Rien de neuf en 2018 ?

Je viens aujourd’hui vous partager une idée, une initiative que je trouve carrément géniale !

Le Défi « Rien de neuf ? »

L’association Zero Waste France (que je découvre en même temps) a choisi cette année de nous lancer un défi d’envergure : ne rien acheter de neuf pendant un an.

Ca paraît dingue ? Et bien, pas tant que ça ! Le but, c’est de (se) sensibiliser, de réfléchir à ses achats et de leurs trouver des alternatives quand d’ordinaire, on irait bêtement trouver son bonheur dans le premier centre commercial du coin.

Il y a mille façons d’éviter un achat neuf, il suffit de se creuser un peu la tête et de regarder autour de soi !

L’association a donc créé un groupe Facebook, auquel on peut s’inscrire pour exposer des problématiques et aider à résoudre celles des autres, en proposant à chaque fois une alternative. On y (re)découvre l’existence des ressourceries, des friperies, des sites de vente d’occasion, des dons, des trocs, le choix de louer plutôt que d’acheter, de prêter ses outils à son voisin, de mutualiser un achat, de fabriquer soi-même avec des matériaux réutilisés …etc.

Rares sont les objets qu’on ne peut pas dénicher autrement qu’en arpentant les vitrines des grands magasins. Qu’on aie besoin de vêtements, de meubles, d’objets de décoration, de livres, d’outils, de matériel de puériculture (ou autre), il y a toujours une solution !

Pourquoi participer ?

Premièrement parce que votre budget vous remerciera ! (L’argument de base qui ne laisse quasiment personne insensible, n’est-ce pas ?) Car acheter d’occasion, peu importe le biais, c’est faire de grosses économies.

C’est aussi trouver des matériaux originaux plutôt que de suivre les tendances imposées, et se créer un univers unique ! Car qui d’autre aura réussi à chiner ce vieux meuble et à le personnaliser avec autant de goût ? Qui portera cette robe incroyable, qu’a plus de 20 ans mais qui paraît neuve, mieux que vous ? C’est toujours en sortant des sentiers battus qu’on trouve la perle rare, ou l’offre à ne pas manquer !

Participer à ce défi, c’est aussi prendre le pas de déconstruire ses habitudes, et de sensibiliser ses proches. C’est découvrir de chouettes structures, des associations, des personnes qui revalorisent des objets dont personne ne veut plus depuis des années.

C’est aussi participer à la réduction des déchets. Plutôt que de jeter les vieilleries de mamie, qui peuvent encore servir et aider de nombreuses personnes dans le besoin, on les donne, on les vend, on les customise et on fait des heureux ! Plutôt de d’acheter un énième T-shirt à H&M qui finira à la poubelle l’année suivante (parce que la qualité n’est pas au rendez-vous !), on évite à celui de la friperie d’à côté de finir de la même façon alors qu’il peut encore servir des années ! D’une pierre, deux coups, c’est pas génial, ça ?

Participer, c’est aussi prendre le pouvoir, donner son avis, montrer qu’on ne veut plus de l’obsolescence programmée, qu’on ne cautionne plus les conditions de travail déplorables, qu’on a en marre du jetable, qu’on leur préfère – et de loin ! – le durable, la qualité et l’éthique. 

Vous pouvez aussi vous inscrire sur le site. Ca permettra à l’association d’effectuer des statistiques et de chiffrer les bénéfices du mouvement tout au long de l’année. Personnellement, j’ai hâte de découvrir les résultats !
L’inscription permet aussi de recevoir chaque semaine un mail retraçant les différentes alternatives envisageables. Ca promet de jolies découvertes.

Et l’économie, dans tout ça ?

Voilà une question qu’on peut se poser : si tout le monde fait ça, est-ce que ça ne sera pas néfaste pour l’économie ?

Selon moi, c’est un faux problème. Si tout le monde fait ça, ça forcera tout simplement l’économie à changer. Et pour qu’elle décide de changer, malheureusement, il va falloir qu’elle y perde avant. C’est toujours comme ça quand il s’agit d’argent.

Est-ce si mal ? La transition sera peut-être un peu rude, mais il ne faut pas perdre de vue qu’au stade où on en est, on est OBLIGE d’entrer en transition. On est OBLIGE de changer drastiquement notre système de consommation. On est OBLIGE de payer nos erreurs passées. Reculer l’échéance ne fera qu’aggraver notre cas, voire celui de nos enfants si on réussit à y échapper.

Ne plus rien acheter de neuf, ça forcera tout simplement les grandes entreprises à trouver de l’argent et de l’emploi ailleurs. Et pour moi, il n’y a qu’un seul ailleurs : le recyclage et la gestion des déchets, l’énergie renouvelable …etc.

Il y a toujours des conséquences. Ce qui est utopiste, ce n’est pas de croire qu’on peut y arriver, c’est de croire qu’on le peut tout en sauvegardant nos privilèges actuels. Enormément d’idées visionnaires sont rejetées à cause de cela, c’est tellement dommage … !

Au quotidien, comment s’y prendre ?

A savoir : les produits alimentaires, cosmétiques, médicamenteux, ne sont évidemment pas concernés. 

Je ne suis pas certaine de réussir complètement ce défi, il s’agit d’un véritable challenge ! Mon dernier achat neuf remonte au 29 décembre 2017, et j’achète régulièrement pour décorer notre nouvelle maison.

Je pense que je vais relever seule ce défi et ne pas inclure mon amoureux dans la partie. Il achète environ une fois par mois quelque chose de neuf et ses recherches sont spécifiques. Il pourrait trouver, je pense, mais je n’ai pas à l’obliger. Ce sont ses petits plaisirs. Je lui soumettrais l’idée néanmoins, et il choisira comment il souhaite s’y prendre !
(Hier, il s’est tourné vers du seconde-main sans que je n’aie rien eu à dire, j’étais stupéfaite. Comme quoi, il avance lui aussi avec moi, c’est génial !)

Il va falloir que j’arrête d’épier quotidiennement les sites de ventes privées. C’est là-bas que j’achète tout ce qu’il nous « faut » pour la maison ! J’ai choisi de me laisser une marge de 5 achats neufs sur l’année. Ils devront tous être mûrement réfléchis, et pourquoi pas français et éthiques !

Il me faudra trouver des idées pour les cadeaux, et je pense que ce sera le plus compliqué ! Pour le reste, voilà comment je m’organise :

  • Vêtements, lingerie, linge de maison : Vinted, friperies
  • Livres et culture : on a un magasin qui ne vend que de l’occasion ici
  • Meubles : LeBonCoin, ressourceries
  • Outillage, ustensiles : prêts (merci BeauPapa !)
  • Décoration : récupération à droite à gauche, en fonction des besoins
  • Gros travaux : là par contre … On est bien obligés d’acheter des matériaux neufs, non ?

Il nous faut des ampoules pour les halogènes extérieurs. Je souhaitais également acquérir un tableau créé à partir d’une de mes photos (type photobox). Il nous faut aussi des poignées de meubles de cuisine et un porte-épices à des dimensions sur-mesure. Je n’ai pas encore d’alternatives ! Des idées ?

Et vous, ça vous tente ? N’ayez pas peur, si vous faites des écarts, ce n’est pas grave. Le but, c’est d’amorcer une réflexion et de nouveaux réflexes !


16 thoughts on “Rien de neuf en 2018 ?

  1. Ornella Répondre

    Je crois pas que je sois encore prête.

    1. Rozie Répondre

      Haha, moi non plus, tu sais ! Mais j’essaie. On verra bien où ça me mène !

  2. Melgane Répondre

    Pour les poignées de meubles ç peut valoir le coup de tenter les vide-greniers ? Mais l’hiver ce n’est pas vraiment la saison !
    Sinon, chez nous, on a prit une vieille cuiller, on l’a percée, et bam ! une poignée de porte ! En gros, une poignée de porte tu peux faire ça avec tout et n’importe quoi, tu peux même décider de la fabriquer toi-même avec de l’argile ou de la pâte fimo 🙂

    Quant à moi je ne pense pas que je vais me lancer officiellement dans le défi, parce que ça va me stresser, me faire culpabiliser à chaque fois que je voudrais un truc (surtout que j’avoue que j’aime acheter des livres et des mangas). Mais je ferais attention, de loin en loin, un peu comme ça. De toute façon à part les livres je n’achète pas trop. J’évite H&M, Camaieu, etc. pour les vêtements parce qu’ils sont faits au Bangladesh dans des usines qui sont tellement vétustes qu’elles s’écroulent sur les gens, donc je préfère éviter, je préfère payer un peu plus cher à Esprit (mais j’ai pas encore jeté un œil aux étiquettes, donc je pars du préjugé que puisque c’est plus cher c’est pas fait là-bas, enfin du moins la qualité est-elle un peu meilleure, le défi étant de trouver ma taille ! à H&M je fais du L, à Esprit du 3XL !!!!). Ce que j’achète aussi ce sont des carnets, il va m’en falloir un dans pas longtemps pour le boulot. Difficile de le prendre d’occasion ! Sinon j’achète peu, au final. Faudrait que le remplace les mousses de mon casque mais je traîne. J’achète peu je crois. En même temps pour le moment je vis dans un meublé, et ensuite je reviendrais sans doute chez mes parents, donc les problématiques d’ameublement je ne les ai pas !

    1. Rozie Répondre

      Oui, il y a de quoi trouver pour ces poignées de portes. il va falloir que je m’y attelle d’ailleurs parce que ça commence à devenir chiant, les meubles sans poignées (j’ai jeté les anciennes, complètement pourries, au moment de les repeindre !).

      Le mieux est effectivement de penser à faire attention, ça ne sert à rien de se stresser donc si c’est pas fait pour toi, c’est pas fait pour toi ^^.

  3. Marie Kléber Répondre

    Un challenge intéressant qui nous permet aussi de consommer différemment et en conscience.
    J’essaye d’acheter uniquement ce dont j’ai besoin. Toutefois je me rends compte que j’ai beaucoup de mal avec le vintage, surtout ce qui est bijoux, décoration et mobilier. Si on considère que chaque objet a une mémoire, celle-ci m’affecte de plus en plus….
    Par contre je suis pour la mutualisation, le prêt, le don.
    J’achète très peu de livres – je privilégie la bibliothèque et les boites à livre, brocantes, livres d’occasion.
    Tu as raison Rozie l’économie est une fausse excuse.
    Bon challenge à toi et douce année 2018!

    1. Rozie Répondre

      C’est justement ce que j’aime beaucoup, la mémoire, l’histoire, la vie des objets ! C’est tout un cérémonial. Je les lave, dans tous les sens du terme. Et puis, ils peuvent revivre chez moi, se recharger et charger mon intérieur.

      Meilleurs voeux à toi, Marie !

  4. Cueille le jour Répondre

    Je trouve l’idée très intéressante ! J’essaye de pratiquer ce genre d’initiative déjà dans mon quotidien mais parfois la tentation est forte… ahah
    Je vais allé voir ça tout de suite !

    Bises

    1. Rozie Répondre

      Pour moi aussi, la tentation est forte ! Surtout avec ce que j’avais prévu pour rénover la cuisine ! Tout est dans mes favoris … Craquera, craquera pas ? ^^

      Bises, Sarah !

  5. Séverine Répondre

    Je m’y suis inscrite aussi ! Étant dans une démarche plus zéro déchet, plus éthique, plus naturel et surtout moins consommatrice, ce défi m’a tout de suite interpellé. Par contre, il n’y a qu’un aspect du défi que je ne respecterai pas : ne pas acheter de livres neufs. Je pense que les petites libraires ont besoin qu’on les soutienne, et puis c’est mon péché à moi.

    Bon courage pour ce défi !

    1. Rozie Répondre

      Oui, c’est certainement vrai que les petits libraires ont besoin de nous ! EN 2017, j’ai très peu, il faut que j’y remédie (satané ordinateur !) … Mais ici, on a tendance à acheter les bouquins en ligne. C’est dommage !

      Bon courage à toi aussi ! Rdv dans 365 jours 😉 !

  6. nadine jai50ansetapres Répondre

    Je te dirais que pour les poignées de meubles, tu peux largement piocher dans les recycleries pour donner du cachet et de la personnalité, par contre zéro achat neuf ca peut être assez difficile. Se poser la question avant d’acheter oui, moi je suis dans le minimalisme et j’achète peu mais je fais un bon mix du neuf et du recyclé. Je le vois plus comme ça le challenge. L’achat réfléchi. Mais je souhaite beaucoup de courage pour relever ton défi.

    1. Rozie Répondre

      Hmm, oui, c’est vrai ! A la base, je voulais des poignées assez modernes. Mais je sais que dépareillé, c’est sympa aussi !

      Ne rien acheter de neuf, oui, ça va forcément être complexe. Donc si je fais des écarts, je ne me blâmerais pas. Par contre, je les réfléchirai, et j’essaierai qu’ils soient éthiques ! Par exemple, un achat que je compte faire malgré tout : les BeeWrap pour remplacer le film plastique et le papier alu.

  7. Anne-So - ZePermaLab Répondre

    C’est une chouette initiative, je vais jeter un œil à tout ça !
    Je crois que le plus dur pour moi, si je me lançais là-dedans, ce serait pour les livres ; je n’ai pas de bouquiniste dans le coin, et l’achat d’occasion sur Internet n’est pas forcément pratique (ni vraiment écologique d’ailleurs) – d’autant moins pour les ouvrages spécialisés.
    Pour tes poignées de meubles de cuisine, est-ce qu’une jolie tresse en cordelette (customisable avec un petit élément décoratif ou des couleurs) ne pourrait pas faire l’affaire ? 🙂 Et pour ton porte-épices, tu pourrais peut-être trouver un modèle joli et facilement réalisable à base de bois de palette de récup, non ?
    C’est chic que l’amoureux se soit tourné vers de la seconde-main de lui-même, on dirait qu’il est sur la bonne pente 🙂
    J’espère que tu nous raconteras les étapes de ton défi en tout cas, ça promet d’être intéressant à suivre !

    1. Rozie Répondre

      Je comprends pour les livres ! C’est justement là que l’amoureux a choisi du seconde main.

      Il faudrait que je regarde ce que j’ai ça et là pour ces poignées. J’ai déjà réutilisé un vieil abajour, je suis contente !
      Les palettes, c’est pas bête, d’autant que je sais où je peux m’en procurer !

      Je vous tiendrais sans doute au courant, oui !

  8. zenopia Répondre

    Mon défi pour 2017 était de ne pas acheter de vêtements… j’ai fait quelques écarts (remplacement de choses abîmées principalement)… et, au final, je suis très contente car j’ai vraiment diminuer drastiquement mon budget fringues et épargner… Bravo pour ton challenge en tout cas !

    1. Rozie Répondre

      J’ai réussi à ne pas faire d’écart pour les vêtements, j’étais trop contente ! Par contre, je vais devoir les faire cette année je pense. Il s’agit de collants, mon chiot m’en a bousillé un bon paquet cet hiver. Ils avaient beau être résistants (je les avais depuis 5 bonnes années) ils n’ont pas tenu le choc des crocs pointues !

      Bravo à toi, Cécile !

Répondez-moi :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *