Rencontre entre deux familles.

Vénitiens

A l’annonce de nos fiançailles, nos parents exprimèrent l’envie de se rencontrer. Il n’était pas envisageable pour eux de ne rien connaître de l’autre partie de la famille avant le mariage, ils voulaient s’apprécier et s’apprendre. Si nous n’appréhendions pas cette rencontre, elle était tout de même stressante car décisive. Nos familles allaient devoir s’entendre.

Nous avons choisi un jour de printemps, le dimanche de Pâques, et avons décidé d’établir la rencontre en Provence : les festivités auraient donc lieu chez mes beaux-parents, à Sisteron. Malheureusement, il pleuvait ce jour-là et le mauvais temps ajouta de l’angoisse au stress de mon cher et tendre. « Mais ils ne pourront pas aller dehors ! Ils ne verront pas comme c’est beau et s’ils s’ennuient, comment on fait ? » Il faut avouer que si j’avais confiance en ma famille et en son comportement plus que courtois, je n’étais pas non plus à mon aise. Même lorsqu’on sait que tout va bien se passer, il reste une possibilité pour que l’ambiance s’inverse : une divergence d’opinion, un sujet trop brûlant, une petite gaffe …

J’avais prévenu mes parents. « Ils sont Témoins de Jéhovah, espagnols, ils parlent beaucoup et mangent copieusement ! » Quel fabuleux portrait je leur brossais ! J’expliquais à ma belle-famille que la mienne était du genre calme et silencieuse, athée, et qu’à l’inverse nos appétits étaient moins francs. Le choc des cultures.

Heureusement, nos parents étaient aussi intimidés par cette rencontre officielle que nous, et mirent un point d’honneur à ce que tout se déroule pour le mieux. Durant l’accueil, l’apéritif et le repas, ils se pâmèrent de compliments et de discussions tranquilles. Ils se sont vite aperçus qu’en dehors de la religion, ils partageaient les mêmes valeurs. Je crois que mes parents étaient soulagés de n’avoir pas, face à eux, des intégristes sectaires car il faut bien le dire, les Témoins de Jéhovah ont mauvaise presse. Petit à petit les langues se sont déliées, et l’humour ravageur des Papas a uni les deux hommes.

Nos frères et soeurs étaient également de la partie. Entre cadeaux, champagne et bon repas, les nôtres devenaient amis sous nos yeux émerveillés. Mes parents ont beaucoup appris de cette nouvelle famille. Ils étaient absolument subjugués par la force de leur amour et leur manière de le vivre et de le montrer. Ils ont reçu une vraie leçon de vie à découvrir cette fratrie soudée, ces enfants toujours présents pour aider. Quelque chose de fort émanait de cette maison aux allures andalouses et ils sont repartis rassurés. « Tu as une belle-famille formidable, ces gens sont incroyables. »

Au fur et à mesure des rencontres, une amitié est née entre nos quatre parents. Malgré la distance, ils essaient de se voir régulièrement et c’est toujours un bonheur que de les regarder rire et partager le vin ensemble. Lorsque mon père s’est mis à souffrir de maux intrinsèques, mon beau-père lui a écrit une lettre dans laquelle il lui demandait s’il voulait bien être son ami. Je crois que ce geste a beaucoup soulagé mon paternel qui n’avait plus reçu de déclaration d’amitié aussi franche et sincère depuis longtemps. Et je suis particulièrement reconnaissante à ma belle-famille d’être si intéressée par la vie que mènent les miens. Je suis très touchée.

De cette façon, nos parents ont pu s’entraider et s’organiser quant à l’avènement de notre mariage. Qui se charge de quoi, qui paie quelle somme … Nous ne leur avons rien demandé et ne souhaitions surtout pas partager les frais entre nos deux familles. Certes c’est équitable, mais qui a dit que les deux pouvaient s’en acquitter ? Par principe, mes parents ont choisi de nous régler la moitié des frais de traiteur avec l’accord de mes beaux-parents, mais eux n’ont jamais pu nous régler la somme et jamais je ne la leur réclamerais. Ils ne nous doivent rien. Je ne l’ai pas dit à mes parents par principe, je préfère que ces histoires d’argent restent entre nous. Que personne ne se sente pris à défaut.

Cette première rencontre a dirigé toutes les autres et le jour du mariage, nos familles se sont entendues à la perfection. Les hispaniques habitués à prendre les devants enchantèrent ma tribu réservée. Dorénavant, même mes oncles, tantes et grands-parents sont désireux de revoir ces gens avec lesquels ils ont passé de si bons moments. Ils en rêvent encore (*musique*). Je ne l’aurais pas cru si on me l’avait prédit. Nous avons beaucoup de chance.

Nos familles sont merveilleuses. Elles nous apportent joie, amour et reconnaissance. Sans elles nous ne serions pas là et je leur suis reconnaissante, chaque jour, d’avoir veillé à faire de nous des adultes heureux et responsables. Elles ont réussi dans leur tâche ardue. On n’a qu’une famille et malgré ses défauts, on l’aime toujours, n’est-ce pas ?


10 thoughts on “Rencontre entre deux familles.

  1. Sandra Répondre

    Oh quelle belle histoire ! Moi, j’appréhendais aussi étant de deux cultures opposées mais à ma grande surprise les deux mamans s’entendent à merveille. Elles se voient même parfois en dehors 😉 pour le mariage nous aussi nous avons voulu nous débrouiller seuls, ma belle-mère nous a fait un chèque et ma mère à payer beaucoup de postes important (fleuriste, champagne, dragées etc.) !

    Effectivement, je trouve que c’est un soulagement quand les familles s’apprécient de manière si naturelle et bienveillante. C’est un climat convivial et on est sûr de passer de bons moments à chaque fois.

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Oui, c’est un grand soulagement ! Et ça fait beaucoup de bien …
      C’est toujours délicat je trouve, les histoires d’argent pour le mariage. Mes parents tenaient vraiment à payer la moitié, mais ils attendaient un peu que l’autre partie le fasse aussi … Or, on ne peut rien imposer. et nous ne souhaitions pas avoir d’aide.

      C’est chouette pour vos mamans ! Je trouve ça génial.

  2. MissTexas Répondre

    Quelle chance ! Ton bonheur au quotidien fait vraiment plaisir à lire 🙂

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Merci beaucoup ! :):):)

  3. Escarpins et Marmelade Répondre

    Quelle chance d’avoir des familles qui s’entendent bien! Bravo à vous, vous avez sûrement su les mettre à l’aise!

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Mon amoureux les a mis à l’aise, c’est sûr ! Moi, je suis la fille qui n’est pas très expressive en public (bien que grâce à lui, ça s’est grandement amélioré !) alors .. Je ne savais pas trop quoi faire.
      Mais oui, on a beaucoup de chance.

  4. Marie Kléber Répondre

    C’est beau des familles qui s’entendent! Et tellement agréable aussi. J’en suis heureuse pour vous deux…

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Merci Marie !
      Oui, c’est très agréable, et ça réduit le stress aussi. Surtout pour les journées importantes !

  5. Séverine Répondre

    Pour moi, la rencontre entre mes parents et les parents du Chéri s’est passée il y a à peu près un mois, j’étais stressée comme tout.
    Mes parents sont Témoins de Jéhovah et mes beaux-parents sont protestants pratiquants, mes parents sont belges et mes beaux-parents alsaciens, mes parents sont chauffeurs de bus et mes beaux parents sont commerciaux pour une grosse boîte. Pas vraiment le même monde, du coup j’étais vraiment très anxieuse sur la manière dont la rencontre allait se passer. Mais je me suis fait du soucis pour rien. La rencontre s’est passé merveilleusement bien. Nous avions choisi un endroit neutre, un resto pour que tout le monde se mette à l’aise à partir du même niveau.

    Je ne peux pas dire que cette rencontre s’est aussi bien passée que la tienne, mais je suis satisfaite de son déroulement. A l’heure actuelle, ils demandent des nouvelles des uns, des autres et parlent de se rencontrer une nouvelle fois. Je ne pouvais rien demander de plus ♥

    Ca fait vraiment du bien de lire ton expérience, comme quoi, tout ne finit pas toujours mal 🙂

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Effectivement, deux familles de deux mondes différents !
      Je ne sais pas pour toi, mais mon amoureux était très anxieux parce qu’il se disait « Si ça se passe mal, c’est l’image de tous les TJ qui en prendra un coup ». Ca lui mettait une pression supplémentaire (mes parents sont athées, et au début, ils voyaient vraiment les TJ comme une secte du diable ^^).

      Le lieu neutre, c’est une excellente idée ! Ca permet, comme tu le dis, de partir du même niveau, et de ne pas comparer les richesses des uns et des autres. Ca enlève tout pouvoir de supériorité.

      Je suis heureuse de lire que ça s’est finalement très bien passé pour vous ! Ca va continuer dans ce sens, tu verras ! En tout cas, je vous le souhaite !
      Et non, tout ne finit pas toujours mal au contraire.

Laissez-moi un colibri :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *