Mariage : J’ai gardé mon nom de jeune fille.

Je suis née en m’appelant Rozie, je mourrais en m’appelant Rozie.

C’était une évidence pour moi. Hors de question de changer de nom, jamais. Mariée ou pas, avec des enfants ou pas … J’ai besoin de cette indépendance là. Pourquoi ?

Parce que comme pour le voile et l’alliance, changer de nom c’était encore cacher celle que je suis vraiment, c’était m’obliger à devenir une autre. C’était me plier à des conventions, et je déteste ça. Maintenant, ça me fait rire parce qu’Ornella, lors de ma séance d’astrologie, m’a dit que j’étais dans le refus des modèles, que j’aimais marcher hors des sentiers battus, et que mon indépendance m’était indispensable … C’est tellement vrai ! Normalement, j’aurais dû fuir cet engagement. Je ne me suis certainement pas mariée pour devenir une « épouse ».

Mon nom de famille, j’en suis très fière. Au début, c’était aussi une façon pour moi de ne pas me couper de mon père, mais ça a vite changé. Aujourd’hui, je ne veux être (sous)associée ni à l’un, ni à l’autre. Je ne suis pas QUE la fille de mon père, ni QUE la femme de mon mari. Je me suis mariée pour créer ma famille et me séparer de l’ancienne, mais pas pour devenir le bras droit ou l’assistant de quelqu’un. Je reste une entité à part entière, et je ne voyais pas comment concilier ce besoin de n’être que moi, avec le concept de changer de nom.

On pourrait croire que je suis égoïste, et on pourrait se demander pourquoi je me suis mariée, si je ne veux ni alliance ni nom d’usage. Pour beaucoup, il est inconcevable pour une famille que tous les membres ne portent pas le même nom, et je l’entends. Il y a quelques jours, une personne m’a fait comprendre que c’était idiot et égocentrique, et que mes enfants en paieraient le prix. « C’est compliqué pour un enfant de s’y retrouver, et de porter deux noms ! » Parce qu’évidemment, si un jour (très hypothétique) j’ai des enfants, ils porteront nos deux noms.

Je répondrais que tout est une question de culture et d’envies. En Espagne, dont est originaire ma belle-famille, porter deux noms (souvent très longs), c’est normal. Les enfants ne semblent pas tellement en pâtir. En France, ça se démocratise. Les enfants s’y retrouvent si on prend le temps de leur expliquer. Ils ne sont pas idiots, ils comprennent très bien, et seront d’autant plus fiers de porter ces deux noms si tant est qu’on leur en partage la valeur.

Je dois avouer qu’il y a aussi une question d’esthétique dans tout ça. Mon nom est beau, je l’adore. S’appeler Rozie, porter le nom d’une jolie fleur, c’est plutôt sympa. D’autant plus qu’il me correspond : si vous me suivez, vous connaissez mon amour des fleurs et ma vision printanière de la vie. Il n’y a pas de hasards, hors de question de changer quoi que ce soit. Depuis mon plus jeune âge, je me suis clairement identifiée à Rozie, à tel point que j’ai la sensation de le porter dans mon ADN.

Le nom de famille de mon mari n’est pas laid. Il n’est pas magnifique non plus. Assez quelconque. Cela pour dire que si j’avais porté un autre nom que le mien, je pense que je l’aurais gardé aussi. L’esthétique ne fait pas tout. Evidemment, si j’avais hérité d’un nom de famille humiliant ou insultant, j’aurais changé. Il y a des limites à l’indépendance !

Pourquoi ne pas porter, tous les deux, les deux noms ? La question a évidemment été soulevée. Mon mari n’avait rien contre et aurait effectué les démarches si je le lui avais demandé. Il était même partant pour prendre seulement mon nom, mais je n’en voyais pas l’intérêt. Je pense que nous l’aurions fait si nous avions pour projet d’avoir des enfants. L’unité familiale a un sens, et dans ce cadre-là, j’aurais accepté ce compromis. En l’absence quasi-certaine d’une descendance, s’infliger un tel changement administratif n’en valait pas la peine.

Le jour J, tout le monde m’a appelé par mon « nom d’épouse » pour me féliciter, et j’ai expliqué à tout le monde que je gardais mon « nom de jeune fille ». Tous les membres de ma famille ont signé des chèques adressés à Mme Héros du Quotidien. Heureusement que mon banquier ne vérifie pas, sinon, nous n’aurions jamais pu en voir la couleur ! Mais globalement, il a suffi que je le dise une fois pour qu’on ne fasse plus l’erreur. Qu’ils soient d’accord ou pas, nos proches ont accepté mon choix et ça me fait plaisir.

C’est avec les administrations que je dois me battre. Pourtant, je remplis tous mes papiers au nom de Rozie, rien n’a changé. Mais il suffit que j’indique que je suis mariée pour que ça change automatiquement. J’ai beau supprimer la mention « nom de jeune fille » des formulaires, indiquer que je garde mon identité première d’une façon très visible, le redire, une fois, deux fois … Ca ne manque jamais. Et honnêtement, ça me hérisse les poils ! Je le prends vraiment comme un irrespect de mon choix et de ma personne. On me force la main.

C’est le cas avec Pôle Emploi, malgré 4 demandes de modification. Avec ma banque aussi … Mes comptes ne sont plus à mon nom, ni mes chéquiers, alors que je suis dans cet établissement depuis ma naissance et que je n’ai jamais fait de demande de changement. Pour l’achat de la maison, c’est le bordel ! Le notaire a bien pris en compte mon choix, lui, alors ça crée des malentendus. Il n’y a pourtant rien de compliqué ! C’est trop demandé que de garder mon nom ?

Pour que les gens comprennent bien ce qui me dérange dans tout ça, voilà ce que je leur demande quand la question est soulevée : « Tu changerais de prénom, toi ?Comment ça ?Ben imagines, tu t’appelles Mathilde, mais ton mari s’appelle Thomas. Tu accepterais qu’on t’appelle Thomas à partir d’aujourd’hui, parce que tu t’es mariée avec lui ? En faisant abstraction du genre, évidemment …Non ! Et bien pour moi, c’est la même chose. Prénom et nom de famille sont aussi important. »

Ca me fait cet effet-là.

Et vous, avez-vous changé de nom ? Adopté celui de votre mari , ou trouvé un compromis ? La question est-elle aussi cruciale pour vous qu’elle l’est pour moi ? Je serai ravie d’avoir vos points de vue et vos avis !


20 thoughts on “Mariage : J’ai gardé mon nom de jeune fille.

  1. Emi Répondre

    Eh bien je comprends parfaitement !

    Je ne suis pas encore mariée, mais je fais un point d’honneur à garder le nom de mon père et je trouve admirables les femmes qui le font et assument ! Cela n’empêche en rien d’aimer son mari aussi fort que si l’on était « Madame X ».

    Belle continuation 🙂

    1. Rozie Répondre

      Merci Emi !

      Effectivement, le nom ne changera jamais rien dans la façon et dans l’intensité dont nous aimons l’autre … C’est un choix personnel.

      Belle continuation à toi aussi :).

  2. Maman délire Répondre

    Sacrée rozie ! Tu as raison et si c’est important pour toi c’est le principal ! Et bien en ce qui me concerne j’ai changé de nom car mon nom de jeune fille est flamand et a 15 lettres.. un cauchemar quand il faut se présenter ou réserver un resto .. j’ai donc sauté sur l’occasion car le nom de mon mari est très simple ! Cela dit, je reste très attachée à ce nom qui sera toujours le mien quoiqu’il arrive. D’ailleurs dans toutes les démarches administratives il est mentionné.. ( les joies de l’administration !!) pour moi le nom de mon mari c’est un peu comme un nom d’emprunt. Ça n’est pas mon vrai moi. Je l’apprécie mais quelque part je suis quand même trop indépendante pour m’identifier à ce nom ( je sais pas si je suis très claire ) mais il me facilite clairement la vie, surtout à l’école avec les enfants.. cela dit, un nom qui sort du lot permet parfois de se faire remarquer .. bref je joue un peu avec les 2 !!

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Je vois tout à fait ce que tu veux dire ! Et d’ailleurs, beaucoup de femmes de nos générations fonctionnent comme ça, avec un nom d’emprunt mais sans non plus renier leur nom à elles.

      Ca doit créer des situations cocasses des fois, quand tu ne sais plus quel nom tu as utilisé pour réserver/te présenter ! ^^

  3. Ornella Répondre

    Je comprends tout à fait ton choix. D’ailleurs au Portugal, je crois qu’ils alignent les noms de plusieurs générations donc ils ont parfois 4 noms de famille et autant de prénoms secondaires. En Islande, c’est encore différent. On s’appelle par exemple Rozie Fille de Charles. Ou Vincent Fils de Marc. Eux identifient leur identité par rapport à la génération précédente. Je crois pas qu’il y ait une seule façon meilleure que les autres de faire les choses, il faut s’écouter.

    Et je comprends ta frustration quand les institutions et administrations françaises te donnent le sentiment de renier ton droit. J’ai eu une conversation similaire avec une amie de longue date, française et née en Nouvelle-Calédonie. Elle me dit que toutes les îles françaises sont proposées quand tu remplis des papiers administratifs sauf celle-là, comme-ci on vouait la renier de l’Etat Français. Et elle m’expliquait tout son sentiment d’être prise pour une étrangère ou de se sentir n’appartenir à aucune terre. Qu’elle se trouvait bête de ressentir ça mais qu’en même temps, elle était blessée que ce soit si difficile de faire reconnaître le lieu de sa naissance. Ca se rejoint un peu je trouve.

    1. Rozie & Colibri Répondre

      En Espagne, c’est sensiblement comme au Portugal, sauf qu’ils finissent par faire un choix et gardent deux noms pour éviter les rallonges. J’aime bien ce système.

      Non, il n’y a pas de meilleure façon de faire, c’est comme pour tout ! Il y a une façon qui nous correspond plus qu’une autre. Il faut s’écouter, comme tu dis.

      Ah, c’est plus que de la frustration, les administrations. C’est une réelle agression ! Maintenant, je prends du recul mais ça m’énerve encore pas mal.

      Wahou, je comprends complètement le désarroi de ton amie ! Oui, ça se rejoint. Ca doit être terrible d’avoir l’impression que sa Terre est niée … C’est fou comme une mention sur un papier peut avoir de conséquences.

  4. l0uanne Répondre

    Si je me marie un jour, je changerai de nom mais par coutume mais parce que son nom me plaît plus que le mien. J’ai un nom difficile à écrire et depuis que j’ai l’âge de donner mon nom quand on me le demande, on me fait répéter au moins 4-5 fois, les gens sont vites perdus et c’est pénible puis comme il a un joli c’est bonus.

    Au niveau des administrations ça ne m’étonne même pas que tu galères, il leur en faut peu pour être perdu…

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Ce sont des raisons que je comprends bien. Un nom avec lequel on a des difficultés, quelles qu’elles soient, on y réfléchit quand on a la possibilité de le changer.

      Même par tradition, je comprends. C’est vraiment un choix personnel.

      Les administrations sont un véritable casse-tête, et ça ne date pas d’hier, c’est vrai.

  5. Marie Kléber Répondre

    J’ai changé de nom quand je me suis mariée (question de culture et traditions). Je ne suis pas le meilleur exemple. J’avais le cerveau tellement lobotomisé que ne pas prendre le nom de mon mari était inenvisageable. Pourtant dans sa culture à lui, beaucoup de femmes gardent leur nom de jeune fille. Aujourd’hui je suis heureuse de reprendre mon nom de jeune fille et je ne le changerais plus – pour rien au monde, même si je me remarie un jour(!)
    Ce changement m’a fait prendre conscience de mon identité et de mon histoire.

    1. Rozie & Colibri Répondre

      A l’époque, c’est toi qui avais voulu changer de nom ? C’est fou, ce que l’emprise peut faire ! T’étais-tu déjà posé la question avant lui ?

      Chez moi, c’était très marqué. Dès que j’ai été en âge d’y penser, j’ai su que je ne changerai jamais de nom.

      Le nom fait partie intégrante de l’identité, est un marqueur d’histoire, c’est vrai. Je trouve ça sublime d’importance. Transmettre deux noms à son enfant, je trouve que c’est un beau cadeau, plus qu’un fardeau, comme me le suggérait la personne qui me traitait « d’égoïste ».

  6. Marie Répondre

    Crucial pour moi! Je tiens beaucoup à ce qu’on m’appelle par mon vrai nom et pas par celui de mon mari. Je trouve que ça n’aurais aucun sens. Un nom, c’est aussi une famille, une histoire. J’ai la mienne et il a la sienne. Je ne vois pas pourquoi j’y renoncerais. Et puis j’aurais l’impression de m’effacer. Dans mes courriers administratifs, je mets toujours « famille machin-machine » en en-tête et je signe avec mon vrai nom. Par contre, c’est vrai que l’administration française m’adresse des courriers à mon nom marital et ça me choque beaucoup. J’ai l’impression que ce n’est pas moi!

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Moi aussi, ça me choque, mais à un point … !!! Je prends ça comme une véritable agression. Une négation de ma personne.

      Bonne idée pour l’en-tête, je le l’emprunte ! J’ai fait ça pour les papiers pour l’achat de la maison. Je signais Rozie mais je mettais la mention Rozie-Amoureux, pour être sûre de ne pas avoir de problèmes …

      C’est vrai, un nom, c’est une famille, une histoire à laquelle je ne renoncerai pas. J’ai quand-même peine de ne porter le nom que de la moitié de ma famille … Je trouve ça tellement injuste pour ma mère, et mes aïeuls maternels.

  7. Flora Répondre

    J’ai gardé mon nom de jeune fille mais comme je vis en Belgique, personne ne m’embête avec ça. Je ne suis pas spécialement attachée à mon nom mais je suis attachée à mon indépendance. Je compare souvent un mariage avec changement de nom à une fusion absorption, comme si la femme n’existait plus que comme subordonnée de son mari… Je suis aussi pour le double nom pour donner un vrai coup de pied au patriarcat dans nos noms de famille.

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Je ressens comme toi … Changer de nom, pour moi, c’est comme si je devenais la continuité de mon mari, mais pas une personne à part entière. Ca me bloque totalement, je ne peux pas faire fi de cette pensée !

      Le double-nom, c’est vraiment chouette ! Un couple d’amis à fait comme ça. Elle a pris son nom à la suite du sien, et il a fait pareil. Egalité parfaite.

      Je t’envie de n’avoir aucun problème avec ça ! Ici, je galère vraiment …

  8. cledsol Répondre

    Je comprends tout à fait ce que tu veux dire!
    Je ne suis pas mariée, mais je me suis déjà clairement posée la question.
    Je suis plus ouverte maintenant, de savoir qu’on peut mettre les deux noms ; mais c’est pareil pour moi, mon nom fait partie de qui je suis, et ce n’est pas envisageable pour moi de simplement en changer comme ça 🙂
    Je trouve ça fou que l’administration complique autant les choses… Bon courage :/

    Belle journée ensoleillée à toi!

    1. Rozie & Colibri Répondre

      L’administration française est une horreur pour ça. Vraiment. Pour eux, hop, c’est automatique ! Tu te maries et tu es une femme ? Tu changes de nom évidemment ! On le fait sur tous tes papiers sans te demander ton avis … C’est … Vraiment horrible.

      Modifier son identité, ça se réfléchit, c’est clair !

      Belle soirée étoilée à toi ! 😉

  9. zenopia Répondre

    E n Belgique, il n’est pas spécialement d’usage de prendre le nom de son époux… Je ne changerai pas de nom (si le barbare dans un moment d’égarement m’épouse ^^ je plaisante mais, on a l’équivallent du pacs) car pour moi, c’est une évidence de le garder : c’est mon identité, qui je suis… Pour moi, prendre le nom de son mari, c’est trop « patriarcal »… Mais je ne juge pas hein, nous avons chacun nos « traditions culturelles »… C’est amusant d’ailleurs de se rendre compte de ces différences…
    Belle journée 🙂

    1. Rozie & Colibri Répondre

      C’est clairement une question de tradition et de culture ! Mais comme toi, je vois toujours ce côté patriarcal que je vomis. Je respecte complètement les personnes qui font ce choix, et j’adore en parler avec elles ! Je trouve ça fascinant, ces choix différents qu’on fait de l’un à l’autre.

      Vu toutes les galères (et réflexions désobligeantes) que je subis en France pour ce choix, j’envie la Belgique !

  10. MissTexas Répondre

    Très intéressant comme question ! Pour ma part, j’ai pris le nom de mon mari car bizarrement c’est celui-ci que j’avais en moi, et non celui de mon enfance. Mon nom actuel me colle bien mieux à la peau, il me parle (en plus c’est un nom anglophone donc c’est vachement plus pratique pour moi ici aux US!). Je ne me reconnais plus en lisant mon prénom avec mon nom de jeune fille, c’est comme si on me parlait d’une autre personne, d’une autre vie…
    C’est drôle comme chaque histoire personnelle est différente 🙂

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Oui, ce sont toujours des choix personnels forts ! C’est drôle, et assez génial, que tu aies en toi le nom de ton mari. C’est ton nom, il t’attendait.

      Ca doit être étrange, cette sensation qu’on parle d’une autre personne quand on évoque ton ancien nom. Perturbant, non ? Je suis très curieuse de cette sensation !

Répondez-moi :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *