Notes d'Existence

J’ai l’impression que tu deviens quelqu’un d’autre.

Plus la même qu’au début.

Je ne m’y attendais pas. J’ai reçu cette phrase comme un violent coup de poignard, en plein coeur. Lancé par une personne que j’aime absolument sans que je ne m’y attende. Je n’ai pas su comment réagir alors je n’ai pas réagi. Ca m’a paralysée. C’était une sensation effroyable.

Je l’ai passée sous silence, j’ai fait comme ci on ne m’avait jamais dit ça pour continuer ma journée, et pourquoi pas ma semaine. Je ne pouvais pas m’arrêter pour pleurer.

Je tentais de trouver des solutions à un problème que j’imaginais simple et factuel, et j’y mettais du mien. Puis on m’a rétorqué ça, ça sonnait comme reproche. Et ça m’a fait mal, si mal. C’est si douloureux, ça me brise le coeur.

J’ai changé, il n’y a pas de doutes là-dessus. Je pense plutôt que j’ai évolué, à grande vitesse ces deux dernières années. Selon moi, c’est merveilleux. Il n’y a rien de plus beau et de plus puissant que cette évolution. Je l’ai initiée, je l’ai souhaitée, j’ai travaillé pour ça. C’est le but de ma vie.

Le fait qu’on pose cette carte sur la table comme ça, de cette façon, ça me bouleverse. Ca me bouscule, ça me remue, ça me déstabilise complètement. Il n’y a qu’une seule personne avec laquelle j’étais sereine, avec laquelle je n’avais pas peur de suivre le chemin qui mène à moi, ni d’y aller franchement. Et je sens dans sa voix qu’elle regrette celle que j’étais avant.

Comme c’est violent. Ca me fait un mal de chien.

Je crois que j’ai compris ce qu’elle voulait me dire. Que c’est trop d’un coup, qu’il s’agit d’une perte de repères, ou peut-être d’abandonner l’image qu’elle avait de moi au profit celle que je deviens. Peut-être qu’il n’est question que de la désillusion qu’on rencontre tous dans une relation, quelle qu’elle soit.

Je réagis très violemment, ça touche forcément un point sensible. Je n’arrive pas à le décrypter. J’ai peur qu’on m’abandonne parce que je suis trop … Pas dans les cases. Je suis morte de trouille. Je me sens en totale insécurité. Avec cette phrase jetée entre nous, je perds moi aussi tous mes repères. Les fondamentaux sur lesquels je me basais, mon illusoire sécurité.

J’ai peur de décevoir, et c’est ce que je lis entre les lignes. J’ai l’impression qu’on me dit qu’encore une fois, je n’ai pas tenu sur la distance, je n’ai pas réussi à être celle qu’on attendait. Quelle ironie. J’apprends justement à ne plus correspondre à rien qui ne soit pas en accord avec ce qu’il y a déjà à l’intérieur de moi.

J’ai peur qu’on me préfère quelqu’un d’autre. J’ai peur qu’on ne m’aime plus. J’ai peur qu’on me dévalorise, ou encore qu’on se rende compte que je ne tiens pas debout.

Je n’aime pas qu’on me reproche d’avoir changé. Ca me met en colère, ça me révolte. Qui a pu penser que j’en resterai au même stade toute ma vie, et si jeune en plus ! J’allais forcément bouger, me dessiner, me rapprocher.

Je trouve ça hypocrite, comme si on me prenait en faute. Je me sens victime d’une injustice, j’ai l’impression d’être trahie. Qui pensait-elle connaître, aimer ? Me connaissait-elle vraiment, finalement ?

Je sais bien que là n’étaient pas ses intentions, je suis simplement prise par un raz de marée que je ne peux pas contrôler. Paralysie, désespoir, colère. J’ai hâte de passer au stade suivant, que je m’apaise un peu. Que je prenne du recul.

Il faut l’avouer, j’ai peur que mes changements me forcent à dire adieu à des choses et des personnes qui comptent énormément pour moi. C’est le jeu, et la plupart du temps, je l’accepte. Mais lorsqu’il s’agit de mes rocs, des colonnes sur lesquelles est construit le toit de mon temple, c’est dur.

Je ne peux pas m’arrêter.

D’un coup je repense à ma meilleure amie devenue musulmane et tout ce à quoi elle a dû dire adieu pour se rapprocher de la meilleure version d’elle-même. Je la respecte, il a dû lui en falloir du courage. Elle a du verser des milliers de larmes.

Je ne veux pas dire à adieu à cette personne-là. C’est hors de question. Grâce à ça, j’ai dorénavant tous les enjeux en main. Le petit problème de surface est en fait beaucoup plus profond, et remet beaucoup plus de choses en cause.

Advienne que pourra.

Semer un peu de magie et de poésie dans le quotidien.

17 commentaires

  • Eulalie

    Nous sommes tous en constante évolution, et je crois que ce qui se passe en nous entre 25 et 30 ans à peu près est très mouvant : on fait un premier point dans notre vie d’adulte, et forcément, on change !
    je me reconnais beaucoup dans plein d’articles ici.
    Être adulte, n’est-ce pas au fond se mettre en cohérence avec qui on croit être vraiment et ne plus se fondre dans le moule de l’attente qu’ont les autres, aussi aimants soient-ils ?
    Je crois que ce n’est pas à toi d’avoir peur, ce propos de cette proche révèle sa peur à elle : au final, n’est-ce pas elle qui a peur de ne plus être importante pour toi ?

    • Rozie

      Si, c’est clairement elle qui flippait de ne plus me correspondre. Ce qui m’a renvoyé ma propre peur de changer tellement que je ne correspondrais plus à grand monde, tu vois …

      Ca fait trois ans que tout est mouvant en moi, je m’affirme. Comme tu le dis, je me mets en cohérence avec ce que je suis vraiment. Pas toujours évident car le fossé est vraiment énorme avec la majorité. Peut-être qu’on se fait tous beaucoup de fanstasmes sur ce qu’est la majorité, aussi !

    • Rozie

      Si, c’est clairement elle qui flippait de ne plus me correspondre. Ce qui m’a renvoyé ma propre peur de changer tellement que je ne correspondrais plus à grand monde, tu vois …

      Ca fait trois ans que tout est mouvant en moi, je m’affirme. Comme tu le dis, je me mets en cohérence avec ce que je suis vraiment. Pas toujours évident car le fossé est vraiment énorme avec la majorité. Peut-être qu’on se fait tous beaucoup de fantasmes sur ce qu’est la majorité, aussi !

  • Pétale

    Bonjour,

    Je pense que ça pourrait peut-être parce que cette personne a/avait une image de toi et que peut-être qu’elle s’aperçoit que tu es un peu différente de cette image qu’elle se faisait (et comme les gens ne sont pas des cases et sont libres, ça peut être « perturbant » peut-être de voir que les personnes surtout proches ne sont pas ce que l’on pensait mais c’est plus envers soi-même qu’on se fait une image des autres).
    Je comprends les pensées du genre « préféré quelqu’un d’autre » « être abandonnée » puisque c’est toujours l’impression peut-être pas toujours vraie ou lus nuancée que j’ai eue par le passé.

    Peut-être que tu pourrais comme dit dans un commentaire plus haut en parler avec cette personne et lui demander ce qu’elle entend par « J’ai l’impression que tu deviens quelqu’un d’autre ».

    Je t’envoie des ondes positives et de l’amour.

    Bises.

    Pétale.

    • Rozie

      Bonjour Pétale,

      Oui, c’est sans doute ça. Tout dépend de la nature qu’on entretient avec la personne, et celle-là est si proche … Mais ça c’est tassé, il s’agissait surtout d’une perte de repères et d’incompréhension.

      Je t’envoie des ondes positives également Pétale, bises !

  • Cueille le jour

    Je comprends ce que tu vis Rozie, j’ai vécu la même chose avec des amies… Sur le coup je me suis remise en question, et cela m’a fait mal… Et puis j’ai réalisé que nous avions tous notre chemin et que le chemin dans lequel elle voulait m’enfermer ne me convenais pas et que finalement je n’avais pas « changé » mais que je devenais de plus en plus la personne que je voulais être. Alors nos chemins se sont séparés mais malgré tout, nous sommes encore amies et je respecte leurs choix et leur vision de la vie.

    Des bises

    • Rozie

      Tu as fait le bon choix, celui de t’écouter et de suivre ce que tu ressentais. Oui, ça n’est pas évident de se quitter parce qu’on se rend compte qu’on change et pas de la même façon. C’est dur en amitié. J’imagine que ça se passe aussi en couple. Comme ça doit être violent … !

      Bises Sarah !

  • Le Cercle Parfait

    Coucou 🙂

    J’avoue que je me retrouve totalement dans tout ce que tu dis..
    Que ça soit le fait que ça soit si étonnant que l’on évolue avec le temps? Ou également le fait qu’on est besoin du regard de l’autre et de la crainte de décevoir..

    « Je trouve ça hypocrite, comme si on me prenait en faute. Je me sens victime d’une injustice, j’ai l’impression d’être trahie. Qui pensait-elle connaître, aimer ? Me connaissait-elle vraiment, finalement ? »

    J’ai ressenti cela également.. Faut savoir que si j’ai changé « d’un coup », c’est aussi parce qu’il était essentiel pour ma survie (ce n’est pas un mot par hasard..) que je devais prendre soin QUE de moi pendant une période. Ce que j’ai vécu m’a changé, m’a fait évoluer.

    J’ai pris cette phrase comme une claque.. Et je l’ai trouvé aussi un peu égoïste. Parce que ce que me disait cette personne était « Tu ne fais plus attention à moi, tu as changé ». Oui. Je faisais attention à moi avant elle maintenant parce que si je ne le faisais pas, j’allais dépérir. J’ai vécu un attentat, ce n’est pas une futilité tout de même, non?

    Ca fait 2 ans que ces paroles ont été prononcé, même si ce n’était pas dit avec méchanceté, cela m’a profondément blessé. Parce que j’étais déjà une plaie béante et dire ça a été comme remué une ratatouille..

    Ca me fait encore mal aujourd’hui. Parce que c’est évident que chaque personne doit prendre soin d’elle-même avant tout.. Mais ce n’était pas mon cas avant le Bataclan. Je prenais soin des autres avant moi. Et ça a chamboulé cette personne que je ne veuille plus prendre soin des autres en priorité.
    Je suis ma propre priorité, je suis mon propre pilier. C’est ce que je lui ai répété pendant des mois. C’était épuisant pour moi de le lui rappeler…

    Bref. Désolée pour ce déballage.

    Courage pour toi. Mais dis toi que si tu as évolué, c’est que tu as avancé positivement. Et que tu avances, c’est que tu avances vers le toi que tu veux être. C’est positif 🙂

    • Rozie

      Non, un attentat n’est pas une futilité. Et il est évident que cela allait te faire évoluer en profondeur, plus ou moins rapidement. En tout cas, il était logique et légitime que tu ne penses qu’à toi. Cette personne proche aurait dû le comprendre …

      Quand on vit quelque chose de fort, ça change tout. Que ce soit un grave accident ou quelque chose de joyeux comme la venue d’un enfant, il faut se préparer à ce que les personnes qui nous sont chères évoluent. Même s’il ne se passe rien, d’ailleurs, on évolue forcément.

      Ne t’excuses pas, un blog est fait pour ça, et l’espace de commentaire également.
      Oui, c’est positif :). Merci !

  • nadine

    Je te comprends, il m’est arrivé la même chose. Oui c’est comme un reproche. Tu as bien cerné et mis les mots qu’il faut. Je suis heureuse pour toi de ce changement et tant pis pour ceux que ça dérange. Si ces gens doivent continuer à faire partie de ta vie ils te suivront peu importe ton changement, sinon ils ne te manqueront pas…

    • Rozie

      Tu as raison ! Peut-être me manqueront-ils au début. Je ferai avec.
      C’était un reproche, un très gros reproche. On a pu le surmonter et ça a fini par passer.

  • marie kléber

    Je crois que ce texte parlera à beaucoup de personnes Rozie. Et il met le doigt sur une peur que j’ai moi aussi.
    C’est le gros « pari » du changement – savoir si les personnes qui étaient là avant seront toujours là après. J’aimerai te dire (et je me le dis à moi en même temps) que cela n’est pas ton histoire mais bien la leur, la tienne comme tu le dis est d’évoluer, de te rapprocher de ta vérité. Une vie dans laquelle on ne change pas, grandis pas, n’est pas une vie. Mais tout le monde ne le conçoit pas de cette façon.
    Laisse peut-être un peu de temps à cette personne pour digérer ce changement. Et puis la vie fera le reste. Ou pas.
    Je t’embrasse bien fort et merci. Prends soin de toi

    • Rozie

      Tout le monde ne le conçois pas comme ça, c’est vrai. Ca m’étonne à chaque fois. Cela peut être vécu comme une profonde trahison. Beaucoup de personnes s’imaginent qu’elles resteront les mêmes et qu’il en est de même pour les autres : elles ont besoin de cette stabilité. Je crois que j’ai été comme ça passé un moment, dans mon adolescence. Heureusement, j’ai changé ! 😉

      La vie a fait le reste, et ça s’est bien passé. Enfin, en ce moment en tout cas, ça se passe bien. On verra sur le long terme !

      Merci à toi Marie, des bises !

  • Emeline

    Oh comme je te comprends ! Merci pour cet article qui me parle tellement. La personne qui t’a dit cette phrase a peut être simplement fait un constat Tu y as mis dessous des regrets mais peut être n’est ce pas le cas… N’hésites pas à valider ça avec elle. Et puis le changement ne laisse jamais indifférent C’est tout a fait mon angoisse du moment. Perdre ceux que j’aime car je sens bien que je ne suis plus la même. Je me sens également m’éloignée d’une personne que j’aime pourtant tellement et ne sais pas comment gérer cela Je me sens injuste avec elle Hypocrite même Je compte sur le temps… Et tente de me rassurer par le fait que je me sens bien mieux aujourd’hui. Ca ne peut donc qu’être positif.

    • Rozie

      Peut-être oui … Mais la suite de la conversation démontrait vraiment le sens du reproche. Ca ne m’a pas plu !

      C’est très angoissant, je te l’accorde. On sait qu’il faut changer, que c’est comme ça qu’on se trouvera et en fait … C’est tellement effrayant de perdre des personnes chères à notre coeur en cours de route. Je partage tes craintes.

      Parle avec cette personne, Emeline ! Communiquer, ça fait l’essentiel.

  • Myriametre

    Rozie, il me semble que je comprends parfaitement combien cela doit être douloureux à entendre. Tu as peut-être l’impression de ne pas être comprise, d’être enfermée dans une personnalité qui n’est pas la tienne, de ne pas être libre d’évoluer de peur de décevoir quelqu’un que tu aimes.
    Tu pourrais doucement prendre un peu de recul. Cette personne a certainement besoin de temps. Elle est peut-être déçue aujourd’hui, mais certainement que dans quelques semaines elle ne s’en rappellera plus du tout !
    Il n’y a pas de raison que cette personne tienne moins à toi que toi à elle. Tu as peur de la décevoir, elle a certainement aussi peur de te perdre. Que tu l’abandonnes ? Parce que tu deviens trop différente ? Que tu ne t’intéresses plus à elle, parce que tu changes ?

    • Rozie

      Oui, c’est tout à fait ça … C’est l’impression que j’ai eue, être incomprise, être enfermée dans le vieux moi, la version 1.1 de Rozie alors que j’en suis à la 2.0. C’était si brusque, et si étrange !

      Les semaines ont passé et cela s’est tassé ! C’est passé. Mais c’était tellement dur sur le moment, ça avait touché un point si sensible de mon être qu’il fallait que je m’épanche. Que je réfléchisse au pourquoi, au comment, cela me faisait si mal.

      Effectivement, elle avait peur que je l’abandonne, qu’elle ne corresponde plus à mes nouvelles envies. C’est légitime et j’aurais du le comprendre ! Heureusement, je n’ai pas mis trop de temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :