aux seins enormes et les bébés accrochés à mes seins, je voulais les laisser tranquilles. Et ils sont vraiment plus petits qu’avant donc bon …
    Je suis bcp plus à l’aise et je me sens libérée. Je mets un caraco quand je porte qq chose de transparent, et j’ai gardé qqs brassières (notamment pour le sport).
    Je me suis pris une réflexion par un gars dans la rue (50 balais), je lui ai dit de laisser un peu le corps des femmes tranquille, et d’essayer d’en porter avant de donner son avis.

    non mais

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Tu as fait bien ! J’hallucine qu’il se soit permis de t’arrêter pour ça …

  18. florianneb Répondre

    Merci pour cet article ! J’avais déjà lu des articles et des témoignages de femmes ayant plus ou moins totalement arrêté d’en porter et le bilan est toujours positif… Je trouve ça assez terrible de remarquer à quel point l’idée qu’il FAUT en porter et que si on ne le fait pas on est une vilaine aguicheuse a la vie dure… Même de la part des femmes ! Je pense que je vais tester ça de plus près, déjà chez moi, puis dehors ensuite quand on devra se couvrir un peu plus. Ca me semble quand même plus naturel !

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Mais de rien :).
      Oui, en général, celles qui décident de se lancer ne reviennent pas en arrière. En effet, c’est mieux d’essayer en hiver, on se sent moins épiée, on a moins l’impression que tout le monde le voit. Ca se fait petit à petit.
      Et oui, le non-port du soutien-gorge est souvent assimilé comme une invitation par ces messieurs .. Et par ces dames ! Je trouve ça fou, comme si on ne s’habillait que pour plaire aux autres et chercher des rapports physiques !

  19. Syah Répondre

    Je n’en porte plus depuis plus de 6 mois et je dois dire que je me sens beaucoup mieux. Libre, mais surtout fini les douleurs atroces en fin de journée.
    Au début, c’ était un peu perturbant qu’ il bouge au gré de mes mouvements mais ils ont fini par se muscler et se redresser. Je ne les jamais vu aussi beau. Et mon mari aussi d’ailleurs.
    Je ne me suis pas encore débarrassée de mes soutien gorge mais ça ne saurais tarder

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Tout pareil !
      Contente de voir que je ne suis pas la seule.

  20. Themetis Répondre

    On m’a toujours dit qu’il fallait que je porte des soutien-gorges si je ne voulais pas avoir les seins plats et flasques à 40 ans. Et je sais aujourd’hui que c’était n’importe quoi! Moi non plus, je ne porte plus ou presque de ces trucs-là, sauf quand je fais du sport ou que je porte des hauts transparents…

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Finalement, je constate qu’on est assez nombreuses !
      Le seul sport que je fais est très doux donc je m’en passe aisément ! Et pour les hauts transparents, oui, là il n’y a pas le choix !

  21. lily Répondre

    hihi ! Mon 105 E t’envie un peu … 😉

  22. Pause Vagabonde Répondre

    J’ai adopté les soutien-gorges triangles (sans armatures etc) et la moitié du temps je n’en porte plus, quel soulagement ! C’est tellement plus confortable ! Lorsqu’on porte un soutien gorge les seins ne se soutiennent pas d’eux-même et donc nos muscles ne travaillent pas à ce niveau du coup lorsque les gens disent que les seins tombent plus tôt quand on n’en porte pas je suis convaincue que c’est faux !

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Un véritable soulagement, oui !
      J’ai aussi tendance à penser comme toi, mais seul l’avenir nous le dira 😉 !

  23. Marion Raynal Répondre

    Je n’ai presque pas de poitrine, je trouvais inutile de porter des soutien-gorge sans parler du désagrément que c’est d’en porter. Ca serre, ça gratte, ça comprime, ça colle, ça bouge, ça gêne… Bref c’est insupportable. Du coup, cela doit faire 1 an que je n’en porte plus, sauf bien sûr si j’ai un haut assez transparent. Je ne pense pas que cela soit vulgaire à partir du moment où l’on ne voit rien. Parce que nous sommes des femmes nous devrions porter des soutien-gorges ? Ces messieurs n’ont qu’à essayer et ils comprendront que nous n’en voulions plus haha
    Ton article me rassure, je pensais être une des rares femmes à ne plus supporter ces trucs.
    Bisous, Marion, Chronicles of Marion

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Hahaha tu as bien raison, j’aurais dû trouver ça inutile bien plus tôt … Il faut du temps pour déconstruire un modèle de pensée.
      Et bien en fait, on est de plus en plus ! J’ai même appris que dans les pays nordiques, ce sont les femmes qui en porent qui sont rares ! Comme quoi, tout est possible !

  24. Cynthia Répondre

    Je filais le parfait amour avec les soutiens-gorge, jusqu’à ce qu’apparaissent dans ma vie des douleurs chroniques à l’épaule. Les anti-douleur me soulagent un peu mais je ne suis plus capable de supporter d’être compressée autour de l’épaule et de l’omoplate. J’ai essayé toutes sortes de brassières, soutiens-gorge et ils me font tous mal!

    Comme toi appréhendais d’aller au travail sans soutifs et finalement ça passe incognito. Je trouve même que mon 100 C ballotte beaucoup moins que ce à quoi je m’attendais!

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Pour ma part, certaines douleurs chroniques ont justement disparu depuis que j’ai abandonné les soutiens-gorge, je me sens plus à l’aise dans mon corps.

  25. Les Petites M (@lespetitesm) Répondre

    tout pareil! 3 ans de liberté petit à petit. Et maintenant je n’en ai pas mis depuis plus d’un an… Je ne reviendrais pour rien au monde en arrière. Ils sont plus beaux, plus hauts et je me tiens bien plus droite.
    Tout bénéf!

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Yeah !! Idem, aucun retour en arrière possible !

  26. Distrayante Répondre

    Je pense que certaines femmes n’ont pas besoin de soutien gorge et qu’elles ont de la chance, car c’est un sacré budget. Et ceux qui essaient de les convaincre que TOUTES les femmes doivent en porter sont certainement payées par l’industrie de la lingerie ^^.

    Mais certaines en ont besoin,et malheureusement, il est difficile de trouver sa taille, et les tailles peuvent varier d’un magasin à l’autre, ce qui n’arrange rien. Quand c’est à la bonne taille, normalement, on est l’aise (ou en tout cas, pas plus mal à l’aise qu’avec un jean ou une jupe qui doit être assez serré pour ne pas tomber).

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Tu as entièrement raison, certaines en ont besoin mais pas toutes. A chacune d’apprécier son confort.
      Pour ce qui est de la taille, c’est vraiment complexe. Personnellement, je n’ai jamais réussi à trouver la bonne taille. Ayant un sein plus gros que l’autre, il aurait fallu que je les fabrique moi-même.

    2. La belle bleue Répondre

      @Distrayante: MERCI ♥♥♥♥♥♥ PLEIN DE COEURS 🙂

  27. Cari Répondre

    Heureuse détentrice d’un 75 F naturel (je plaisantais pour le « heureuse « ) j’ai laissé tombé le soutif et je suis bien. Très bien. Il m’en reste deux pour les moment obligatoire mais ils deviennent rare. Je vais bientôt passer le cap de l’année sans. Et comme toi tout est remonté, ça balotte moins et ils sont moins sensibles. Et je respire o/

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Comme quoi, on peut toutes choisir de s’en passer si on se sent mieux ainsi !
      Bravo, parce qu’avec une forte poitrine j’aurais sans doute mis plus de temps avant d’oser !

  28. Pois & Cerises Répondre

    Bravo. Vraiment bravo car moi qui est une poitrine absolument minuscule je n’oserai sortir freeboobs. Peut-être avec le temps ?

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Il faut du temps et de la réflexion, mais il faut surtout en avoir envie.
      Si ça te tente, commence en hiver, ça ne se voit pas. Il faut pouvoir passer outre le regard des autres, bien que jusque là personne n’ait remarqué que je n’en portais plus sans que je ne le dise !
      Il existe des cache-tétons, ça peut être un pallier si c’est ça qui te gêne.
      Mais si tu es bien avec tes soutiens-gorge, ne change rien !

  29. BleunwennDeCornouailles Répondre

    Je déteste tellement les soutien-gorge ! J’ai passé des années à me faire meurtrir les seins par des baleines qui se faisaient la malle en s’enfonçant dans ma chair, je détestais ça… j’ai commencé à ne plus en porter mais étant extrêmement pudique, j’avais l’impression que tout le monde voyait mes seins pointer et ma poitrine ballotter… du coup quand je sors je mets des soutien-gorge sans armatures et le reste du temps, en privé, rien du tout ! Ou alors je mets des maillots de corps au lieu du soutien-gorge pour éviter que les mamelons ne se voient trop.

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Haha je te comprends !
      Tout dépend de la façon dont tu t’habilles, mais en général personne ne le remarque. C’est dans la tête, mais je ne juge pas, moi aussi j’ai parfois cette sensation ! Elle passe avec le temps.
      Il existe cependant un tas d’alternatives : triangles, soutiens-gorge adhésifs, cache-tétons, porter un débardeur sous le haut …
      Pour l’effet ballotage, ça passe avec le temps, les seins se mettent à tenir, c’est fou !

      1. Peanuts Répondre

        Tu vas rire, mais moi qui portais des SG à armatures, je ne supportais plus aucun SG durant ma grossesse. J’ai pourtant dû en mettre, car ayant une poitrine déjà généreuse en temps normal, j’ai pris 2 bonnets et 2 tailles en plus avec l’allaitement !
        Aujourd’hui ils sont libres, car je ne supporte plus l’oppression au niveau de la cage thoracique.
        Et s’ils tombent, c’est surtout parce qu’ils ont gardé la forme qu’ils avaient prise lorsque je nourrissais mon enfant. 😉

        1. Rozie & Colibri Répondre

          C’est pour ça que je n’en porte plus du tout : je ne supporte plus cette oppression !
          Et en plus d’un an maintenant, ils ne tombent pas … Au contraire, ils se sont complètement redressés ! A part les tétons qui pointent parfois, personne ne pourrait devenir que je ne porte pas de soutien-gorge.

  30. l0uanne Répondre

    C’est chouette que tu arrives à te sentir libre et à assumer 🙂 Mais perso je pourrai pas. Je me sent bien qu’avec mes soutien gorge et pour faire un 95D, il m’apporte un maintien et un confort que je n’ai pas sans 🙂 j’adore porter des soutifs même si je suis heureuse de l’enlever le soir, mais après c’est juste mon choix perso, je ne critique pas ^^

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Je comprends tout à fait et ne prends absolument pas ta remarque comme une critique !
      Garde-les s’ils te font du bien, l’essentiel c’est d’être à l’aise !

  31. Fugu Répondre

    Je confirme, c’est très agréable ! 😉
    Je me fiche le plus souvent que les gens voient mes tétons pointer, je ne porte un soutien-gorge (le dernier qu’il me reste, le survivant !) que lors de mes sorties sur des marchés (je suis artisane) pour ne pas effrayer ou choquer les clients, mais c’est tout ! (Et encore, sous un pull je n’en porte même pas).

    J’ai gardé des cicatrices des baleines qui me rentraient dans la peau sous les seins, surement qu’ils n’étaient pas adaptés mais à l’époque, j’écoutais les conseils de ma mère qui n’a admit qu’à 50 ans passés qu’elle en souffrait beaucoup aussi. Le « survivant » auquel je fais allusion plus haut est le seul qui ne me fasse pas souffrir, mais je préfère quand même rester libre. 🙂

    1. Rozie & Colibri Répondre

      A présent je m’en fiche aussi éperdument ! Surtout depuis que j’ai déménagé dans le sud et que je me suis rendue compte que les femmes sans soutien-gorge sont légion …
      Comme toi, c’est pour ne pas effrayer de nouvelles personnes, comme mon nouvel employeur (je ne voudrais pas qu’il croie que je lui montre tous mes atouts ^^) sinon maintenant c’est de plus en plus rare.
      Parmi les 10 qu’il me reste, il y a surtout des adhésifs et des bandeaux. Ca fait moins mal !

    2. Claude Répondre

      Vive la liberté des seins et les femmes décomplexées!!!

Répondez-moi :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *