Le témoignage de Louanne.

Aujourd’hui, je laisse la plume à Louanne, qui témoigne à travers mon blog de la manipulation et de l’emprise dont elle a été victime dans l’adolescence. Son témoignage est double, parce qu’il sensibilise aussi sur les dangers d’internet que, malheureusement, on sous-estime souvent. Le voici :

Je n’avais pas tout à fait 14 ans et j’aimais beaucoup aller sur les forums de RPG, on appelait ça des « dollz ». Le jeu était sympa et l’ambiance légère, ça me détendait et me faisait oublier la routine. Puis un jour, j’ai reçu un message privé : « Bonjour je m’appelle R., j’ai 19 ans et j’habite à Paris. »

Il m’avait envoyé des photos de lui, il voulait qu’on fasse connaissance. J’ai accepté. Il me paraissait tellement charmant. On s’est échangé nos adresses, on a régulièrement discuté ensemble. J’ai tout de suite accroché. Comment ne pas tomber sous le charme ? Il avait tout pour lui : de l’humour, il était gentil, poli … Et il avait réellement l’air de s’intéresser à moi. Il ne m’a pas fallu longtemps pour « tomber amoureuse » et tout lui avouer. Mais il m’a fait comprendre qu’il ne partageait pas mes sentiments, comme je m’y attendais, sans que cela n’empêche de continuer à se parler comme avant, comme si de rien n’était.

Un jour, il me prévint qu’une de ses anciennes amies venait s’installer chez lui quelques jours. Jalouse, je voyais ça d’un très mauvais œil, mais il m’assurait qu’il n’y avait rien entre eux. Quelques semaines plus tard, ce qui devait arriver arriva : ils avaient passé la nuit ensemble, et étaient désormais en couple … Le sol s’effondrait sous mes pieds : ce que je redoutais le plus était arrivé. Si au départ ma première réaction fut de le rejeter, trop attachée à lui, je suis revenue et j’ai accepté leur relation. Je suis me suis contentée d’être son amie.

Les mois passèrent jusqu’à ce jour où, malheureux, il m’indiqua être persuadé que sa copine le trompait. J’aurais pu sauter sur l’occasion pour lui dire qu’il avait probablement raison, pour l’inciter à la larguer, mais non. Au contraire, je lui ai dit de ne rien faire tant qu’il n’en était pas sûr à 100%, que peut-être il se trompait, que ce n’était pas ce qu’il croyait… J’étais là pour lui au moment où il en avait besoin, et c’est comme ça qu’il a fini par m’avouer ses sentiments. Etrangement, je n’y ai pas cru, ça tombait « trop bien ». J’avais raison, il m’avait simplement dit ça sous le coup de l’émotion.

Quelques semaines plus tard, on décide enfin de planifier une rencontre. C’est lui qui devait faire le déplacement, étant donné qu’il était majeur avec un moyen de locomotion. On s’était donné un lieu, une heure, et j’ai attendu. Il n’est jamais venu.  Je n’ai eu de ses nouvelles que deux jours plus tard. Apparemment, une femme s’était jetée sous ses roues … J’étais très septique mais j’ai accepté cette explication amèrement, et on a repris le fil de nos discussions comme si rien ne s’était passé.

Beaucoup de personnes me disaient qu’il se foutait de moi, qu’il n’était pas qui il prétendait être, mais je ne voulais rien entendre. Pour moi, elles n’y comprenaient rien. A mes yeux, il était l’homme idéal, impossible qu’il me mente ! J’avais régulièrement des discussions avec certaines de ses amies, rien ne m’alarmait. Je ne vivais plus que pour lui. Je passais mes journées à attendre qu’il se connecte, je refusais de connaître d’autres garçons, je ne voyais que lui. J’écrivais son nom partout, collais ses photos sur les murs de ma chambre, dans mon agenda …

Au fil du temps notre relation a fini par se dégrader. Les disputes étaient de plus en plus fréquentes, les périodes de froid étaient de plus en plus longues … Il m’a même menacée de couper les ponts. Je l’ai supplié de ne pas le faire, impossible de le perdre. Et puis LA dispute de trop éclata. Il m’a envoyé un mail : « Tes amis avaient raison, je ne suis pas ce que je prétends être (mais ne t’inquiètes pas, je ne suis pas un vieux pervers), prends soin de ta vie, tu vas manquer à la mienne. » J’étais dans tous mes états, j’ai tout imaginé, mais à AUCUN moment je n’aurai cru qu’en réalité … C’était une fille !

Elle m’a envoyé un mail pour me raconter toute l’histoire. R. existait mais elle sortait avec lui, au début. C’était un menteur, un coureur de jupon, je n’étais pas la seule avec qui il tchattait sur internet, il séduisait de nombreuses autres filles. J’ai même appris que l’une d’entre elle était tombée enceinte. Il avait refusé de reconnaître le petit. Elle l’avait mis à la porte après avoir tout découvert, et pour se venger, elle avait pris sa place derrière l’écran. Elle pensait qu’on avait un lien spécial, tous les deux.

Elle n’avait jamais eu l’intention de venir me voir, la femme renversée sous la voiture n’était qu’une excuse. Mais elle s’est fait prendre à son propre piège : en voulant me blesser, elle s’est attachée à moi. Si ma première réaction a été de ne plus rien avoir à faire avec elle, j’ai finalement décidé d’apprendre à la connaître. Ca n’a duré qu’un temps, je n’ai pas réussi à passer outre ce qu’elle avait fait.

Voilà comment j’ai perdu 3 ans de ma vie… Quand j’y repense, je me dis que j’ai été vraiment stupide ! Avec le recul, il y a des choses qui auraient dû me mettre la puce à l’oreille : il ne voulait jamais se montrer à la Webcam, ni envoyer de nouvelles photos, ni me rencontrer… J’étais jeune et naïve. Quand on vit l’histoire de l’intérieur, ce n’est pas évident d’y voir clair, on refuse de voir les signes. Je ne peux pas m’empêcher de l’imaginer se marrer derrière son écran à chaque nouveau mensonge que j’avalais.

Pour ceux qui se demanderaient où étaient mes parents … Ils avaient connaissance de notre relation et surveillaient ça de loin, mais ils n’ont jamais su toute l’histoire. Je leur ai tout simplement dit qu’on n’avait plus grand chose à se dire et qu’on s’était perdus de vue. J’avais 14 ans en 2005. A l’époque, les dangers d’internet n’étaient pas encore reconnus, et la prévention quasi inexistante. Dans mon malheur, j’ai quand même eu la « chance » que sa copine prenne sa place. Que serait-il arrivé si elle ne l’avait pas fait ? Si on s’était rencontrés ? S’il m’avait agressée ?

C’est une période dont je n’aime pas particulièrement parler, mais si aujourd’hui je prends mon clavier pour vous raconter tout ça, c’est pour vous mettre en garde. Vous, jeunes parents, vous, jeunes filles, pour vous dire : Attention ! Tout n’est pas tout beau tout rose sur le net, et certaines personnes peuvent être mal intentionnées … Alors j’espère que mon témoignage servira !

Et vous, avez-vous vécu une expérience similaire ? Avez-vous connu l’emprise, la manipulation, les violences psychologiques ? Si vous le souhaitez, vous pouvez témoigner, anonymement ou non, en m’envoyant votre histoire à l’adresse : contact@rozieetcolibri.com


10 thoughts on “Le témoignage de Louanne.

  1. l0uanne Répondre

    Merci de m’avoir laissé témoigner sur ton blog 🙂

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Je t’en prie ! Merci à toi. Et félicitations pour cette Une 😉

  2. Peanuts Répondre

    Concernant les jeux en ligne, il faut savoir qu’il n’est pas rare que certains joueurs se fassent passer pour des filles pour être aidés dans le jeu
    par les joueurs masculins qui jouent des personnages masculins (j’ai expérimenté la chose, et effectivement, on t’aide plus quand tu dis que tu es une fille ou que tu joues un personnage féminin) ^^ et nombreux sont les joueurs qui savent cela. Mais quand la mayonnaise « prend » au point que des sentiments amoureux fassent leur apparition, ils se voient pris à leur propre jeu et ne savent parfois pas comment s’en sortir.

    Un ami rôliste qui jouait sur un jeu en ligne il y a une quinzaine d’années un personnage féminin, passait vraiment pour une fille car il avait une voix féminine au téléphone (on lui disait souvent « madame » d’ailleurs quand il répondait au téléphone). Le fait qu’il soit en plus rôliste fait qu’il était habitué à modifier sa voix quand il jouait. Cela fonctionnait vraiment bien et il a attiré beaucoup d’hommes qui ont cru qu’il était vraiment une fille et l’ont aidé comme telle.

    Mais un jour un jeune homme lui a avoué qu’il était tombé amoureux… il a préféré lui dire immédiatement la vérité pour couper court à toute escalade. Il lui a répondu : « je m’appelle P. et je suis un homme ». Avec sa voix la plus grave possible. Je ne sais pas ce qu’a répondu ce joueur éconduit après cela… mais il a dû se sentir mal quand même.

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Je ne suis pas une gameuse, mais j’ai déjà entendu et vu ça, effectivement ! Beaucoup de mecs jouent des personnages féminins pour être plus aidés … C’est fou !

      Et en même temps, comme c’est du sexisme « positif », ils ont raison d’en profiter … !

      C’est dingue, cette histoire ! Je ne pourrais jamais berner quelqu’un comme ça.

  3. Ornella Répondre

    Ah putain, ce retournement de situation, je n’aurais jamais imaginé qu’au final R était une nana. Je comprends tellement qu’on se fasse embobiner, surtout à 14 ans. En ce qui me concerne, j’ai toujours eu une très grande conscience du danger. Du coup, quand j’ai eu internet et que je commençais à y aller régulièrement, j’avais à peu près 12 ans. Et je m’étais inscrite sur des forums de poètes amateurs parce que c’était une grande passion à l’époque, avant que je n’ouvre mon tout premier blog sur skyblog. Et puis sur ces premiers forums high tech, il y avait des « chat box » où on pouvait se répondre en direct et mettre des petites têtes qui correspondaient à nos émotions. (On oublie souvent à quel point c’était OUF). Bref, je m’exprimerais très bien à l’écrit à l’époque, et je savais que je faisais plus que mon âge et que la plupart des gens sur ce forum avaient entre 30 et 50 ans. Un jour, j’ai publié un poème qui a été très bien reçu par la communauté. Un des membres est venu me parler beaucoup suite à ça, sur la chat box, puis sur msn. Je lui ai donné mon contact même si je sentais qu’il fallait pas. Son pseudo c’était Ernstt. Et il y avait quelque chose de louche chez lui. Il m’a dit ouvertement qu’il avait plus de 60 ans. On discutait, puis il m’a envoyé un poème dont le sujet était le sexe féminin, et il a dit s’être inspiré de moi pour l’écrire. Il voulait à tout prix me rencontrer et son poème était complètement enflammé, et pas DU TOUT de mon âge. Je me suis sentie prisonnière, piégée. J’ai pris peur. Je l’ai bloqué. Il m’a envoyé des mails, sur le site, il ne comprenait pas, j’ai essayé de lui expliquer, mais il ne voulait rien entendre. Je me suis efforcée de l’ignorer. Je n’en ai pas parlé à mes parents, sinon, ils m’auraient engueulée moi et m’auraient retiré internet sans doute. Il a cessé de m’écrire. Mais je ne peux m’ôter de la tête qu’il a sans doute de la sorte avec d’autres, voire qu’il est allé beaucoup plus loin.

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Wahou …

      Ah oui, c’est spécial. Et j’ai envie de dire, tu as eu de la « chance » qu’il ne sache pas ou tu vis, et de ne pas lui avoir donné d’autre moyen de te contacter. Il t’aurait harcelée plus encore …

      C’est assez effrayant, quand-même. Même carrément flippant. Cette situation a du vraiment te perturber. A ta place, je ne me serais plus sentie en sécurité du tout.

      Je comprends que tu ne l’aies pas dit à tes parents .. Qui l’aurait fait, à cet âge ?

      Je n’ose pas imaginer ce qu’a pu faire ce mec. Quelle horreur.

  4. MissTexas Répondre

    Merci à Louanne pour son témoignage courageux. Ma fille a bientôt 7 ans et je tremble à l’idée qu’elle va rencontrer des gens plus ou moins louches sur la toile… Je commence déjà la prévention !
    Ceci étant, je me demande si, avec tous les témoignages qu’on lit actuellement, les jeunes ne sont pas un peu plus préparés que nous à l’époque. J’ai eu internet vers 20 ans et à cette époque il n’y avait aucun filtre, aucune information, aucune prévention. Le réseau était certes moins développé, mais il devait quand même y avoir des risques qu’on peut peut être mieux déceler maintenant. Mais là c’est peut être mon regard d’adulte qui dit ça, je ne sais pas…

    1. Rozie & Colibri Répondre

      C’est vrai qu’il y a beaucoup plus de prévention aujourd’hui qu’avant, ou il n’y avait rien. Mais je crois qu’on peut toujours tomber sur n’importe qui … Et que l’emprise, quand elle est bien jouée, malgré toute la prévention du monde, fonctionnera. Je ne le sais malheureusement que trop bien !

      Mais c’est vrai que les mauvais contacts de base (ceux qui ne cherchent pas midi à quatorze heures) sont vite repérables et grâce à la prévention, les adolescents se font beaucoup moins avoir ! Il faut faire en sorte que ça continue.

      Je comprends ton angoisse quant à ta fille ! Elle est toute jeune. Fais en sorte qu’elle puisse toujours te sentir disponible pour parler :). Tu le fais, j’en suis sûre !

      C’est pas facile les enfants. Quand on est enfant/ado, on ne parle pas à ses parents de ses problèmes, ou très peu. C’est caractéristique de cette période. Difficile de vraiment capter les soucis !

  5. zenopia Répondre

    Dingue cette histoire… je ne m’attendais pas à ce que ce soit une fille…
    Niveau dangers d’Inetrnet, des choses sont de plus en plus mises en place en guise de prévention… Avec une collègue, par exemple, on a créé des animations à destination des jeunes à partir de 11/12 ans pour les préparer aux risques des réseaux sociaux… J’ai eu l’occasion d’assister à l’une d’elle : les jeunes sont très réceptifs, mieux préparés qu’aux débuts d’Internet… Les langues se délient parfois, des larmes peuvent couler… C’est très « poignant »
    Belle journée

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Je trouve ça génial. Les réseaux sociaux ont tellement d’influence, invitent si facilement les voyeurs et harceleurs dans le quotidien … La prévention est obligatoire.

      Et je suis assez soulagée de lire que les élèves se confient grâce à ces interventions. Il vaut mieux pleurer là, que continuer de porter un fardeau jusqu’à la fin du collège/lycée. Déjà qu’avant, la scolarité était un calvaire pour certains … Aujourd’hui, je me demande comment ils font pour faire face à la méchanceté alors qu’elle ne s’arrête jamais. Même chez toi, tu y fais face. C’est terrible !

      Passe une belle soirée !

Laissez-moi un colibri :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *