Le grisant bonheur.

Avant de nous coucher, hier soir, mon amoureux m’a dit : « Toi, tu atteins ta vie de rêve, ça y est ! »

Il a raison. Il me disait ça parce que j’ai un travail qui me laisse complètement libre. Animé par un directeur qui profite des nouvelles ordonnances de la loi travail pour nous offrir plus de semaines de congés payés. A partir de janvier, je pourrais prendre autant de vacances que je le désire. 5, 6, 8, 10 ou 15 semaines. Ca n’a aucune importance, je serai payée pareil tant que les missions qu’on me donne sont faites. Et comme je travaille plutôt vite … Ca me laisse beaucoup de temps pour moi !

J’ai bien conscience de ma chance, et si je vous le dis, ce n’est pas pour briller. C’est le contexte qui m’amène à la réflexion suivante : Oui, j’ai réussi. J’ai atteint LA Vie. Et si le travail y contribue largement, ce n’est pas dans ce sens-là que je parle de réussite.

J’ai atteint un tel niveau de bonheur … C’est grisant. Je ne sais pas comment vous le décrire. Ce qu’on a construit c’est incroyable. L’endroit où je vis est incroyable. C’est une stupéfaction de tous les instants cette maison, ce jardin, et surtout ce cadre !

Ce qu’on en fait, la magie qu’on y apporte au quotidien, les projets qu’on envisage, les idées qui fusent, le sentiment de Certitude … A présent, quand je demande au ciel « Pourquoi moi ? », c’est pour tenter de comprendre d’où me vient cette chance.

Est-ce que c’était là, au fond de moi ? Est-ce que ça vient d’ailleurs ? Par quel hasard ai-je le droit d’être là, maintenant ?

J’ai 25 ans. J’ai trouvé ma voie avec une rapidité qui me laisse sans voix. Comment j’ai fait, pour aller là où il fallait ? Qui a guidé les pas de mon mari jusqu’à moi ? Qui a guidé les miens jusqu’à ce lieu dont je n’ai plus pu me détacher, dès la seconde où je posais mes pieds ici ? Qui a conduit mon directeur dans ce centre de formation ? Qui m’a poussée à aller le voir, lui, au milieu de la foule ?

Et ce blog, pourquoi ? Jamais ne j’aurais pensé qu’il m’apporterait tant. Vous qui venez m’écrire, vous me donnez ce dont j’ai besoin, ce dont je manquais.

C’est extraordinaire !

Voilà que je pleure de joie. Les larmes coulent toutes seules, j’ai le coeur qui saute. Tout mon corps dit Merci. Je suis si pleine d’amour, de reconnaissance … C’est indescriptible. Qui m’aime comme ça ? Avec cette force ? C’est dur pour moi de ne pas pouvoir mettre un visage, un nom sur l’Amour que je reçois. C’est une expérience unique.

Mon mari m’aime comme ça, mais il y a une raison. L’idée que la Terre (mettez le nom que vous voulez) m’aime de cette façon, ça me bouleverse tellement. C’est une leçon si forte, je crois que je ne m’en remettrais jamais. Cette sensation d’être touchée par la Grâce, de communier de coeur à coeur, c’est révélateur et culpabilisant. C’est énorme. Ca change celle que je suis en profondeur. Complètement. Ca réveille l’essence. J’abandonne tout le reste. Plus je m’en rends compte, plus je bondis à l’intérieur de moi.

Je crois que pour la première fois de ma vie, je serai capable de prier. D’abaisser mon corps jusque sur le sol, comme les musulmans ou les yogi. Je ne ressens plus ce geste comme un écrasement, une soumission. Je comprends maintenant d’où vient ce besoin de rencontrer la terre. De l’embrasser. Je n’ai pas les mots.

Mon mari m’a toujours dit que je serai à l’apogée de ma beauté entre 30 et 40 ans. Il a ce don de me voir. Et ce qu’il voit le réjouit. Il dit parfois m’envier parce qu’il ressent ce qui se passe dans mon être. J’ai cette chance de ressentir ça alors que je ne l’ai pas cherché.

Dieu (comme il l’appelle), il cherche à s’en rapprocher sans cesse, depuis longtemps. Mon beau-père aussi. Ma belle-mère, elle l’a trouvé. On n’utilise pas le même langage pour en parler, on n’a pas les mêmes croyances ! Mais ça, on sait qu’on l’a commun. Peu importent les mots, on sait que ça, ça existe. C’est là. Ca communique avec nous. Ca nous rapproche. Ca nous réjouit. Ca fait de nous des êtres meilleurs.

J’ai les yeux qui piquent maintenant. Savoir qu’on est sur le bon chemin, c’est être heureux. Ce qu’il y a de plus grisant encore, c’est de savoir qu’on est qu’au début. Je n’ai que 25 ans. QUE 25 ANS !! Ca va monter encore, grandir encore.

Bien sûr, il y aura les mauvais moments. Ma grand-mère va bientôt mourir, j’ai appris que son coeur se calme, s’approche du silence. Mon oncle est à l’hôpital, un malaise cardiaque. Inévitablement, je vais perdre des êtres chers à mon coeur. Je vais souffrir. Mais je ne suis plus seule. J’ai ce lien indéfectible avec mon mari. J’ai ce lien indéfectible avec … Ca.

Je suis heureuse. Je n’ai jamais été si heureuse. Si pleine.

Je porte un short de pyjama et un débardeur. Je suis sur le transat de ma terrasse. Je me dore au soleil. J’entends les corbeaux dans le champ d’à côté. Et d’autres oiseaux que je ne sais pas appeler. Il y a une légère brise. C’est tout. Le vague murmure de la nationale, si on tend assez l’oreille, et le tracteur du voisin qui démarre, que je n’entendrais plus dans quelques minutes. Je suis bien là.

Et vous, avez-vous déjà ressenti ça ? Etes-vous heureux ?


14 thoughts on “Le grisant bonheur.

  1. val Répondre

    C’est touchant et rare que quelqu’un se rendent compte qu’il est heureux. C’est un don précieux, savoir s’arrêter et se dire « ici et maintenant je suis heureux ».

    J’ai dû mal car je suis perpétuellement insatisfaite. Je ne vois que ce que je n’ai pas et non pas ce que j’ai la chance d’avoir. Je me compare, je me focalise sur le négatif. J’aimerais que tout soit parfait.

    alors je me force à prendre des instantanés de moments heureux, comme toi sur ta terrasse : au retour d’une excursion en Corse, quand les derniers rayons de soleil balayaient les montagnes, au lieu d’être frustrer de ne pas pouvoir les photographier, je les capture, ma joie digne d’une enfant de 5 ans dans l’eau turquoise, je m’en imprègne, cet instant où la cavalcade d’un petit battement de cœur à envahie la salle d’échographie, je le conserve précieusement et l’invoque à tout heure.

    Le reste, je m’en sers pour avancer, pour me pousser à changer ce qui ne me va pas. Et puis j’essaie de relativiser.

    1. Rozie Répondre

      Je suis dans une période de ma vie où j’ai cessé et complètement abandonné le perfectionnisme. C’est bien la première fois de ma vie, et ça vient avec le cheminement du « minimalisme ». Enfin, c’est plus complexe et je ne m’attendais pas à ce que ça agisse sur ce grand défaut chez moi, mais ça l’a complètement écarté.

      La cuisine qui est assez laide (je projette de tout refaire, j’ai hâte !) qui restera comme ça pour la pendaison de crémaillère ? Je m’en fous complètement. Ma peau pleine de boutons que c’en est affreux ? Rien à faire, je sors comme ça. Le truc n’est pas rangé, c’est le bordel dans la maison, il y a de la poussière de partout, un couac vient s’immiscer dans mon programme, un problème quelconque … Ca ne m’atteint plus du tout, c’est dingue.
      Enfin si, il y a des moments de découragement comme cette fois avec le litige de l’agence. Mais je vole au dessus. J’ai acquis une douce certitude : tout ça n’a aucune importance. Ce qui importe est ailleurs, et c’est ça que je chéris aujourd’hui. J’aurais du mal à l’expliquer autrement.

      Ce que tu fais, c’est ce qu’il faut faire. S’emplir de ces instantanés. Ils ne sont pas si éphémères que ça … !

  2. Nadège Répondre

    C’est chouette de te savoir heureuse, et surtout de constater que tu es consciente de ton bonheur et de ta chance.
    Merci pour cette bouffée d’optimisme !

    1. Rozie Répondre

      Oh, merci Nadège ! Je suis touchée si tu es touchée !
      Je suis quelqu’un de profondément optimiste :).

  3. Le vrai S ! Répondre

    Je suis heureux pour toi. J’arrive à comprendre ce que tu ressens juste grâce à tes mots et je comprend ton sentiment de gratitude et ton envie de remercier la vie. Mais c’est avant tout grâce à toi et à tes choix tout ça. Tu peux penser que tu as de la chance, ce qui est vrai, mais la chance ne vient pas toute seule, elle se provoque en faisant des choix ; )

    Bon j’allais signer « S » comme d’habitude mais on dirait qu’un autre « S » m’a devancé en te laissant un com. Donc je vais changer de pseudo juste pour ce com afin d’eviter les confusions : )

    1. Rozie Répondre

      Hahaha, ne t’inquiète pas, je sais toujours qui est qui, même si les pseudos sont les mêmes ! Comme tu t’en doutes, je vois les adresses mail de mon côté.

      La chance ne vient pas toute seule. Parfois oui, parfois non ! Mais je te rejoins, je suis intimement persuadée que ce qu’on attire à soi vient en grande partie de ce qu’on dégage. Pas tout, bien sûr, mais ce n’est jamais un hasard si certaines personnes vivent des choses, bien ou non, toujours similaires … !
      Bien sûr, ce discours s’applique pour les relations et les opportunités dans un environnement stable et sain. Je ne suis pas entrain de dire que ceux qui vivent des horreurs (guerres, massacres, viols et j’en passe) se les attirent, hein !

  4. S Répondre

    Le fait que tu t’en rendes compte et que tu le réalises fait sans aucun doute de cet article le plus beau que tu ai écrit jusqu’ici. Savoure chaque seconde. J’ai hâte de m’y rendre un jour aussi. C’est à cette sensation que tu ressens que je pense le soir avant de m’endormir pour que les journées noires passent plus vite. Vivement.

    1. Rozie Répondre

      Merci beaucoup S ! Je suis contente de te retrouver, j’avais un peu peur que cet article sur le racisme aie cassé quelque chose … J’y ai souvent repensé !

      Tu t’y rendras un jour, j’en suis sûre. Ce sera même sans doute l’inverse : ça viendra à toi. J’espère que tu ne vis pas des moments trop noirs en attendant.

  5. Nora D Répondre

    Touchée par la Grace et la Gratitude…
    Je pense que c’est ce qui arrive aux gens qui savent ouvrir leur cœur, à eux, aux autres.
    Qui vivent de manière authentique.
    Qui savent la fragilité de la vie.
    C’est si bon !

    1. Rozie Répondre

      C’est si bon, oui !
      Plus j’ouvre mon coeur, comme tu le dis, plus je reçois en retour. Ca fonctionne tellement bien qu’on dirait presque une loi immuable … ! Ca ne peut que donner l’envie de continuer dans cette voie !

  6. Céline Dehors Répondre

    Bonjour Rozie,
    Cet article fait plaisir à lire… même si je t’ai un peu enviée en le découvrant ! C’est surtout ton travail… oh comme c’est génial de pouvoir partir quand ton travail est terminé ! Cela fait parti des choses qui m’ont fait fuir le travail jusqu’ici : je travaille aussi relativement vite 🙂
    J’ai déjà ressenti une telle gratitude, à une très belle période de ma vie. Cela revient, je crois pour moi, cette foi, cette envie de dire merci à tout car on ressent de l’amour pour tant de choses et on se sent tant aimé par les choses en retour ! Te lire inspire encore un peu « mon » retour devant cette magie de la vie.

    1. Rozie Répondre

      J’ai un travail absolument exceptionnel. J’ai encore eu une super nouvelle aujourd’hui, mais je vais arrêter d’en parler, sinon, on va me jeter des cailloux ! Ca ne tient qu’à une chose, tout ça : un homme. Un homme qui considère que l’humain passe avant tout le reste. Et ça marche, inévitablement.

      Je te trouve très « magique », Céline. Alors je suis d’autant plus heureuse de lire que cette foi te revient. La magie de la vie, on se sent comme dans un film fantastique quand on arrive à la ressentir ! Parfois, j’ai l’impression que je rêve et je me demande si je ne suis pas entrain de dormir quelque part … !

  7. Maman délire Répondre

    C’est surtout beau parce que tu t’en rends compte… beaucoup de gens ne voient pas tout ce qu’ils ont, et Je ne parles pas forcément de biens matériels…. tu rayonnes, tu fais du bien autour de toi, tu ne fais que recevoir ce que tu donnes !

    1. Rozie Répondre

      Merci pour cette belle réponse, Maman délire, ça me fait trop plaisir !
      Je ne sais pas si je rayonne en dehors, mais en dedans, c’est sûr !
      Est-ce que je reçois ce que je donne ? Peut-être. Mais je n’ai pas l’impression de donner assez pour mériter tout ça !

      Des bises, j’espère que ton nouveau métier démarre bien ! 😉

Répondez-moi :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *