Mon mari, un Témoin de Jéhovah.

Les Saintes Ecritures

Des Témoins de Jéhovah, je n’avais que l’image d’une femme venue à pieds jusque dans ma campagne m’annoncer l’Armageddon, catastrophe dont je ne survivrais pas si je ne la suivais pas dans la foi. Je n’avais que l’image de prospectus parlant de Dieu qu’on croisait ça et là dans le dédale les foires bovines. Je n’avais que l’image de ma mère m’expliquant qu’il s’agissait d’une secte dangereuse. Et puis mon amoureux m’a un jour expliqué que sa famille en était.

Lorsque je l’ai annoncé à mes parents, ils ont eu un mouvement de recul. Ils n’ont pas compris que mon mari, passionné d’histoire et de science, puisse croire que le Diable existe, qu’il est sur Terre et qu’il n’attend que de nous attirer dans sa fosse. Ils n’ont pas compris que ces gens qu’ils apprécient puissent vivre leur foi dans une secte. Ils étaient ahuris à l’idée que des personnes croient qu’on descend vraiment d’Adam et Eve (*musique*).

Chez moi, la foi annoncée de mon amoureux a déclenché une foule de questions. Je connais très peu de personnes qui croient vraiment : il y a ma meilleure amie, musulmane convertie, et quelques membres de ma famille, chrétiens. J’ai parfois posé des questions désagréables et abruptes à mon mari : « Mais on t’a embobiné, non ? Ne crois-tu pas par défaut ? As-tu remis en question ce que tu as appris ? Comment peux-tu être sûr de ça ? … »

Il a prit le temps de répondre à mes interrogations, de me parler de son enfance, des livres explicatifs à l’attention des petits, des réunions régulières, des exposés qu’il devait préparer, de la WatchTower. Mais aussi du bien et du mal, de ses peurs lointaines, du Diable … Il ne fêtait jamais son anniversaire, ni celui de ses camarades. Il n’avait pas de sapin de Noël et a vécu son premier réveillon avec nous.

Au quotidien, il n’y a aucune différence. Mon amoureux n’a pas choisi de se faire baptiser à l’âge adulte. Ca signifie qu’il n’est pas officiellement un Témoin de Jéhovah, il a simplement grandi avec. Nous n’avons pas attendu le mariage pour nous toucher, nous ne nous sommes pas mariés selon ses croyances, il ne va pas à la salle … Bref, les vrais TJ pourraient dire qu’il n’en est pas un. Il croit en son coeur. Il prie parfois, mais je ne pourrais pas le deviner. Les prières n’ont pas de rituel précis, il suffit de fermer les yeux et de parler à l’intérieur de soi.

Chez mes beaux-parents, la différence était plus marquée. Ma belle-mère a choisi d’être Témoin de Jéhovah. Mon beau-père a été élevé par des TJ. Il est parti faire le Béthel, c’est à dire qu’il a aidé bénévolement la communauté à construire un nouveau complexe religieux. C’est une famille très soudée, pleine d’amour, elle véhicule le bonheur et la bonne entente partout où elle va. Je ne saurais dire si sa croyance y est vraiment pour quelque chose, mais je pense que oui. On peut dire ce qu’on veut sur les TJ, un fait est véridique : ils sont force d’égard, de gentillesse, de confiance et d’amour les uns envers les autres. Pour l’agnostique que je suis, ce sens de la communauté est épatant.

Lorsque le grand-père de mon mari est décédé, son incinération s’est passée sous l’office des Témoins de Jéhovah. Leur cérémonie mortuaire est complètement différente de celles, chrétiennes, que j’ai pu connaitre. On parle finalement très peu du défunt, mais beaucoup de la résurrection des croyants qui arrivera bientôt. C’est étonnant.

Je n’ai jamais eu l’occasion de voir leurs salles du royaume. Je sais qu’elles ne ressemblent pas aux lieux de cultes ordinaires mais à de grandes pièces communes. Ils n’adorent pas de représentations de Dieu ou de Jésus, c’est interdit. Vous n’en verrez jamais porter de crucifix, ou s’extasier devant les statues des églises. Ils donnent de l’argent à la WatchTower en fonction de leurs moyens.

Pour les Témoins de Jéhovah, les athées et autres croyants sont autant d’âmes à sauver et à avertir. Ils sont sincères lorsqu’ils prêchent. Ils n’essaient pas de vous embobiner, ils vous sauvent. Mon mari n’a jamais essayé de me rallier à sa cause, il ne me parle de ses croyances que lorsque je le lui demande. Mais une collègue de travail a essayé.

Je l’ai rencontrée lors de mes préparatifs de mariage. Coïncidence, elle se mariait le même jour que moi, et voilà qu’elle m’annonce qu’elle est Témoin de Jéhovah. « C’est fou, mon mari aussi ! » Nous avons immédiatement sympathisé et échangé nos numéros. Elle était très douce, vraiment adorable, pleine de bonne volonté. Elle m’a invitée chez elle puis elle a sorti sa Bible, qui est traduite différemment de celle des chrétiens. J’en ai profité pour lui poser beaucoup de questions, mais ses réponses me semblaient biaisées et ne me convainquaient pas. Ce n’est pas simple d’imaginer que la fin du monde est prévue à une date précise selon les prophéties, surtout lorsqu’ils se sont déjà trompés trois fois ! Sans que je ne l’ai demandé, elle s’est mise à me faire l’étude de la Bible.

Elle avait bientôt trente ans et était vierge. Elle se réservait pour le mariage et ne voyait son fiancé que dans des lieux publics ou accompagnée d’un « chaperon ». Elle prêchait deux fois par semaine et faisait l’étude de la Bible à plusieurs personnes. Elle souhaitait que je l’accompagne une fois à la salle et m’a offert une Bible, un dvd et une étude. Une fois mariée, elle est partie prêcher sur un autre continent. Une vraie TJ.

Aujourd’hui, mes beaux-parents ont renoncé aux Témoins de Jéhovah. Ma belle-mère dit s’être rendue compte qu’ils n’étaient pas dans le vrai. Ca a prit beaucoup de temps pour qu’elle l’avale, elle n’a d’ailleurs pas terminé sa métamorphose. Pour mon beau-père, c’est plus difficile de rejeter une vie entière de pensées biaisées. Ils restent de fervents croyants et avancent dans leur recherche de la vérité.

Pour mon mari, c’est un sacré chamboulement que ses parents quittent les TJ. Ca remet tout en question. Tout, sauf sa foi. Pour ma part, j’ai appris à mieux connaitre cette religion que je ne classe pas au rang de secte. Si les Témoins de Jéhovah sont dangereux alors l’Islam et le Catholicisme le sont tout autant. Avec tout ça, je me pose naturellement beaucoup de questions. Et moi ? Pourrais-je croire ? N’est-ce pas déjà le cas ?

J’ai peur d’ouvrir mon coeur à Dieu s’il existe. J’ai peur de me berner, d’aller dans la mauvaise direction. Je suis susceptible de croire en beaucoup de choses différentes. Je suis persuadée qu’au delà de nos frontières, il se passe des évènements importants dont nous n’avons pas connaissance. Dois-je chercher ? Dois-je laisser la porte ouverte en attendant que mon heure soit venue ? Je ne sais pas. C’est très troublant, n’est-ce pas ?


24 thoughts on “Mon mari, un Témoin de Jéhovah.

  1. delphine Répondre

    J’ai beaucoup aimé ton article, avant de le lire, avant de le lire, je croyais que les « sectes » était toutes dangereuses. Et je suis surprise de voir que tu ne classe pas les témoins de Jéhovah au rang de secte. Ca me donne une image plus positif et à changer mon opinion sur les Témoin de Jéhovah. Je t’en remercie beaucoup.

    1. Rozie Répondre

      Les sectes sont toutes dangereuses, et mon point de vue est, bien sûr, subjectif.

      Tous les TJ que j’ai rencontré étaient vraiment bienveillants. Ma belle-famille n’a jamais fait en sorte que je rentre dans le rang, et depuis, elle en est complètement sortie. Aujourd’hui, elle me parle plus des côtés « pervers » qu’elle a pu comprendre une fois dehors.

      Sur le coup, il ne m’a jamais semblé qu’elle manquait plus de discernement ou qu’elle était plus manipulée. Et de ce que j’ai pu voir des autres religions « classiques », les effets sont les mêmes. C’est pour ça que j’ai tendance à penser que toutes les religions sont une secte, ou alors qu’aucune n’en est une, tu vois … Mais ne t’appuie pas seulement sur mon raisonnement, crées-toi le tien !

      Ici, tout le monde l’a très bien vécu et ça n’a pas eu un grand impact sur eux (ils n’ont jamais évolué hors de la société, comme une secte l’oblige normalement). Mais pour d’autres TJ, la réalité est toute autre, et beaucoup plus rude.

      En tout cas, je suis contente si ça a pu t’apprendre des choses !

  2. Evin Répondre

    Salut 🙂 je ne sais pas si c’est trop tard pour laisser un message ici.. Je suis née dans une famille TJ, et lire le texte ainsi que les commentaires est agréable car c’est rare de voir des temoignages de vécu (positif) sur cette réligion, donc merci 🙂 . Perso je n’est pas souffert de pas faire noel ou les anniversaires (..), mes parents s’arrangeaient toujours pour m’offrir un cadeau (hors dates) pour que je ne soi pas marginalisé a l’ecole, donc c’était plutot cool. Les problèmes sont arrivés a la pré-adolescence lorsque j’ai découvert que j’était homosexuel, ça a été extremement difficile de savoir que le Dieu que j’aimais inconditionnellement, rejette une partie de moi, toute mon adolescence a été une bataille entre mon orientation amoureuse , et l’amour envers Dieu, sans parler de la peur que mes parents le sachent et me rejettes a cause de « sodom et gomorrh », peu a peu j’ai éprouvé de la colere qu’on m’accepte pas tel que je suis, alors que moi, je suivais les regles (predication, etudes, reunionS…), par amour inconditionnel même si des choses ne me plaisais pas (la prédication est une horreur – parfois menace de mort, humiliation..). Peu a peu je suis partie, il m’a fallu beaucoup d’année pour que ma foi disparaisse et pour que je soi appaisé (je suis devenu un.e athée radical par la suite, avant de retrouver une spiritualité saine). Mon vécu n’est pas propre qu’au TJ, mais c’est un sujet auquel je m’exprime très rarement, et ça me fais du bien de le partager 🙂 (ps: les TJ ne sont pas obligé.es de donner de l’argent, et iels donnent ce qu’iels veulent quand iel le veulent)

    1. Rozie Répondre

      Salut Evin !

      Je t’en prie, merci à toi de venir partager ton expérience ici ! Ce qui fait que ça s’est bien passé ici, c’est que le cadre n’était pas trop strict, je pense. Les parents offraient des cadeaux en décalé pour ne pas pénaliser ni marginaliser les enfants. Les enfants avaient le droit de lier des amitiés avec des non TJ, ce genre de choses. Ca y fait beaucoup !

      Je comprends que tout cela t’aie heurté. C’est assez violent « d’apprendre » que Dieu est amour inconditionnel mais pas envers l’homosexualité. Au nom de quoi ?

      Mon père a réagi comme toi, mais lui contre le christianisme. Il est devenu un athée radical mais n’est malheureusement jamais parvenu à atteindre une spiritualité saine, comme tu le dis. Du mois, pas que je sache … Comment vis-tu ta spiritualité aujourd’hui ?

      (Ps : Ok, je note pour les dons d’argent !)

      1. Evin Répondre

        Hey bonjour!
        Ahh très bien alors 🙂 Je t’en prie!
        Oui mes parents ne sont pas du genre strict, iels sont très pieu.x.se mais savent faire la part des choses.. Heureusement!
        Exactement, au nom de quoi!? Encore si c’était quelque chose qui faisais du mal a autruie, j’aurais compris, mais la je trouvais ça vraiment injuste et illogique (…).
        Oui je pense que beaucoup de personnes, par deception, deviennent des athées radicaux, c’est « normal » (..). Apres, je pense, que le probleme n’est pas qu’il n’a pas de spiritualité « saine », mais la colere qu’il garde a l’intérieur, je pense (juste mon avis) que c’est cette colere qu’il faut appaiser en lui (assez simpliste comme raisonnement, je ne le connais pas).
        Eh bien, a vrai dire, je suis agnostique, j’ai vécu des expériences « mystiques », et je tire un peu ma spiritualité de ses experiences, donc je vie en cultivant le plus possible l’amour, la bienveillance, le partage, l’empathie, (..) , ainsi que de promouvoir la diversité par exemple, le vivre ensemble (multi-culturalisme..), le respect des animaux (veganisme), ecologie, (etc), d’une maniere « moderne » axé sur l’avenir (pas genre gnan-gnan, même si j’aime le gnan-gnan..), tout ça me fais sentir plus proche de ce qu’est « la vie » (son energie), fin, je sais pas comment expliquer , j’ai du mal a mettre des mots sur ce ressentie d’unité/amour avec la vie et tout ce qui la compose, parfois je me sens comme dans une fresque, ou chaque detail s’apprecie, se change, se diversifie, fin c’est etrange dsl c’est assez brouillon..
        Et toi tu l’as vie comment? Tu est agnostique aussi non?

        1. Rozie Répondre

          Effectivement, le problème n’est pas qu’il n’a pas de spiritualité, mais qu’il soit si en colère. Cette colère semble venir de très loin, lui seul saura comment l’enrayer.

          Et bien moi … Je la vis un peu (beaucoup) comme toi, la spiritualité !

          Elle est en pleine construction. Mais en gros, ce qui en ressort, c’est un amour ressenti très fort pour le reste du monde, la nature, les êtres vivants en général. Et cette sensation toute aussi forte qu' »on » m’aime inconditionnellement.

          Ca passe par le respect de l’autre, la confiance, la bienveillance et l’aide. J’apprends à tendre la main. J’utilise mon empathie pour comprendre et aider.

          Ca passe par ce que je mange : je suis en passe de devenir végétarienne. Disons que je le suis chez moi, mais que ça se complique quand je sors. Je n’arrive pas à dire non à ma famille, je picore un bout pour éviter les frustrations et les colères mais petit à petit, c’est plus fort que moi … Je ne peux plus. A l’heure actuelle, la seule source animale de mon alimentation quotidienne, c’est l’oeuf. Je berce ma conscience en me disant que je vois les poules tous les jours, elles sont très bien traitées, c’est du BIO, etc.
          C’est un pas après l’autre. Je sais que dans un avenir proche, les oeufs me dégouteront tout autant. Mais un pas après l’autre.
          C’est un truc que je n’arrive pas à expliquer aux autres : je ne me force pas, c’est plus fort que moi. Je n’ai juste « plus envie » et je ne peux de toute façon plus fermer les yeux. Même si j’aime certaines viandes !

          Ca passe par la façon dont je chéris mon âme et mon corps : plus de maquillage, contraception naturelle, plus de vêtements saillants, des produits bruts, naturels pour prendre soin de moi et me soigner. Préférer la médecine préventive et les alternatives holistiques aux médécines « chimiques ». Choisir des activités qui me régénèrent : taïchi pour septembre. Accepter le silence. Se recueillir. Apprendre à se connaître.

          Ca passe aussi par mon impact sur la planète : zéro-déchet, plus d’achats de vêtements (les prochains seront éthiques et solides !), désencombrement, réflexion quant aux lieux que je fréquente pour acheter (quoi que ce soit) …

          D’aucun pourrait penser que je deviens une vraie réac’, une vraie hippie. En fait, ça va beaucoup plus loin que ça. C’est une question d’amour. Tout est toujours une question d’amour. Je ne me force pas, encore une fois. Je ne serai pas en paix avec moi-même, et avec cette « énergie » que je ressens autour de moi si je ne respectais pas ça. Si je ne respectais pas la Vie. Je ne sais pas si ça se comprend, ce que je dis. Sur ce sujet-là, il m’est encore difficile de mettre des mots clairs. Mais je suis plutôt d’accord avec la belle image de la fresque que tu utilises.

          Suis agnostique ? Hmmm non ! Je suis croyante aujourd’hui. Je sais que le « monde invisible » (je l’appelle comme ça) existe, du fond de mon coeur.

          1. Evin

            Hey!
            Je comprend, c’est pas évident vis a vis de l’entourage surtout lorsque celui ci accorde beaucoup d’importance a la « viande » (surtout lié a l’affectif).

            Je sais que tu le sais, mais tes choix doivent passer au dessus de ça (fin quand tu te sentiras prête), être en accord avec sa conscience est très important, savoir dire non, est vraiment libérateur, et c’est vrai que ce sera surement difficile au début, mais lorsqu’iels integreront le fait que c’est « NIET », iels arreteront progressivement de te faire des coleres ou autres, et même peut être même qu’iels s’y interesseront (..).

            Et oui tu as bien raison de le faire pas apres pas, surtout l’alimentation.. En tout cas je te souhaite une bonne transition, la plus sereine possible 😉

            Oui je me retrouve aussi dans ton texte, et il est vrai que c’est difficile de bien retranscrir se genre de « ressenti »(qui sont d’ailleurs multiples) mais en tout cas moi je vois tout a fait ce que tu me dis.
            Je pense que lorsqu’on prend conscience de la valeur de la vie, de sa sensibilité,(..), on prend le « meme » chemin, avec diverses idées, diverse façon de penser et d’avancer, et personnellement je trouve ça beau et très enrichissant..
            Ca ne vaux surement pas grand chose, mais bravo! C’est chouette de lire se genre de commentaire 🙂 ça m’egaie!

            J’y croit aussi au monde invisible, (a la vie apres la mort, la reincarnation, (..) ), mais je n’adhere a aucune croyance spécifique, j’ai aussi l’impression que des lors qu’on adhere a une croyance, une religion, (..), on se met dans un stéréotype, on doit tenir une sorte d’image spirituel, qui perso, me derange, apres peut etre que je n’est pas la bonne definition du mot « agnostique ».

            Et tu as deja experimenté quelque chose lié au « monde invisible » (..)?

          2. Rozie

            Tu as raison, mes choix doivent passer avant le qu’en dira-t-on. Disons que la viande et le végétarisme, c’est très houleux dans ma famille et ça remonte ! Je me suis battue toute mon enfance et toute mon adolescence contre mon père pour avoir le droit de ne pas en manger. Je n’aimais pas ça, je trouvais ça dégoutant. Aujourd’hui encore (après 25 ans !) c’est un sujet très sensible. Il fait toujours des viandes que j’aime pour me faire plaisir quand je viens, et c’est dur de lui dire qu’en fait, ça ne me fait pas plaisir.Bref !

            Je n’adhère à aucune croyance spécifique non plus. A mon sens, c’est quand on se pose qu’on ferme les portes, qu’on arrête de chercher, d’avancer. Ca ne me convient pas et comme tu le dis, après ça, on se met une étiquette dont les autres attendent quelque chose de spécifique. On s’enferme.

            Ai-je déjà expérimenté quelque chose ? Hmm .. Rien de spectaculaire, et après tout, ce n’est que mon interprétation de faits, je ne saurai jamais si je suis dans la vérité. En tout cas, je le ressens comme ça, comme une certitude, une Foi.

            Par exemple, quand il a fallu visiter des maison pour en acheter une. La première que j’ai visité (seule). J’étais sur le balcon, en haut, face à la vue, quand j’ai ressenti que j’avais trouvé. C’était très fort. Très chaud. Ca m’irradiait complètement, ça passait de mes pieds jusqu’à ma tête. Je devais être là, quelque chose me disait que c’était chez moi et que je l’avais toujours su. On n’aurait jamais dû avoir cette maison, ni la choisir spécifiquement, pour diverses raisons, mais ça ne s’explique pas. Comme si tout s’était aligné pour que ce soit possible, pour que la Maison et moi, on se trouve. Inéluctable.

            J’ai vécu ce genre de choses avec des personnes aussi. Une en particulier (j’avais 15 ans). J’ai entendu sa voix et j’ai su. Qu’elle et moi, ce serait quelque chose de fort. Qu’on était semblable. Je ne me suis pas trompée. 10 ans après, c’est une évidence.

            Des rêves aussi. A l’époque (j’avais 12 ans), j’avais besoin que mon grand-père me dise quelque chose et je cherchais par tous les moyens à le contacter. Il était mort depuis deux ans. J’attendais des heures le soir dans ma chambre, la nuit. Rien ne se passait. Et un jour, il est venu dans mon rêve. Il avait un sourire à nul autre pareil et me disait qu’il allait bien. Une telle paix s’en dégageait, je m’en souviendrais toute ma vie ! Je me suis réveillée vraiment soulagée.
            Plus tard, j’ai mis ça sur le compte de mon inconsciente, de la psychologie et de tout ce que tu veux de rationnel. Aujourd’hui, aux vues de la force « énergétique » que j’ai ressenti sur le moment .. J’ai plus tendance à croire que c’était bien un message.

            Pleins de petites choses comme ça, tout au long de ma vie. De plus en plus depuis que je fais des pas vers ce monde invisible, depuis que je lui laisse une place dans mon quotidien en toute connaissance de cause. Je pourrais en parler pendant des heures, ça me passionne, ça me fascine !

            Des « déjà-vus » tous les jours depuis des mois, la certitude profonde que je suis sur le bon chemin, qu’on m’indique la voie et que je sais entendre d’une certaine manière. Ce sentiment plus fou encore d’avoir toujours eu l’impression d’être protégée, d’avoir une « bonne étoile ». Je sais qu’on me protège, qu' »on » tient à moi. Alors j’écoute. J’accepte de ne pas tout savoir et de ne pas comprendre. Et « on » me rassure et étant de plus en plus présent au quotidien. A l’heure actuelle, il s’agit pour moi d’une certitude.

            Mais d’aucun pourrait écraser tout ça et l’expliquer beaucoup plus scientifiquement, j’en suis consciente …

            Et toi, des expériences de ton côté alors ?

          3. Evin

            Hey salut 🙂 Desole pour le temps de réponse.. (je n’arrive pas a répondre a ton dernier message, donc je repond sur celui ci)

            Je comprend, si pour lui c’est une façon de te faire plaisir, c’est vrai que ça peut être assez compliqué, peut être qu’il faut le rassurer en lui disant que sa presence suffit amplement a te faire plaisir (je dis ça comme ça pour aider, je le connais pas donc..).

            Merci de partager ton vécu, et tes ressenties 🙂
            Tu ecoutes ton ressenti, tes intuitions, et je pense qu’a partir de la, tu est sur la bonne « frequence », je trouve ça fantastique pour toi, et se sentiment de se sentir sur le « bon » chemin doit etre vraiment rassurant, personnellement quand je l’ai vécu, je ressentait beaucoup de confiance envers la vie, envers l’avenir, comme si rien ne pouvais m’ebranler, ça me manque ce sentiment, cette confiance de se laisser guider sans peur, mais avec esprit d’aventure, de joie, (..).

            Oui je comprend lol (que ça te fascine), mais tu trouves des personnes dans ton entourages a qui ça interesse, fin dont tu peux en discuter, partager avec aisance (..)?

            C’est un peu long a expliquer, je vais essayer d’abreger au « maximum »..

            Donc pour ma part, l’experience qui m’a le plus marqué c’est passé il y a environs 2 ans, j’était dans une optique très joyeuse, a vouloir decouvrir les choses, j’ai eu aussi beaucoup de prise de conscience durant cette periode, par contre j’etait toujours rationnel.

            Un soir j’était en discotheque, je dansais, je me sentais bien, et d’un coup le son commencais a retentir au loin, puis, j’ai commencé a ressentir un amour très puissant, les choses autour de moi changeais, les gens renvoyaient un amour enorme, les gens bougeais avec harmonie, synchronicité (..), quand je voyais le regard des gens, c’est comme si je voyais leurs ames, et l’amour était si intense que j’ai « redecouvert » sa signication, lorsque j’ai commencé a reflechir a ce qui m’arrivais, j’ai eu enormement d’angoisse, et je suis a moitié tombé dans les pommes, ensuite j’ai repris mes esprits (..). Le lendemain je pensais que j’avais été drogué, sauf que ça m’es re-arrivé plusieurs fois par la suite, en apres midi (..), c’était different, mais très marquant (et durant au moins 6 mois j’etait extremement heureux.se, meme trop.. Rien que de voir une fleure ou de croiser un chat qui passais, m’emerveillais et me remplissais de joie).. Apparemment j’ai été dans une autre dimension, fin a ce qu’on m’a dis et a ce que j’ai pu lire, mais rien n’est sur, c’est destabilisant en fait..
            Je suis assez mal a l’aise a vrai dire lorsque j’y pense, et lorsque j’essaye de comprendre fin bon..

          4. Rozie

            Bonjour Evin,

            Wouah ! Quelle expérience !

            Tu m’étonnes que ça doit être très perturbant .. A qui as-tu pu en parler sans qu’on te prenne pour un « fou » ? J’imagine qu’il a fallu que tu choisisses précisément vers qui te tourner.

            Moi, j’en parle avec mon mari (très porté sur la religion, et les croyances, la spiritualité en général). A part ça .. Pas à grand monde ! Ma belle-famille est ouverte sur le sujet, mais c’est assez intime de dire ce qu’on vit. Je l’écris donc sur le blog pour partager ça avec qui voudra bien l’entendre … Dans ma famille, j’ai les deux : des gens très ouverts et en recherche, mais d’autres très terre à terre. Et j’ai du mal à leur parler de ça. Ca se fera avec le temps, je pense.

            En tout cas, oui, c’est fantastique. Je n’en ressens pas l’angoisse. Mais de l’amour profond. On pourra en parler plus en profondeur, si ça te tente, n’hésite pas :).

            A bientôt !

  3. Touches pastel Répondre

    J’ai été élevée dans une famille TJ, aujourd’hui il ne reste que ma mère, pour qui c’est véritablement son monde. Même si j’ai beaucoup souffert à l’adolescence, notamment parce que je ne pouvais pas concevoir le fait de me confier à ma mère sur des choses non-acceptables moralement et que du coup, je gardais tout pour moi, aujourd’hui tout se passe pour le mieux (j’en suis partie à mes 14 ans) entre nous.

    Il n’en reste pas moins que les bases que j’ai acquises grâce à cette éducation particulière étaient saines, et que les valeurs que les TJ inculquent sont pures. Après, plus haut, certains à mon avis manipulent, et d’autres personnes se permettent de juger ceux qui font parti du « monde » (extérieur).
    Cependant, en effet, ça n’est pas une secte. C’est surtout un autre univers, avec ses propres caractéristiques, ses points forts et ses points faibles. Mes les intentions sont vraiment bonnes. Et leurs assemblées sont parfois bouleversantes (certaines personnes ont l’air si heureuses).

    Mais comme toi, je ne sais pas quoi croire. S’il y a bien une chose que l’on retrouve dans toutes les religions, c’est l’importance de l’amour. Au-delà de ça, je pense que si l’on doit croire quelque chose, il ne s’agit que de nos ressentis et de ce à quoi ça nous mène.

    Ton article m’a fait plaisir, parce que les préjugés sur les TJ continuent encore de m’agacer et de me rendre triste pour ma mère.

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Oui, les préjugés, sur eux, ont la vie dure. Et c’est terrible d’entendre ce genre de choses quand des personnes qu’on aime sont TJ. Ca brûle.

      Je te rejoins complètement sur les bases particulièrement saines, et les valeurs pures. Leurs intentions sont sincèrement bonnes et c’en est surprenant. Je n’ai pas eu le loisir d’assister à une assemblée, mais je n’ai pas de mal à te croire. C’est sans doute ce pourquoi les gens en ont si peur. Quand on voit ça, on a envie de devenir pareil et d’un autre côté, on se demande comment c’est possible d’être si heureux par le biais d’une croyance.

  4. elodie Répondre

    Bonjour,

    Merci beaucoup d’avoir partagé ton expérience car depuis que je suis petite « témoins de jéhovah » a une résonance un peu négatif et d’avoir lu ton article, ça m’a appris certaine chose !

    Bisous

    Elodie

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Mais de rien ! Oui en général, on a un avis négatif sur ceux. Parfois il est sans doute légitime mais mon article est surtout là pour dire que ce n’est pas forcément aussi « sectaire » qu’on se l’imagine !

  5. Séverine Répondre

    Merci pour ton article, il est très intéressant !
    Pour ma part, je suis une ancienne TJ. Mes parents sont TJ, mes grands-parents sont TJ, mes tantes, oncles, cousins sont TJ, bref tu l’auras compris tout ma famille l’est. Mais plus moi. J’ai décidé de me retirer des TJ il y a bientôt 3 ans maintenant. Je me suis posée des questions auxquelles je n’ai pas eu de réponses, j’ai donc préféré partir. Au moins comme ça, les choses étaient claires.

    Actuellement je me cherche beaucoup, mais je n’en dis pas un mot à mes parents. Ils seraient les premiers à essayer de me faire revenir chez les TJ. Je peux comprendre qu’ils pensent avoir la vérité. Mais je trouve ça dommage, qu’ils n’acceptent pas les autres croyances comme pouvant être des vérités pour d’autres personnes.

    Aujourd’hui, je vis avec mon Chéri à 400km de mes parents. J’ai toujours de très bon contact avec eux . En y repensant, je n’ai pas de rancune vis-à-vis des TJ, souvent les anciens TJ en ont beaucoup. Au contraire, quand on me pose des questions sur les TJ, j’explique leur croyance et j’essaye de répondre en toute objectivité. Après tout, ça fera toujours partie de ma vie d’une façon ou d’une autre.

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Il y a du positif là dedans ! Déjà, ta famille semble n’avoir pas mal pris que tu quittes les TJ et ils l’acceptent.
      Je comprends que tu te cherches beaucoup. Ma belle-famille et mon mari aussi. Comme si l’enseignement TJ avait entrouvert des portes mais qu’ils n’ont pas toute les réponses pour que la porte s’ouvre en grand. Peut-être as-tu besoin de compenser ?
      Tes parents veulent que tu reviennes parce qu’ils t’aiment mais oui, c’est dommage qu’ils ne comprennent pas qu’il y a peut-être (et sans doute) plusieurs vérités. Une vérité pour chacun d’entre nous.
      Tu n’as pas de rancune et c’est le plus important, je crois. Tu acceptes que ça fasse partie de ta vie et tu ne le portes pas comme un fardeau. J’ai rencontré d’autres anciens TJ et clairement pour eux, c’est beaucoup plus difficile. Peut-être parce qu’ils étaient plus « embrigadés », peut-être parce que l’étiquette qu’on leur donne et trop lourde à porter ..
      En tout cas, merci pour le partage de ton expérience !

  6. chouchie Répondre

    Pourquoi ne vas tu pas au bout de ton étude de la bible ( seule ou avec quelqu’un ) pour pouvoir faire ton propre choix ? Aller dans une salle du royaume pour te faire ta propre opinion ? Personne ne t’y enfermera, ni te forcera à quoi que ce soit et tu le sais bien.
    Et je pense sincèrement que les dommages collatéraux des transfusions sanguines ont tué beaucoup plus de personnes que le refus d’en recevoir …
    Bon dimanche 🙂

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Bonjour,

      (Pardon, j’ai mis du temps à voir ton commentaire, il était classé en indésirable)

      Aller dans une salle du royaume, ça me tente. Mais c’est plus par curiosité comme je suis curieuse de rentrer dans une mosquée ou une église. Je sais bien qu’on ne m’y enfermera pas ! Mais je ne veux pas recevoir d’enseignement religieux. Pour cette même raison, je ne veux pas étudier la Bible. Je veux bien la lire comme on lit un conte, une histoire avec une morale. Mais je ne veux pas m’en servir comme d’un livre sacré qui contient la parole divine.
      Ma foi, si je dois la vivre, je veux la vivre en toute liberté. Je ne veux pas qu’elle suive des préceptes autres que ceux évidents que j’entends déjà dans mon coeur.
      Quant aux transfusions sanguines .. Je ne me prononce pas ! Personnellement, si j’avais le choix, je n’accepterais pas que le sang de quelqu’un d’autre circule dans mes veines. Mais pas pour des raisons religieuses. Surtout parce que je suis hématophobe et que l’idée même me terrorise. Et ensuite, c’est vrai, parce que j’ai un peu peur de ce qui peut se transmettre par ce biais. Mais après, je ne suis pas non plus contre le don du sang qui sauve beaucoup de monde. Et si ça pouvait me sauver la vie, je ne rechignerais pas dessus !

  7. Lucie Répondre

    Bonjour,

    J’ai lu votre article avec intérêt. Mais mon avis sur cette secte est toujours le même…
    Peut-on qualifier de « religion » un « courant de pensée » qui laisse mourrir ses « fidèles »?
    Le nombre de cas dans le monde de refus de transfusions sanguines par les TJ ayant entraîné la mort de la personne souffrante est juste effrayant…
    Comment cautionner cela?
    Je suis infirmière anesthésiste, et ai longtemps travaillé en réanimation donc cet aspect me touche beaucoup.

    http://www.tj-encyclopedie.org/Liste_d'affaires_de_transfusion_sanguine

    Pour en revenir à l’aspect financier, je suis chrétienne, pratiquante. Et jamais l’Eglise ne m’a forcée la main à donner… je me délèste d’1 ou 2€ à la messe le dimanche mais je ne pense pas que cela soit comparable à ce qui est demandé à un TJ.

    Bref, quand à ma porte sonnent les TJ, je reste évidement polie, mais hors de question de faire rentrer ces personnes dans mon foyer, près de mes enfants.
    L’embrigadement que subissent les individus élevés par des TJ me fait peur.

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Bonjour Lucie,

      Merci d’avoir pris le temps de partager votre avis avec moi !
      Mon article n’est pas là pour vous faire changer d’avis, il raconte juste un témoignage à un instant T. Peut-être que tout aurait été différent si j’avais rencontré ma belle-famille au moment ou elle adhérait vraiment aux TJ plutôt qu’au moment où elle commençait à s’en éloigner.
      Votre avis sur les transfusions sanguines, je le partage. Bien que je respecte le fait que ces gens acceptent de mourir pour leur foi. C’est leur droit. Bien sûr, c’est terrible et je réagirais sûrement violemment si j’avais à le vivre au quotidien comme vous.
      Quant à l’aspect financier .. Je pense en effet qu’on leur en demande beaucoup plus qu’à l’église et peut-être bien qu’ils se sentent obligés de donner. Je ne suis pas pour non plus, c’est évident.
      Il est à noter une chose quand-même : contrairement aux églises chrétiennes, et maintenant aux mosquées, les TJ ne reçoivent aucune aide de l’Etat alors que celui-ci se permet de ponctionner gracieusement dans les dons des fidèles.

      Comme vous, je ne laisserais pas des TJ parler de religion à mes enfants si c’est pour leur faire une étude de la Bible déguisée comme a essayé de le faire sur moi ma collègue. Mais je ne laisserais pas non plus un chrétien le faire, ni un musulman, ni un juif, ni ce que vous voulez. Il y a des extrémistes partout et à mon sens, ils ne sont pas plus violents que les autres.

      Est-ce que la WatchTower laisse mourir ses fidèles ? Dans un certain sens, c’est possible. Mais l’Islam laisse aussi ses femmes se faire lapider et tuer au moindre « faux pas » et le pape interdit le préservatif quand des centaines de fidèles n’ont que cette protection pour tenter de ne pas mourir du sida alors … Je ne dirais pas qu’ils laissent plus mourir leurs fidèles que les autres.

      Vous craignez les TJ. Je crains toutes les religions parce qu’elles font toutes du mal à un certain degré. Mais je respecte la foi de chacun, c’est un précieux cadeau.

  8. SweetieJulie Répondre

    J’ai ouvert mon cœur à la foi il y a près d’un an à présent. Dieu avait toujours été là, je le sentais mais je ne le reconnaissais pas. Je n’ai pas été élevée dans la croyance, on en parlait un peu avec mon Parrain, mes parents disaient que le catéchisme c’était long et ennuyeux, et même si j’ai été baptisée étant petite, je n’ai pas fait ma communion. Tout ça pour te dire que ma croyance a grandi sans que je la force, et j’ai surtout abandonné des a-prioris qui n’étaient pas les miens. Tu n’as rien à forcer. Tu sembles déjà sensible aux questions religieuses, et à la croyance. Peut-être que ton cœur s’ouvre peu à peu pour recevoir l’amour de Dieu. Tes pas te mèneront là où tu te sentiras bien, et là où tu trouveras des réponses à tes questions. Il est bon de ne pas se presser.
    Ce que l’histoire de ta belle-famille et de ton mari démontre, c’est que la foi ne repose pas sur une Eglise, sur un mouvement de pensées, sur des rituels codifiés. Les Témoins de Jeovah sont considérés à tort comme une secte parce qu’ils n’appartiennent pas à la grande famille Catholique : je trouve cela bien dommage, alors que l’Amour de Dieu, la Bible qu’il a inspirée aux hommes et la vie de Jesus nous apprennent la tolérance, la bienveillance, l’acceptation de l’autre. Leur foi n’en est pas moins réelle, ni leur interprétation des Ecritures que je respecte – ils s’activent à enseigner la Parole telle qu’ils la comprennent, dans un moment d’évangélisation en quelque sorte et j’approuve cette démarche qui n’est en rien violente. Une de mes plus proches amies a grandi dans une famille TJ : elle a eu quelques difficultés mais elle reconnaît penser intégrer cette Eglise un jour si elle faisait de sa foi un élément important dans sa vie.
    Pour ma part, je fréquente une église baptiste depuis Janvier mais à la frénésie et la joie des premiers mois avec eux, succèdent des questions auxquelles on ne m’offre pas de réponse, et je sens que je dérange parfois. J’ai cette désagréable sensation qu’ils essaient de formater mon esprit, que je pense dans leur moule, que je vis tel qu’ils me l’indiquent. Encore une fois c’est fait sans méchanceté mais ça me dérange un peu… Ma foi ne dépend pas de leur approbation. Mon amour pour Dieu grandit, je lis seule la Bible, je prie en silence et parfois à voix haute, et mon compagnon répond patiemment à mes questions -lui aussi est croyant depuis longtemps, mais ne fait pas partie d’une Eglise en particulier. Après tout, Jesus nous dit que son Eglise est dans notre coeur.

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Merci Julie de partager ton expérience avec moi ! En plus, ce sont des choses dont j’aime bien parler. J’ai un réel attrait, qui plus est grandissant, pour la foi. Sauf que .. Je ne veux pas faire partie d’une église.
      J’ai été baptisée aussi mais je n’ai pas suivi de catéchisme ni fait de communion. Mon père, élevé la-dedans, a complètement renié la foi et l’existence de Dieu. Il a une véritable aversion pour ces choses là et cette aversion a conditionné mes sentiments.
      Tu vois, je sens que quelque chose se passe petit à petit, que j’ai quelque chose de très intéressant à découvrir, qui pourrait me bouleverser. Mais je n’arrive pas à pousser la porte. Je ne sais pas par où entrer.
      Je ne veux pas me reposer sur la Bible ni sur un quelconque précepte. Je veux que ça vienne du fond de moi. Que ce soit évident.Même si c’est évident petit à petit …
      Ta dernière phrase est très importante. C’est celle qui a motivé ma belle-mère a quitté les TJ, à ne plus suivre une institution et à vivre seule (avec son mari) sa foi. Elle me dit que les religions interprètent mal la notion d’église. Elle me dit que l’église c’est le couple qu’il forment, juste tous les trois (elle, lui et Jésus), dans la foi.
      Elle est impressionnante parce qu’elle a toujours senti Jésus près d’elle. Elle lui parlait quand elle était petite alors qu’elle n’avait aucune notion de religion ou de foi.
      Si ça doit m’arriver, ça prendra le temps que ça prendra et je ne veux rien forcer. Je me demande juste si je dois l’attendre, ou si je dois avancer vers lui. Je me demande si ce n’est pas ce que je suis entrain de faire et de vivre. Je ne sais pas.
      La seule chose que je sais, c’est que j’ai foi en la vie. Une foi dévorante et incommensurable. C’est peut-être ce que vous appelez Dieu.

  9. MissTexas Répondre

    Difficile de commenter sur ce sujet que je ne connais pas tellement, mais je vais essayer !
    Depuis que je suis au Texas (5 ans), j’ai complètement revu mon point de vue sur les religions. J’étais plutôt assez catégorique avant de partir, mais à force de voir des gens dont la vie entière est imprégnée de religion, dont les moindres faits et gestes, ainsi que la vie du quotidien, ont un rapport avec Dieu, je me dis que cela leur apporte certainement beaucoup. Les gens sont adorables ici, ont beaucoup de compassion, aident leurs prochains, font beaucoup de bénévolat. Ils se soutiennent en cas de coups durs et gardent une foi inébranlable qui les aident à garder la tête hors de l’eau dans bien des situations.
    Tant que la religion apporte du bonus dans la vie des gens, je trouve ça positif. Je ne crois pas en Dieu, en tout cas pas sous la même forme que les Texans, mais j’apprécie ce que leurs croyances apportent dans mon quotidien. J’essaie de suivre les mêmes principes qu’eux (compassion, entraide…) sans mettre Dieu derrière. Chacun son truc, du moment qu’on est tolérants les uns envers les autres !
    J’ai plus de mal avec les Témoins de Jehovah car je n’aime pas l’aspect pécunier derrière. Je trouve aussi que certaines règles sont bien trop strictes, et qu’on peut très bien vivre dans la Foi sans rester vierge jusqu’au mariage. Je ne vois pas le lien en fait…
    Bref, pour moi, chacun a le droit de vivre avec ses propres croyances, du moment que le respect est là (dans les 2 sens) et que la religion n’endoctrine pas à faire donner de l’argent ou suivre des règles qui n’ont pas de sens…
    Voilà !

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Merci pour ce partage de point de vue !
      C’est vrai qu’en France finalement, on est beaucoup moins religieux qu’ailleurs, et notamment qu’aux USA. Oui, la foi apporte beaucoup de bien j’en suis persuadée. Mais pas forcément la religion. C’est pour moi toute la différence.
      Les gens qui ont la foi, la vraie, sont vraiment humains. Ils s’entraident et laissent parler leurs bons sentiments. Ca fait beaucoup de bien !
      Les TJ donnent de l’argent, mais à l’église, on nous le demande aussi ..
      Je suis d’accord avec toi pour ce qui est des règles. A mon sens, toutes ces règles (quelque soit la religion) n’ont pas lieu d’être. Je ne peux pas les comprendre. Elles servent à prouver sa foi, à cadrer. Je pense qu’on ne peut pas comprendre tant qu’on ne le vit pas. Chez ma meilleure amie, toutes ces règles ont eu un effet vraiment positif, même si elles l’ont éloignées de moi.
      La foi, c’est quelque chose d’apparemment évident, mais aussi complexe !

Répondez-moi :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *