Vierge et sans expérience : la cible idéale.

Boule de verre

« Pourquoi moi ? »

Cette interrogation me tourmente, encore et toujours. Bien sûr, il ne m’a pas simplement choisie froidement, comme on cherche son paquet de céréales préféré dans les rayons trop remplis des supermarchés. Quoique … Adopteunmec.com fonctionne comme ça. J’étais censée avoir l’avantage, mais c’est lui qui m’a installée dans son caddie.

Certains aspects de sa recherche étaient sincères et légitimes. J’espère qu’au fond, tout n’était pas planifié. J’espère qu’il souhaitait trouver la bonne personne, tomber amoureux, vivre de beaux moments, mais je n’en suis pas tout à fait sûre et ça me trouble. A quel point était-il manipulateur ?

Il recherchait une jeune femme, jolie, douce. De préférence mince et svelte, simple, qui aime la musique, son principal centre d’intérêt. Je ne peux pas le blâmer, mes recherches étaient pour le moins similaires, transposées au masculin. Mais j’aurais dû comprendre que ce qui l’intéressait vraiment chez moi, c’était mon manque d’expérience et ma naïveté.

J’avais dix-huit ans. Je me sentais particulièrement seule dans cette grande ville, je n’étais pas à l’aise et souffrais de ne pas réussir à m’intégrer. Je manquais d’amis. Je n’avais jamais connu de relation sérieuse même si j’avais déjà eu le béguin pour quelques garçons, et j’étais vierge. Une candidate parfaite. Il pouvait faire de moi ce que bon lui semblait.

J’ai mal d’écrire ça de cette façon. Je suis dégoûtée. Il avait pourtant réussi à me redonner le sourire, nos premiers rendez-vous étaient agréables. Il faisait son possible pour me charmer malgré le manque de moyens évident, c’était mignon. Deux ballades à Fourvière, une session guitare-voix à son domicile et un film d’horreur auront suffi. J’avais soif d’amour et de romance alors je faisais fi de tous ses défauts, je voulais que quelque chose m’arrive enfin.

Lors de l’une de nos soirées passées à discuter sur le chat d’adopteunmec, il s’enquit d’en connaître plus sur mon passé amoureux. Nous n’étions pas encore ensemble et ne discutions que depuis quelques semaines qu’il souhaitait déjà aborder tous les détails de mes anciennes histoires. Cela revêtait à ses yeux d’une importance particulière. « Je n’ai jamais eu de vrai copain.Comment je peux en être sûr ? » J’aurais dû me méfier. Qui s’inquiète si tôt des ex si ce n’est un jaloux maladif ? Pourquoi était-ce si important ? Cela devait-il être un problème ?

« Ben … Je suis vierge. C’est pas un secret, tout le monde le sait.C’est vrai ? Oui, évidemment.Woooaah … C’est génial, c’est carrément exceptionnel .. J’ai toujours rêvé d’une fille vierge. » J’aurais dû reculer. Nous flirtions à peine et il insinuait déjà qu’il allait me déflorer ! A partir de ce moment, je devins à ses yeux la personne à saisir, le graal à obtenir. Personne ne m’avait jamais touchée, je lui appartiendrais entièrement. Car c’est bien de cela dont il s’agit : l’appartenance.

Mon manque d’expérience lui permit un total contrôle des idées. A chaque fois que mes actes lui déplaisaient, il me rétorquait que je ne savais pas ce que c’était que de vivre en couple, que d’être ensemble. J’étais avec lui, donc je devais me comporter de cette manière là. « Tout le monde fait comme ça, c’est normal, pourquoi tu ne comprends pas ça ? » J’avais interdiction de sociabiliser, ou de faire quoi que ce soit d’autre sans lui. « On fait tout à deux, tu ne peux pas me laisser, c’est irrespectueux. Tu te fous de moi. »

Lorsque nous marchions dans la rue, je devais impérativement lui tenir la main. De cette manière, il me donnait la direction. Si je me tenais trop éloignée, il me contraignait à me rapprocher en resserrant son étreinte. Pour que j’aille à gauche, il tordait mon poignet en ce sens, et vice et versa.

Il en était de même pour le sexe. Il m’apprenait à faire l’amour. Je devais me mettre comme ça, lui laisser me faire ça, lui faire plaisir de cette façon … « Allez, on essaie… » Son rituel sexuel était précis et je devais m’y plier. On commence par ceci, on poursuit avec cela, on termine de cette manière … Je n’avais aucune notion de consentement. Assez souvent, j’avais des douleurs, mais elles ne devaient pas impacter sa libido.

Comme je ne connaissais rien d’autre, tout me paraissait normal. Si je n’avais pas envie je me laissais faire. Il parait que l’appétit vient en mangeant. Je ne crois pas avoir refusé une seule fois, sauf à la fin, quand j’ai (enfin !) compris que le sexe, ce n’était pas qu’une histoire de mec à satisfaire et que moi aussi, j’avais mon mot à dire. Il a choisi nos premières fois sans me demander mon avis, ainsi que notre moyen de contraception. « Pas besoin de contrôler les IST, je suis clean. » Ah bon, pourtant tu en as eu des aventures, toi ! Avec lui, j’ai pris de gros risques.

J’ai su plus tard qu’il réservait le même traitement aux femmes qui m’ont succédé. L’une d’entre elle avait eu le malheur de profiter de son corps avant de le connaître : il n’avait de cesse de lui rappeler qu’elle n’était pas entièrement à lui, que si son âme lui appartenait, il n’en était rien de son corps, et qu’elle était sale de s’être donnée à autant de types. Avec elle, les rapports intimes étaient les mêmes qu’avec moi, point par point. Elle aussi était plus jeune, gentille, vulnérable. Elle me ressemblait.

Il avait eu de la chance avec moi, j’étais le parti parfait et je sais qu’il me regrette encore (par « me », comprendre « mon corps dont il était le seul propriétaire »). Il en était si fier ! Je regrette qu’il ait eu ma virginité. Si ça n’a plus vraiment d’importance pour moi, ça en a pour lui. Il pense sans doute encore qu’une partie de moi lui appartient, pour toujours et à jamais. Je suis dans son palmarès et ça me déplaît.

J’aimerais pouvoir effacer ça de sa mémoire et l’occulter de la mienne. Tout cette histoire a un impact important sur ma vie sexuelle d’aujourd’hui. Je dois vivre avec de nombreux blocages que je ne parviens pas à comprendre moi-même, et que mon mari comprend encore moins. Je n’arrive pas à en parler, et je n’arrive pas à être libre.

Pour lui je n’étais qu’une toile vierge qu’il pourrait peindre à sa convenance, les traits de ma personnalité profonde lui importaient finalement peu. Il a effacé mes quelques coups de crayon, il a apposé sa signature sur mon écrin. Difficile de redevenir soi-même, n’est-ce pas ?


10 thoughts on “Vierge et sans expérience : la cible idéale.

  1. La Petite Culotte Répondre

    Ca m’a trop énervée de lire cet article, je suis super tendue maintenant.
    J’aurais aimé être là, te connaître et te mettre deux claques en te disant « mais putain, réveille-toi meuf ». Ca me rend triste que tu aies eu à faire à un tel connard, et ça m’énerve TELLEMENT que des mecs comme ça existent et manipulent des filles, en profitant de leur manque d’expérience.
    Je suis vraiment contente que maintenant, tout aille bien dans ta vie, mais en colère que cette décharge ambulante puisse encore faire du mal à d’autres personnes. Heureusement, je crois au karma,il se le reprendra dans la tête ce tocard.
    Des bisous.

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Et bien j’aurais bien aimé, moi aussi que tu me secoues mais je ne suis pas certaine que ça aurait fonctionné. Certains de mes meilleurs amis ont essayé, certes pas aussi violemment, mais je ne les ai pas écoutés …
      La manipulation est-elle qu’on refuse de voir l’évidence. On ne peut pas y croire.
      Ta haine envers lui, je la comprends. J’ai été haineuse très longtemps et le suis encore un peu. Quand je croise ce genre de personnage, je deviens une lionne.
      Je crois au karma aussi. La vie le lui rendra. Et en un sens, elle le lui a déjà rendu. Les PN se complaisent dans leur malheur et le provoque !

  2. themetis Répondre

    Je suis contre la sacralisation de la virginité. Pour moi, tout cela est une question anatomique et absolument pas un signe de pureté ou un cadeau qu’on offre au prince charmant… Nos corps nous appartiennent…

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Tu as complètement raison d’être contre. Je le suis aujourd’hui aussi. Je suis exaspérée qu’un homme puisse demander ça à une femme pour prouver qu’elle est « sage » et « pure » et qu’elle lui appartient. Je suis exaspérée qu’un homme ose en vouloir à une femme de n’être plus vierge et d’avoir profité de sa vie et de son corps.
      Avant, j’étais fière d’être encore vierge. Dans cette société hypersexualisée, c’était ma manière d’adolescente de transformer cette faiblesse (le manque d’expérience sexuelle) en force.
      Avec mon oeil d’aujourd’hui c’est complètement différent.
      Le fait est que pour encore beaucoup de personne, la virginité est un critère essentiel, et que je suis malheureusement tombée sur l’une d’entre elle. Il aimait ma virginité plus que ma personnalité. Ca me tue.

  3. mistigriffe Répondre

    Je suis choquée par cet abus mais malheureusement, c’est commun à beaucoup de jeunes filles. Comme tu le dis : « J’avais soif d’amour et de romance ». Il faut que nous soyons moins naïves, à l’avenir…

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Malheureusement, oui, c’est très commun, ces histoires de corps et de sexe mal fait.
      Et ça laisse des traces.
      Je ne sais pas ce qu’il faut faire pour limiter ça. Sans doute en parler plus librement aux enfants, aux jeunes, en leur expliquant qu’ils sont maîtres de leurs corps et que le consentement est indispensable.

  4. Escarpins et Marmelade Répondre

    Je comprends le dégoût que tu dois ressentir à présent, le fait que tu aies l’impression qu’une partie de toi lui appartient.. Mais cette partie de toi qui lui appartient est morte. Il ne détient de toi qu’un souvenir funeste. La vraie Rozie s’est défait de son bourreau, elle est bien vivante et libre…
    Passe de bonne fêtes ma belle.

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Merci beaucoup.
      C’est bien ce que j’essaie de me dire, mais j’ai tous ces souvenirs qu’il a forcément aussi. Et je déteste imaginer quand il pense à moi, et de quelle manière il pense à moi, de quelle manière il fantasme (peut-être encore) mon corps qui n’appartient pas qu’à moi. Ca me tue. Et oui, ça me dégoute.
      Bonnes fêtes à toi aussi.

  5. Illyria Répondre

    Très intéressant ton article, et belle et juste analyse en effet!
    Et comme toi, ce qui m’a souvent fait tomber dans une relation non épanouissante (surtout avec ce cher N.), c’est la solitude. Ils savent réchauffer notre coeur et nous faire tomber dans leur piège…
    Je te souhaite que tu arrives à dépasser ces blocages, c’est dur de se remettre de quelqu’un qui nous culpabilisait et qui nous faisait comprendre que ça lui plairait plus si c’était comme ça et que blablabla, ça devrait être comme ça…
    Continue d’écrire! 🙂

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Merci Illyria !
      La solitude peut être terrible. Elle nous donne soif et nous pousse à boire n’importe quoi …
      Comme toi, je vais réussir à dépasser ça petit à petit, avec du temps et pas mal de bienveillance.
      Merci pour ton passage ici !

Répondez-moi :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *