L'Harmonie

Un peu de yoga chaque jour : réussir à s’installer.

Cela fait maintenant plus d’un mois que je pratique entre 15 et 30 minutes de yoga par jour. Outre le fait que je suis vraiment fière de moi et de cet engagement avec mon corps que j’ai réussi à tenir, je me suis rendue compte qu’on ne mentait pas quand on parle des bienfaits du yoga au quotidien, ni quand on dit que ça change la vie (c’est fort comme phrase, non ?). En un mois, les résultats sur mon bien-être physique et mental sont ahurissants.

Pour la petite histoire, j’ai rencontré le yoga il y a deux ans grâce au cours d’Ariane sur Youtube, dont je vous avais déjà parlé. Comme je n’arrivais pas à maintenir un rythme régulier de pratique, j’ai choisi d’intégrer un cours débutant en septembre. A raison d’1h30 par semaine, hors vacances scolaires. A la sortie de chaque cours, je ressentais un réel bien-être, la sensation d’être libre et élastique, débarrassée du mauvais, emplie d’énergie. Malheureusement, l’effet s’estompait dès le lendemain.
Le mois dernier, j’ai participé à une Retraite de yoga (dont je vous parle , et ) qui m’a littéralement transcendée, sur tous les plans. C’est grâce à elle que j’ai compris l’importance de la pratique au quotidien, et que j’ai réussi à trouver la motivation pour l’instaurer dans ma vie. Voici comment j’ai procédé !

1. Trouver le bon support :

Je me suis lancée dans le Défi 30 jours de Yoga avec Ariane. Je ne me sentais pas capable de créer des séances toute seule, je manque clairement de connaissances pour en être capable. Ca risquait d’être redondant. Le support est important, il doit vous convenir ! Pour moi ce sont des vidéos, mais ça peut aussi être des feuilles, un format seulement audio, ou vos souvenirs et votre savoir. L’important, c’est qu’il vous soutienne et vous donne envie de recommencer.

Le format du Défi proposé par Ariane est parfait : les séances oscillent entre 15 et 35 minutes (sans la relaxation). Ariane met à coeur de nous transmettre la philosophie du yoga. On l’apprend et on la pratique à travers les vidéos, c’est top ! C’est un véritable tour d’horizon de la discipline. On s’initie aux différentes méthodes de respiration, aux mudras, aux mantras, ainsi qu’à des types de yoga différents. Je recommande chaudement. Et si j’y suis parvenue, c’est que c’est accessible à tous les niveaux.

2. Trouver la bonne plage horaire :

Celle où vous ne serez pas dérangée ni tentée par autre chose. Pour moi, c’est le matin au lever, à jeun. Tout simplement parce que je suis seule. Ca me permet d’être dans le calme absolu. C’est aussi le plus simple : il m’a suffit d’avancer mon réveil de 30 minutes. Le soir, j’ai trop de choses à faire, je ne rentre jamais à la même heure, je suis fatiguée … Bref, impossible ! Le matin (peu importe l’heure à laquelle je me lève), ça me permet de me réveiller en douceur. Je m’étire, je pose mon énergie, je me concentre facilement, j’ai la tête au calme. En plus, j’en ressens les bénéfices tout au long de la journée. C’est top pour partir du bon pied.

3. Trouver le bon lieu :

Ce n’est pas évident : il faut que ce soit accessible, avec de la place, mais aussi agréable. Pour ma part, le choix était vaste. Au début, je pensais utiliser une pièce de l’étage juste pour ça, avant de me rendre compte que je ne me sentais à l’aise pour pratiquer dans aucune. Le salon n’était pas une option agréable non plus. Je me suis tournée vers ma chambre. Devant mon lit. C’est un endroit intime, lumineux, cocon, plein de bonnes énergies. Exactement comme j’envisage ma pratique ! Etant donné l’horaire que j’ai choisi, c’est aussi le plus simple.

4. Ranger son tapis au bon endroit :

Il doit être à portée de main, on ne doit pas pouvoir l’oublier. Ca doit être facile de se mettre en place. Moi, j’ai carrément investi dans un petit meuble. C’est une banquette jaune en velours, qui fait aussi coffre. Mon tapis a la même teinte, c’est un rappel évident. Elle a trouvé sa place dans la chambre – pile à l’endroit où je pratique – c’est ravissant. Ca me donne envie tous les jours de plonger dedans pour sortir mon matériel !

5. Créer un rituel :

Ca permet de se sentir à l’aise, et d’en faire une habitude plus rapidement. Par exemple, je fais mon lit. J’entrebâille les volets. Si le sol est sale, je passe un coup de balai. Ensuite, je vais m’habiller, m’attacher les cheveux, et me laver les mains. Allez savoir pourquoi, l’acte de me laver les mains avant et après est très particulier pour moi. Enfin, je place mon tapis au sol, mon matériel autour et mon ordinateur devant moi. C’est mon rituel. En faisant ça, j’élimine toutes les sources de distraction et d’inconfort autour de moi. Je crée ma bulle en 5 minutes. Je suis prête.

6. Poser une intention :

C’est très important, surtout les premiers jours ! Commencer la pratique en fermant les yeux en en plaçant une intention. Le premier jour, je me suis dit : « Je vais faire du yoga chaque matin. » Je l’ai répété chaque jour les deux premières semaines. Ensuite, j’ai pu m’amuser à placer des intentions sur le déroulé de mes journées, le pli était pris. Quand je me sentais fatiguée, que je n’avais pas envie, l’intention posée se rappelait naturellement à moi. Je n’avais plus qu’à m’y mettre. L’intention, c’est un leitmotiv.

7. Faire à son rythme, s’écouter, se respecter :

Ne vous forcez pas à faire une séance tonique si vous sentez que avez besoin de gestes lents. Ne vous forcez pas à faire 1h de pratique si votre corps dit stop au bout de 30 minutes. Ne vous forcez pas à tenir une position que votre morphologie ne peut pas tenir, adaptez-là. Faites ce qui est fait pour vous au moment où vous y êtes.

Lors du Défi, j’ai intercalé d’autres séances selon mes besoins. Je pense notamment à mes jours de règles et à ceux qui précèdent. Je me sens vide, je n’ai aucune énergie et suis incapable de faire 20 minutes de yoga vinyasa. Aucune importance, je fais une séance régénérante, toute douce. Je passe plus de temps dans les postures, je reviens dans la position de l’Enfant dès que j’en ai besoin. Bref, je prends soin de moi <3.

Ca n’a aucune importance si vous tremblez de tous vos membres au départ, si vous ne tenez pas l’équilibre, si 5 respirations en Chien la tête en bas, c’est le bout du monde. Il ne faut pas s’arrêter aux premiers inconforts. C’est le plus dur ! Il faut savoir faire la différence entre inconfort et incapacité physique (parce que vos muscles derrière les jambes sont trop courts par exemple : on a tous une morphologie différente). Il faut savoir laisser l’égo de côté, et chérir son corps.

8. Ne pas sauter la relaxation :

Vous serez tentée. Par manque de temps, sans doute. Au début, je n’arrivais pas à me lever 10 minutes plus tôt pour caler la relaxation. C’est dommage parce que c’est essentiel. C’est un moment à soi d’abord, qu’on s’offre. On se laisse aller. Mais c’est surtout le moment où on se rend compte des bienfaits de la pratique en temps réel. On goûte aux différences initiées par le yoga, c’est primordial pour avoir envie de recommencer le lendemain. On prend le temps de ressentir comment on se sent. Dans son corps, mais aussi dans sa tête. Ca fait partie intégrante de la séance, à ne pas négliger !

9. Terminer par un rituel de fin et se remercier :

La séance se termine, il faut la clôturer correctement : fermer cet espace pour pouvoir en ouvrir un autre. Il y a plusieurs façons de faire, ça peut être la façon « générale » ou quelque chose de plus personnel. La façon « générale » me convient très bien !

Je m’assois en tailleur au milieu du tapis. Je ferme les yeux, les paumes de main sur les genoux. Je chante trois « om ». Je joins mes mains et les pose sur mon sternum. J’envoie toutes mes pensées les plus positives à tous les êtres vivants. Pour le faire, je visualise des centaines de petits points vers lesquels j’envoie une antenne dorée (j’adore faire ça !). Enfin, je pose mes mains jointes sur mon front et m’abaisse jusqu’au sol contre lequel je reste quelques secondes. C’est à ce moment-là qu’on peut remercier et SE remercier.

Remerciez-vous d’être venue sur votre tapis aujourd’hui. Vous verrez comme c’est bon ! La première fois, j’en ai pleuré de gratitude pour moi-même. Je sentais mon corps me dire sincèrement Merci.

10. Recommencer le lendemain ! 😉

Tout simplement. La première semaine est la plus complexe. On ajuste un peu chaque jour. On change d’endroit, on teste et c’est très bien. Il faut trouver SA bonne façon. Une fois que c’est fait, ça roule.

Et vous, ça vous tente ? Vous le faites déjà ? Comment (faites-vous/y êtes vous parvenue) ?

 

Semer un peu de magie et de poésie dans le quotidien.

14 commentaires

  • Eulalie

    Bravo ! Je n’arrive pas à être régulière pour ma part bien que je sois convaincue des bienfaits.
    Avec les deux enfants, pas toujours facile non plus de caler du temps libre, mais ton article me motive à essayer de m’y remettre plus franchement !!

    • Rozie

      Je veux bien te croire ! Le plus compliqué, il me semble que c’est vraiment de trouver le temps, une plage horaire quotidienne ou hebdomadaire.

      Une fois que c’est posé, ça roule. J’espère que tu tenteras, et n’hésites pas à me parler des résultats ! 😉

  • Melgane

    Le yoga ne m’a jamais tenté, mais la manière dont tu en parles me donne envie ! Mais ça sera pour plus tard. Pour l’instant j’ai l’aïkido, je voudrais apprendre le roller aussi, et le mandarin, aller aux cours « université pour tous » à côté de mes propres cours… et faire du bénévolat en radio et à l’AFEV, peut-être à La ZEP si elle ouvre une antenne dans ma ville, tout ça sans compter le boulot et le travail perso à côté des cours, les révisions… et lire plus et surtout écrire (même si en ce moment je suis tellement préoccupée par plein de trucs que je suis incapable d’écrire). Donc le yoga ça sera pour un peu plus tard !

    • Rozie

      Oh, moi aussi je m’intéresse à fond aux UTL (Universités du Temps Libre, chez nous !) en ce moment ! Il y a plein de cours hyper intéressants qui arrivent pour la rentrée … Ca va être dur de choisir !

      Tu vas avoir une vie sacrément remplie, chaque chose en son temps. Tu n’as peut-être pas besoin du yoga non plus.

      • Melgane

        Selon mes calculs j’aurais pas besoin de choisir, parce que rien va se chevaucher entre ces cours-là, par contre ça risque de pas aller avec la fac et le boulot… grrrr

        Peut-être ! Je trouve ce dont j’ai besoin dans l’aïkido. Mais le yoga renforce les muscles dans la profondeur, donc c’est pas plus mal non plus !

        • Rozie

          Tu vas réussir à tout faire ? 0_0

          C’est génial si tu y arrives. Mais prends garde à ne pas t’épuiser non plus. Avec la fac et le boulot, ça me semble faramineux ! Mais c’est sans doute parce que moi, j’ai besoin de beaucoup de temps off dans ma vie … Je n’ai pas besoin de les projeter dans la tienne ^^.

          Je te souhaite d’y parvenir en tout cas, et d’y trouver ce que tu cherches !

          • Melgane

            Pas tous les cours de l’Université Pour Tous mais tous les cours qui m’intéressent, peut-être ! Ils n’ont lieu que sur quelques semaines, donc ils ne se chevauchent pas entre eux. Par contre ça risque de pas aller avec les horaires de mes vrais cours et le boulot, donc on verra !

            De ce que j’ai calculé j’aurais moins de 20h de cours par semaine, donc c’est faisable… après il y a le travail perso, évidemment…

            Merci ! J’aimerais aussi y arriver, mais une amie m’a tiré les cartes et le résultat c’est que je dois y aller mollo sur les nouveaux trucs ! (ce qui est sage comme conseil, d’ailleurs, sinon on s’éparpille). D’ailleurs, tant que je suis sur le tarot, c’est fou comme c’est tombé juste !

          • Rozie

            Je n’ai encore jamais essayé le tarot ! Par contre, j’ai investi dans deux jeux d’oracle et à chaque fois … Ca m’époustoufle tant la réponse est juste. Jusque là, il n’y a qu’un tirage qui m’a laissée perplexe (mais qui me cause une grande réflexion … !).

            Qu’on l’utilise comme aide thérapeuthique, outil de développement perso ou vraiment à des fins divinatoires, magiques, ect … Je trouve que c’est un superbe outil pour avancer !

          • Melgane

            Par contre mon amie qui m’a tiré les cartes m’a expliqué que l’on n’a pas son avenir avec le tarot, c’est plus une photographie de l’instant, d’un état d’esprit, et d’une dynamique. Il y a juste à la fin où on apprend de quoi on doit se méfier, mais ça ne nous dit pas ce qu’il va nous arriver ! Et il faut aussi bien choisir la personne qui tire les cartes, certaines ont une bonne intuition, d’autres sont jours à côté de la plaque dans l’interprétation ! Mon amie est tombée juste !

          • Rozie

            Hmm, c’est possible ! Je connais peu – voire pas du tout – le tarot. Je me suis plus portée sur les oracles ou là, on dit que c’est possible.

            Oui, c’est vraiment l’interprétation qui fait tout, il faut tomber sur la bonne personne, tu as raison. Ca doit être fascinant de se faire tirer les cartes. J’espère que ça m’arrivera un jour tiens (je me les tire moi-même), ça doit être une chouette expérience !

  • Séverine

    Ton article me parle énormément. Faire du yoga tous les jours était un de mes objectifs des vacances. Raté, la canicule (qui a énormément joué sur mon moral, mon physique et mon sommeil) aura eu raison de ma motivation…. Je suis fort déçue du coup, car le yoga me fait énormément de bien, je le sais.
    Je me le fixe en objectif de rentrée du coup. Je prends bien note de tous tes conseils, merci pour ça d’ailleurs.
    Tu me motives énormément avec tes articles.

    Merci Rozie !

    • Rozie

      Je t’en prie ! Merci à toi :).

      C’est un objectif que j’ai souvent raté avant de le réussir. Mais franchement, grâce au Défi d’Ariane, c’est passé tout seul. J’espère que tu le réussiras, ça t’apportera beaucoup, j’en suis sûre ! Tu me diras ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :