Une journée de fiançailles.

Bouquet de fleurs

Nous avons choisi de fêter nos fiançailles en famille, l’été suivant la demande. Nous revenions de quelques jours à Arcachon, où nous avions passé nos premières véritables vacances. Nous  en gardons un souvenir doux et mémorable. C’est à Chantemerle que se sont déroulées les festivités, dans la demeure familiale isolée entre forêt et champs de blé.

Ma famille proche était conviée et cousins, oncles, tantes et grands-parents ont reçu l’invitation avec plaisir. Mon fiancé n’avait à ses côtés que ses parents et certains de ses frères. Ils venaient de loin et le reste de leur famille était éparpillée aux quatre coins de France et d’Espagne, au contraire de la mienne, implantée sur deux départements voisins.

Mes parents se sont occupés de tout. Ma mère y  a pris beaucoup de plaisir. Elle aurait sans doute adoré que je l’implique plus dans les préparatifs du mariage. Le repas comptait des mets raffinés parmi mes favoris, dont une pièce montée qui n’attendait que nous. Elle avait acheté des dragées qu’elle avait soigneusement emballé dans du tulle rose. Elle s’était procuré nappes, serviettes et décors à nos couleurs. Son implication et ses efforts m’ont beaucoup touchée, j’étais heureuse que mes parents prennent cette journée tant à coeur et qu’ils s’assurent de nous la rendre agréable et magnifique. Mon père s’était procuré mon vin préféré et avait méticuleusement élaboré le menu.

N’allez pas vous imaginer un repas en grande pompe, ils ont fait avec leurs moyens mais ça suffisait. C’était un beau cadeau. Il fallait le voir, mon père, le matin de la fête, à dresser avec précision les tranches de fois gras dans les assiettes, accompagnées de leurs confits d’oignons et de figues et saupoudrées de sel de guérande ! Il avait même décoré le plat avec des baies rouges. C’était parfait. C’était mignon.

Nos familles s’étendaient bien et nous nous en réjouissions. Ils partageaient une deuxième journée ensemble et ça collait. Malgré leurs différences ils accordaient leurs violons et leurs nombreuses valeurs communes créaient le lien. Le soleil était au rendez-vous. Comme souvent, j’avais choisi une robe spécialement pour l’occasion, toute en nuance de rose et de bleu. Mon fiancé aussi s’était fait beau : le voilà qui sortait la montre, enfilait une chemise repassée avec soin et un jean qu’il jugeait « classe ». J’adore le regarder choisir ses vêtements, puis les passer.

La pièce montée représentait deux cygnes, nos prénoms en ornaient les ailes. A dire vrai, ils ressemblaient plutôt à des canards tant leurs cous manquaient de longueur et d’élégance ! Nous en avons beaucoup ri. Après tout, tous les pâtissiers ne sont pas capables des mêmes prouesses et j’imaginais que celui-ci s’était déjà bien assez décarcassé pour que ça ressemble au modèle. L’allure n’enleva rien au goût mais mes parents étaient déçus !

Nous avons trinqué devant nos convives amusés et entreprit de servir les choux enduits de caramel. Ce n’était pas une mince affaire ! J’étais effrayée par la lame du couteau que je magnais si mal et mon amoureux se moquait de moi devant l’allégresse des autres qui immortalisaient l’instant.

Mon grand-père nous avait confectionné un bouquet avec les fleurs qu’il cultivait dans son jardin, à côté des légumes, et nous avons reçu de nombreux autres présents, tous emprunts d’amour, de romantisme, mais aussi de gnangnantise ! Un cadre « Mon ange de ma vie » par là, une boîte « Coeur-coeur-coeur » par ici, suivis d’une foule de petits objets kitchs avec lesquels on n’a pas eu le courage de décorer l’appartement .. Je regarde parfois ce cadre dans lequel sont emprisonnés nos visages et je souris. J’ai un peu honte, mais je souris. Il faut bien l’avouer, on est un couple guimauve !

Nous avons terminé l’après-midi de cette façon, en famille, les pieds dans l’herbe sous l’ombre du murier grandissant. Nous discutions de tout et de rien. Mes beaux-frères s’amusaient avec le chien, mes beaux-parents ne savaient parfois pas quoi dire face à tant de nouveaux visages et ma famille restait fidèle à elle-même : calme et posée.

Nous étions fiancés. Nous connaissions la date de notre mariage, le lieu et étions en quête de nos principaux prestataires. J’imaginais sans difficulté la robe qui me siérait à merveille en ce jour si particulier et nous rêvions de notre cérémonie idéale en nous demandant si nous réussirions sans que cela ne nous revienne trop cher … Nous avions un budget et des envies précises.

Nous n’avions jamais assisté à des mariages semblables à celui auquel nous aspirions. C’était la grande inconnue, il allait falloir se débrouiller et concilier nos idées pour que cette journée nous ressemble. Challenge accepté ! Moi qui n’avais jamais rêvé de mariage ni de robe blanche, je me retrouvais encerclée par nombre de conventions et traditions. Lesquelles choisir ? Lesquelles rejeter ?

Tout d’un coup, les vidéos de demandes cocasses et originales me faisaient rire aux éclats ou pleurer de joie, je devenais sensible à la moindre émotion véhiculée et je le suis restée … Tout l’amour que nous avons reçu lors de ce dimanche de fiançailles et de ce samedi de noces nous a façonné. Ce sont des moments incroyables.

Nous avons fêté nos fiançailles un an, jour pour jour, après notre première nuit ensemble. C’est une belle anecdote. Une première année merveilleuse passée à ses côtés ! L’amour te porte dans tes efforts (*musique*), n’est-ce pas ?

Rendez-vous sur Hellocoton !


6 thoughts on “Une journée de fiançailles.

  1. themetis Répondre

    Je vous souhaite de revivre ces moments, encore et encore… Que votre amour dure aussi longtemps que la vie…

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Merci beaucoup Themetis ! Je te souhaite également un bonheur continue entourée de tes trois jolies filles !

  2. Marie Kléber Répondre

    Quand on lit ça on se dit que c’est beau l’amour en effet. Et ça l’est Rozie. Le reste ça n’était pas de l’amour…
    Vous avez pleinement profité de cette journée magique. Ce n’est qu’un jour mais le souvenir reste, comme écrit à l’encre indélébile.

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Le reste n’était pas de l’amour effectivement. Je m’en rends doublement compte aujourd’hui !
      Merci Marie.

  3. Maman délire Répondre

    <3 💕💕

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Hiiii … C’est beau l’amour ! 🙂

Répondez-moi :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *