L'instant Partage

Mon musée personnel : ma personnalité à travers 15 objets

Il y a peu, j’ai lu le très chouette article de Illyria – dont je viens à l’instant de voler le titre – et j’ai été absolument enchantée par l’idée. Je l’ai trouvé superbe, et je vous invite donc tou.te.s à aller le lire, parce que je ne vais vous en proposer qu’une pâle copie !

L’idée, qui vient du magazine Flow (que je ne lis pas), c’est de sélectionner 15 objets qui sont représentatifs de notre personnalité. Je vais donc vous expliquer, comme elle, pourquoi j’ai sélectionné ceux-là en particulier.

Il y a ceux dont je ne me passerais pour rien au monde, et ceux qui sont juste des indicateurs de ma vie. C’est parti !

1 . Mon alliance

J’ai mis beaucoup de temps à savoir si je souhaitais réellement porter une alliance. Je n’étais pas franchement convaincue. Il m’a fallu du temps pour la choisir, et c’était plus le choix de la fatalité qu’autre chose : aucune ne me plaisait vraiment. Pas de coup de coeur.

Il faut dire que je n’ai pas eu de chance, mon premier choix n’a tenu qu’une semaine (je ne recommande pas M*** …) ! Il me fallait en trouver une de substitution, j’ai donc choisi la seconde par défaut. Mais dès que je l’ai passée à mon doigt,  je n’ai plus pu en décrocher le regard.

J’ai mis tout mon amour dans cette bague et ce qu’elle représente. Je ne la quitte jamais, je me sens nue et inquiète sans elle. Vulnérable et seule.

2 . Mon cartable d’ordinateur

… Et l’ordinateur en question … !

Je l’adore parce qu’elle est fleurie et originale : tout le monde la remarque, partout où je l’emmène ! Elle a un style rétro particulier qui me correspond tout à fait, elle est pratique et solide. Si ça vous intéresse, rendez-vous chez ClaireFontaine ;).

3 . Mon marque-page

C’est un chat blanc en céramique. J’étais en CM2 quand mon père me l’a offert. Je dévorais les livres de la bibliothèque de l’école, et je le rangeais avec dans une pochette en plastique, chaque semaine.

Un jour, je l’ai perdu, et comme à chaque fois que j’égare ce que mon père m’offre, j’étais inconsolable. Je m’en voulais tellement que je ne lui ai jamais dit.

Quelques mois plus tard, ma copine Melody a passé les doigts entre les banquettes de la bibliothèque et l’a exhumé devant mes yeux ébahis. La céramique était toute rayée et fêlée, mais qu’importe ! Depuis, il m’accompagne fidèlement dans mes lectures.

4 . Ma lampe Living-Colors

Je suis assez embêtante avec les lumières. Je ne supporte pas qu’elles tapent trop. J’adore cette lampe parce qu’elle est diffuse, et qu’il suffit que je l’allume pour changer l’ambiance de la maison en fonction de mon humeur.

En général, je la règle sur un rose profond. Ca me sécurise et m’enveloppe, tout particulièrement quand je veux chanter. En plus, elle met en valeur le charme de ma maison : que demander de plus ?

5 . Ma boîte à musique

Cette boîte à musique m’a été offerte par ma soeur le jour de sa naissance. Oui, vous avez bien lu. C’est une chouette idée que mes parents ont eu là.

J’avais trois ans et demi. Tous les soirs, pendant des années, j’ai remonté le mécanisme avant de passer dans mon lit. J’avais inventé des paroles sur la mélodie qui disaient : « Elia, ma petite soeur, moi je t’aimerai toujours. » Rien que de l’écrire, je pleure.

Cette boîte à musique représente tout l’amour que j’ai eu instantanément pour elle, et qu’elle a eu instantanément pour moi, mais aussi nos années noires. Nous nous sommes autant aimées que détestées et cette relation complexe et viscérale s’est cristallisée en cette boîte à musique. Il est rare que je chérisse tant un objet mais celui-là, si par malheur quelqu’un venait à l’abîmer un jour, je ne m’en remettrais pas. J’aurais beaucoup de mal à gérer ma colère et ma déception. Vous êtes prévenus !

6 . Mon carnet de notes

C’est dans ce carnet qu’est née l’idée de ce blog.

A dire vrai, je m’en sers très peu. J’ai plusieurs carnets comme ça, dont je ne veux pas me débarrasser, parce qu’il m’évoquent la liberté de créer et de penser. Ponctuellement, j’y dépose quelques mots. Plus souvent des idées, des concepts.

7 . Mon doudou

Ou devrais-je dire : MES doudous !

Le premier, c’est un T-shirt de mon amoureux. Je lui demande de me le « préparer » pendant quelques jours avant de me le donner. Comprendre : le porter et transpirer dedans à loisir ! Je passe mes soirées à le mordiller, il est plein de trous, et je ne peux pas dormir à l’aise sans. Je faisais déjà ça quand j’étais petite, avec un lange blanc, vous voyez ce que c’est ? Je ne peux pas me passer de ce réflexe enfantin, c’est une drogue dont j’ai besoin pour me sentir en sécurité.

Le deuxième, c’est une peluche qui est censée ressembler à un panda. Elle s’appelle Pandine, je la cale toutes les nuits contre mon ventre depuis toujours. IN-DIS-PEN-SABLE.
Elle a perdu son nez à cause de mon père qui s’amusait à la jeter en l’air pour me faire hurler. On ne l’a jamais retrouvé. Je lui en ai voulu à mort pendant des jours !

8 . Mon photophore

J’aime beaucoup les bougies et les photophores. C’est quelque chose qui me fait toujours plaisir, et plus iels sont gros.ses, plus j’adhère. Je m’en sers surtout en été pour éclairer mes soirées sur la terrasse. Ca m’apaise.

9 . Ma boîte à souvenirs

C’est une boîte à puzzle toute simple (le seul que j’ai terminé de toute ma vie et qui trône encore dans ma chambre d’enfant, chez mes parents !). Elle contient tous mes trésors : lettres, photographies, dessins, cartes d’anniversaire, thème astral, billets de concert … A chaque fois que j’y remets le nez, c’est par soif de nostalgie. J’en ressors toujours les yeux rouges et humides, et le coeur en proie à un shoot d’amour.

C’est grâce à elle que je me rends compte de la force avec laquelle certaines personnes m’aiment. Et à quel point je les aime en retour.

10 . Mon écharpe

Je ne sors JAMAIS sans une écharpe, un foulard ou une étole autour du cou. Eté comme hiver, 24h/24. Je suis frileuse juste à cet endroit-là, et très fragile au niveau ORL. Je les choisis toujours fleuris, et si possible en soie. C’est une matière légère et très chaude, et comme j’ai également des problèmes de tension dans la nuque, c’est idéal pour être bien protégée sans avoir trois kilos de tissu pendus à mon cou.

11 . Ma boîte à mots doux

C’est ma grand-mère qui me l’a offerte. Elle est en bois, et c’est un héritage familial : elle a fait la route depuis Avignon, elle vient d’une lointaine cousine. Elle est un peu abîmée, l’intérieur est rouge et melotonné. Elle sent le renfermé et la rose.

A la base, c’est une boîte à bijoux. Moi, j’y range tous les mots doux que me laisse mon amoureux, depuis le début de notre histoire.

12 . Mon livre auto-édité

C’est un recueil de nouvelles écrit à quatre mains, avec une amie. Nous étions les deux seules membres du club littéraire du lycée et c’est elle qui s’est occupée de tout pour l’auto-édition. C’est surtout grâce à elle que ce bouquin existe.

Je ne l’ai fait lire à personne de mon côté, tant certaines nouvelles en disent longs sur mon intimité d’alors. Je n’aime pas le relire. Je trouve mon style abominable, vraiment. Je m’essayais à un mélange de mes auteurs favoris, j’étais gauche au possible … Bref, c’est illisible !

13. Mon petit chien lumineux

C’est un petit objet que mon père m’a offert, tout à fait par hasard, parce que j’ai craqué devant en passant dans un rayon. Il coutait deux euros. Je l’ai appelé Clafoutis. Il change de couleur toutes les 5 secondes.

Je ne saurais trop vous dire pourquoi, mais j’y tiens beaucoup. C’est un peu un « objet mantra » pour moi.

14 . Mon thé

J’ai été initiée au thé lors de notre voyage en Chine, il y a 4 ans. Depuis, on ne s’en passe plus, et je suis contente : j’ai trouvé une marchande de thé bio adorable au marché du dimanche matin ! Je le prends en vrac spécialement chez elle. C’est la première « vendeuse » avec laquelle j’aime discuter, c’est un vrai plaisir. Je suis sûre qu’on pourrait être amies.

Elle me fait toujours découvrir de nouvelles saveurs et son stand, garnis de grand et petits bocaux de verre, eux-mêmes garnis d’herbes et de fruits séchés en tous genres, me fait penser à un banquet que pourrait décrire Flaubert dans l’un de ses contes !

15 . Ma Shruti Box

Rares sont ceux qui connaissent. C’est un instrument indien, qui sert de guide pour le chant, puisqu’il produit des bourdons grâce à ses hanches libres et son soufflet. C’est très simple d’utilisation. On peut aussi faire du rythme avec, en tapotant dessus, mais je ne le fais jamais.

Il est parfait pour moi. Il me permet de me libérer via l’improvisation, de me ressourcer, et d’inclure mon amoureux à mes activités quand l’envie nous prend de « jouer » ensemble.

Et voilà, 15 objets pour une vie ! Et vous, quels sont ceux dont vous ne vous passez pas, et qui en disent long sur vous ?

Semer un peu de magie et de poésie dans le quotidien.

16 commentaires

  • Illyria

    Oh chouette ça me fait super plaisir que tu aies repris l’idée!! Et effectivement c’est intéressant et ça raconte des choses sur la personnalité de l’autrice, j’ai bien aimé lire ton article!
    J’ai bien aimé l’histoire du nez de Pandine, c’est fou que son nez ait disparu ^^ (et moi aussi je dors avec un doudou)
    Merci d’avoir partagé tout ça avec nous 🙂

    • Illyria

      J’ai oublié, moi aussi j’ai tout le temps quelque chose autour du cou, quelque soit la température ^^ Du coup je suis contente de voir que je ne suis pas la seule! Je me sentais assez ridicule avec mon écharpe dans les bureaux chauffés à plus de 20° au travail, mais bon je sais pas je me sens moins bien sinon!
      Il est beau ton blog, j’aime bien comme tu l’as aménagé! C’est qui fait le code? C’est toi?

      • Rozie

        Aaaah, les doudous ! Je crois qu’en fait on est beaucoup plus nombreux qu’on ne le pense à avoir gardé cette « habitude ».

        Pareil, et même en plein été quand il fait 30 degrés dehors. Il suffit qu’il y ait une légère brise (ce qui est tout le temps le cas, en fait ^^) pour que j’aie besoin d’une étole. Oui, c’est exactement ça, on se sent moins bien sinon !

        Merci beaucoup :). Non, je ne sais pas coder ! C’est simplement un thème que j’ai trouvé après des heures de recherches. J’ai pris la version complète, on peut complètement le personnaliser et … Taadaaaa ! Si c’est t’intéresse, je peux te donner le nom du thème !

  • nadine

    Puis-je me permettre une reflexion : ces 15 objets qui en disent long sur toi, c’est surtout une absente qui en dit long. Ta soeur, ton père, ton amoureux mais jamais rien sur ta mère c’est drôle.
    J’aime ton écriture.

    • Rozie

      C’est très juste, Nadine. Je n’avais pas vu les choses sous cet angle, mais effectivement …

      Rien sur ma mère, c’est vrai. D’un coup, ça me fait de la peine. Mais je crois que c’est à l’image de notre relation (qui n’est pas mauvaise, au demeurant, loin de là). Tiens, il faudrait que je creuse de ce côté-là !

      Merci.

  • Melgane

    Je trouve l’idée de cet article absolument géniale !
    Je ne sais pas si je parviendrais à trouver 15 objets… mon doudou, mon carnet d’écriture, bien sûr ! Un livre de contes peut-être, pour symboliser tous les autres… la bague de ma grand-mère que j’ai perdue (vive moi… :'( ). Après, je sais pas… j’ai pas beaucoup vécu, donc j’ai pas beaucoup d’objets, puis c’est pas facile sans les avoir tous sous la main… mon fidget cube aussi, parce que c’est bien pratique ce petit machin… Du coup ça fait 5 : plus que 10 x)

    • Rozie

      Oh moi aussi, j’ai adoré l’article d’Illyria !! Je trouve que … Effectivement, ça en dit long, c’est personnel mais vraiment intéressant.

      Tu as un doudou aussi ?
      J’ai aussi une bague qui me rappelle beaucoup mes grands-parents … Je ne peux plus la porter, je risquerais de l’abîmer gravement ou de la perdre. Je compatis, j’ai déjà perdu beaucoup de bijoux qui avaient une valeur sentimentale !

      C’est quoi, un fidget cube ?

      Ca me rend curieuse !

      • Melgane

        Un fidget cube c’est un cube en plastique avec de petits objets sur les faces, comme un interrupteur, ou un joystick, et tu les tripotes et tu peux aller contre ton stress ou ce genre de choses. C’est très connu en ASMR parce qu’ils s’en servent pour faire des bruits mais, surtout, dans la blogosphère des mères d’enfants autistes, et j’avais lu le témoignage d’une mère qui disait que son gamin avait arrêté de s’arracher les cheveux grâce à ça. Moi, comme je le disais dans mon article sur le corps, tu sais, j’ai tendance à jouer avec ma peau, à la triturer et tout… du coup j’avais des cales à la base des pouces parce que j’arrêtais pas d’emmerder ma peau. Mais elle est redevenue toute lisse comme maintenant j’ai jeté mon dévolu sur le cube 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :