J’ai la Foi.

En France, je trouve qu’il est difficile de parler de sa foi. C’est vrai, c’est un sujet très personnel. Souvent, on sait que lui, ou elle, croit parce qu’on le/la voit se lever pour la messe le dimanche matin, se marier à l’église, porter le voile, jeûner, prier, lire les livres sacrés … Mais on le/la questionne rarement au sujet de sa Foi.

Vous le savez, je suis très sensible aux croyances des autres. Je vous ai partagé mon trouble face à la conversion de ma meilleure amie, et expliqué que mon mari venait d’une famille Témoin de Jéhovah. Mais j’ai grandi dans une famille athée. Mon père pense que la Bible est dépourvue de toute réalité, qu’elle n’est qu’une fable qu’il rejette. Il se moque des religions pour se protéger. Sa sensibilité accrue l’empêche de croire en un Dieu salvateur. Il est blessé, cartésien, terre à terre. Ma mère croit qu’il y a autre chose. Une vie après la mort peut-être …

Depuis que je suis toute petite, j’ai un feu vif à l’intérieur. J’ai une foi inébranlable. Je crois. En de nombreux concepts, de nombreuses théories. Comme j’ai coutume de le dire, si rien ne me prouve que c’est faux, alors c’est peut-être vrai. Il faut toujours laisser la porte ouverte. Alors si Dieu existe, et si, comme le prétendent de nombreux croyants, il souhaite avoir une relation personnelle avec moi, je lui donne les clés.

Je crois que j’ai vécu d’autres vies avant celle-ci et que j’en vivrais sans doute d’autres après. Je pense que la mort n’est qu’une fin parmi d’autres, mais n’est pas La Fin. Il est possible que j’aie une bonne étoile. J’embrasse l’idée qu’il s’agit de mon grand-père décédé il y a 15 ans maintenant. Je suis persuadée qu’il veille sur moi. J’imagine qu’il y a plusieurs mondes, plusieurs versions de moi qui m’envoient des signes dans mes rêves et dans mes très nombreux moments de « déjà vu ». A moins que ce ne soient des rêves prémonitoires.

Vous pouvez vous moquer de moi. Me trouver crédule, ignorante, naïve, candide … Comment réagirais-je si je venais à découvrir que tout est faux ? Je serais déçue, c’est sûr. Mais l’intuition est là, forte. Il y a toutes ces coïncidences, puissantes. Et je sens que croire, qu’avoir la foi, est un acte de conscience qui m’épanouit pleinement. Mon coeur s’ouvre au monde, je nage en pleine connexion, je me relie à tout ce qui est vivant. Je ressens.

C’est très fort, cette sensation. Je me sens pousser des ailes, littéralement. Quelque chose d’infime et de gigantesque se glisse doucement dans mon coeur et le fait rayonner. Je ne pensais pas que cette foi que je ressens depuis toujours puisse se rapprocher de La Foi en Dieu. J’imaginais quelque chose de plus fort encore, quelque chose qui m’aliénerait, et pour cette raison, je me refusais d’admettre que je le vivais peut-être déjà. Je disais « Je crois en La Vie ». Quelle différence avec « Je crois en Dieu » ?

Quelle religion j’intègre ? Aucune. Et je vous vois venir : ma belle-famille ne m’a pas poussée dans le culte de Jéhovah (qu’elle ne suit plus, d’ailleurs) ! Je n’ai pas lu les livres sacrés. Depuis de nombreuses années, je dis que je crois en « La Nature ». Je décide de l’appeler comme ça. Il n’a pas de début et n’a pas de fin. Il veut mon bien. Il me permet d’exister et de m’épanouir. Il est tout et est à l’intérieur de chacun. Pour moi, c’est la définition même de la nature qui m’entoure et m’emplit. Pour moi, c’est plus Elle, maternelle, que Lui. S’Il est la Mère de tout chose, Il est Elle.

Pour la rencontrer, pour me permettre de l’apprivoiser un peu mieux, pour toucher du doigt cette paix intérieure que je ressens comme si j’étais à quelques secondes de l’orgasme, je me purifie. Je lave mon temple, mon Eglise. Je ne rencontrerai Dieu qu’à l’intérieur de moi-même : mon enveloppe charnelle est ma propre voûte sacrée.

Je modifie en profondeur mon rythme de vie. Mon alimentation devient saine et pure. Je fais un peu de sport tous les jours. Je n’utilise que des produits naturels pour me soigner. J’arrête progressivement (et c’est là que le bât blesse) d’être continuellement happée par toute cette technologie chronophage. Et chaque jour, je me connecte un peu plus.

Le corps et l’esprit fonctionnent de concert. Depuis, je trouve les règles de l’Islam sur l’hygiène et le rythme de vie beaucoup plus logiques et limpides, bien que je ne les cautionne pas toutes et que je ne les suive pas. J’ai compris que pour élever l’esprit, on doit s’occuper du corps aussi.

Personne ne me contraint à faire ça. Je le fais parce que j’en ressens un profond bien-être. Il n’y a qu’avec mon mari qui partage mes aspirations que j’en parle. Je l’ai dit à ma belle-mère aussi et elle m’a avoué, la larme à l’oeil, qu’elle prie tous les soirs pour que je ressente cette plénitude à mon tour. Pour l’expliquer à mon père je ne parle pas de Dieu, mais de Forces, de Flux, d’Energies. C’est la même chose mais ça lui permet de comprendre sans qu’il se braque.

J’ai la Foi. Je l’ai compris et je l’ai accepté. C’est loin d’être une évidence pour moi de me détacher de ce que m’a appris mon père sur ce concept. Depuis que je suis née, ce que j’appelle mon optimisme, ma joie de vivre, ma soif de spiritualité … Ce n’est rien d’autre que La Foi. C’est une véritable révélation. C’est là depuis toujours. Je suis née avec mais je choisis maintenant de l’alimenter. Je veux grandir. Je veux que ma conscience monte les marches. Je veux atteindre cet Eden que je pressens.

Avoir la Foi est un acte difficile. Il faut accepter de s’ouvrir pleinement à une force inconnue. De la même façon qu’on donne sans garantie tous nos secrets à la personne avec laquelle on choisit de partager sa vie. C’est un acte d’amour délibéré envers la Vie. C’est optimiste. Ca aide à surmonter les épreuves. C’est parfois ce à quoi on se raccroche pour passer les moments difficiles. Ca soulage un deuil. Avoir la Foi, c’est altruiste et égoïste à la fois. C’est plein.

Aujourd’hui, j’ai décidé de partager avec vous cette partie personnelle de ma vie. L’avez-vous bien reçue ? L’avez-vous comprise ? Je ne sais pas si on est nombreux à ressentir ça. J’ai parfois l’impression qu’un certain nombre de religieux ne le ressentent pas … Mais je sais que d’autres le ressentent plus fort. Certains ont ce que j’appelle des « révélations ». Peu importe la forme qu’elles prennent, elles sont un souffle de vie.

A présent, j’ose dire que je crois en Dieu, cet être sans genre qui est et qui fait tout. Je l’appelle Nature, à l’instar de Jésus, Allah, Jéhovah, Etre Suprême … Peu importe le nom, je crois et j’espère que nous savons tous que nos coeurs pointent vers la même lumière.


19 thoughts on “J’ai la Foi.

  1. Marie Kléber Répondre

    Bravo Rozie! Oui c’est encore difficile de nos jours de dire JE CROIS.
    Pour ma part j’ai toujours cru en Dieu, en une puissance particulière, supérieure. J’ai toujours eu Foi en la vie et la Vie m’a toujours répondu qu’elle était là pour moi.
    Au début c’était à travers la religion, catholique, puis je me suis perdue en religion. J’ai cherché pendant des années à me raccrocher à un courant de pensée. Je me suis rapprochée un temps de l’Islam. Sans y trouver de réponse à mes questions.
    Au final j’ai compris que ma foi existait en tant que telle et avait de l’importance en tant que telle. Le jour où j’ai cru en finir avec la vie, j’ai vécu un moment unique et j’ai su que je n’étais pas seule, que je ne le serais jamais, qu’il y avait une nuée d’anges qui me protégeaient.

    Quant au corps, il est le temple de notre âme, il est ce que Dieu nous a donné pour vivre sur cette terre. L’honorer c’est honorer la vie.

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Oui, c’est particulièrement compliqué d’oser dire « je crois ». Nous en avons eu un exemple parfait ces derniers jours, avec un ami complètement réfractaire à l’idée, qui se moque de nous et qui est persuadé que mon mari est manipulé par ses parents, anciens TJ … Alors que sa foi, il la vit en lui, sans lien avec quelque religion que ce soit.

      Moi aussi, j’y ai toujours cru, mais je ne pouvais pas approcher ce que je ressentais à Dieu, tant mon père était réfractaire à tout cela. Et mon père, c’était mon héros, l’homme qui n’a jamais tord, mon modèle de conduite … Je commence tout juste à me « détacher » de lui, à arrêter d’identifier ses idées comme étant les miennes.

      Ton cheminement est particulièrement touchant. Merci de partager ça ici, ça me donne confiance. J’aime énormément l’idée qu’il y ait une « nuée d’anges » pour protéger chacun de nous.

      Oui, le corps à toute son importance là-dedans et je l’apprends de plus en plus. J’ai même l’impression que je ne pourrais pas grandir dans ma foi avant d’avoir rendu à mon corps son « entière pureté ». Je ne sais pas si c’est compréhensible …

      Merci Marie.

  2. Ornella Répondre

    Olala, mais je suis tellement d’accord. Moi aussi, j’ai la foi. Ma foi, ne se limite pas aux barrières d’une quelconque religion. Ma foi à moi, un peu comme la tienne je crois, m’appartient et et revêt des rituels dont moi seule ai le secret. Ca n’a pas toujours été le cas, j’ai longtemps que ceux qui avait la Foi, étaient faibles et ne savaient pas user de leurs ressources à eux qui sont concrètes et infinies. L’exceptation de ma Foi, est venue il y’a 4 ans seulement. L’entité s’appelle l’Univers dans mon monde à moi. 🙂

    C’est curieux, c’est un sujet que je vais traiter bientôt.
    J’avance sur ton thème au fait, faudra qu’on prenne rendez)vous bientôt. En début de semaine, je viens te demander tes disponibilités.

    Bisous mademoiselle !

    1. Rozie & Colibri Répondre

      J’ai hâte de lire comment tu le traites, alors ! C’est passionnant de voir à quel point ceux qui croient ont des façons différentes de le vivre et en même temps, à quels points tous, nous sommes proches les uns des autres.

      Ce que tu dis sur ce que tu pensais des croyants avant, c’est exactement la façon dont mon père continue de les voir, je crois. Et de ce fait, comme j’étais très liée à lui, j’avais tendance à penser la même chose. Quelle fausse route je faisais alors ! Quelle honte de juger la foi de quelqu’un de cette manière .. Mais c’est humain.

      L’Univers ! Je l’appelle parfois comme ça aussi. Mais ça te ressemble, c’est sûr !

      Super, j’ai hâte de savoir ce qui ressort de mon thème et de cette future entrevue ! Ma curiosité ne tient plus en place !

  3. SweetieJulie Répondre

    Il y a cette peinture dont nous avons parlé pendant notre cours Alpha – formation « baptiste » des nouveaux arrivants dans une église, pour apprendre les fondamentaux de la loi chrétienne… Jésus se tient devant une porte, la porte du coeur, et c’est à nous de l’y laisser entrer. Il n’en ressortira, car une fois à l’intérieur, il restera là pour nous quoi qu’il puisse arriver, quoi que nous puissions faire. Ouvrir la porte, c’est offrir notre coeur, ce coeur qu’il est venu annoncer comme le Temple de son Eglise, la Voie par laquelle le suivre et marcher dans ses pas. C’est en cela qu’il rompt avec la tradition juive, ne bâtissant pas son église sur un temple comme lieu de rassemblement mais dans le coeur et l’âme des gens.
    Tout ça, tu le ressens, tu le comprends, tu l’écris car prendre soin de ton corps, c’est honorer le fruit ultime de la Création. Dieu est tout, il fait tout. Et il a un plan pour chacun d’entre nous, qui parfois peut nous sembler aléatoire, mystérieux, difficile. Mais il nous connaît. La partie la plus difficile de la foi réside, je pense, dans l’abandon total à Dieu, dans cette confiance sans limite que nous Lui devons… et c’est parfois difficile.
    C’est un bel article que tu écris là, et surtout un beau cheminement. Je peux comprendre les propos de ton papa, j’espère qu’un jour son coeur s’ouvrira également. Mais si sa vie prend fin sans qu’il ait eu le temps d’accepter Dieu, il sera tout de même sauvé, parce Dieu est Amour et aime chacun d’entre nous, même ceux qui sont sourds à leur appel. A travers toi, Dieu peut tenter de le toucher, mais sois patiente, laisse le cheminer lui aussi doucement… et pendant ce temps, tu grandiras dans ta foi, dans ta connaissance de Dieu et de Jesus Christ, tu sentiras l’Esprit en toi t’animer d’un amour inconditionnel, d’une bienveillance apaisante.
    Je t’embrasse Rozie, bien fort.

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Merci Julie pour cette belle image.

      Oui, le plus difficile est bien dans l’abandon total .. C’est déjà difficile pour moi de le faire dans la vie de tous les jours. Avant, j’aimais beaucoup tout gérer, tout faire, être maître de tout. Et mon épreuve m’a appris que je devais lâcher prise, accepter ce qui venait à moi, et ce que ne venait pas.
      Voilà 4 ans que je suis beaucoup plus sereine face aux évènements. Face à la Vie en laquelle je croyais déjà très fort.

      Merci Julie. J’espère aussi que mon Papa pourra un jour comprendre et toucher du doigt. Mais je sais qu’il ne sert à rien de forcer les choses, ni de lui en parler. C’est en me voyant évoluer en paix qu’il sera curieux de connaître ma recette. Que je lui donnerais avec des mots qu’il entendra. Goutte par goutte. Et d’une manière ou d’une autre, Dieu l’atteindra. Lui ouvrira-t-il la porte ? Je ne sais pas. Mais au moins, il pourra commencer à l’apprivoiser.

      Je t’embrasse aussi Julie.

  4. Maman délire Répondre

    De mon côté je sens qu’il y a quelque chose qui nous dépasse mais je n’irai pas jusqu’à dire que j’ai la foi… mais pour moi les religions n’ont rien à voir avec ça… c’est drôle car Bertrand Piccard dont je parle dans mon dernier billet a aussi cette façon de voir les choses !

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Je n’instaure également aucune religion dans tout ça, bien que je pense que chacune d’entre elle détient une part de vérité, je préfère cheminer seule, avec mes propres codes, quitte à chercher plus longtemps.
      J’ai lu ton billet, qui est très intéressant. Je ne connaissais absolument pas cette personne. Et c’est toujours agréable de voir que des personnes comme ça, sages, pleines de savoir et d’intuition, touchent les autres. C’est une belle rencontre que tu as fais là, même si lui ne te connait pas, il t’a apporté quelque chose de très chouette !

  5. Aileza Répondre

    Moi non plus, je ne crois pas que la mort soit une fin. Je pense qu’il y a quelque chose après la vie, un prolongement, un recommencement, je ne sais pas. Ce n’est pas un désir de ma part mais une intuition…
    Bravo pour cet article courageux 🙂

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Merci Aileza.
      Un désir, une intuition … Chez moi, je dois avouer que c’est un peu les deux ! Mais comme toi, je ne perçois pas ça comme un rêve ou un fantasme inaccessible, mais bien comme quelque chose qui se trame, à côté de quoi on vit sans doute chaque seconde .. C’est là, tout près !

  6. Peanuts Répondre

    Je respecte la foi de chacun, mais personnellement, je crois que j’avais la foi tant que j’étais petite et innocente. Mais aujourd’hui, je dois l’avouer : je ne l’ai plus du tout. Je préfère de très loin croire en moi pour avancer dans la vie et non quelque chose de totalement impalpable. A choisir, si je devais suivre une foi, ce serait plutôt celle d’une sagesse héritée d’une très longue expérience.

    1. Rozie & Colibri Répondre

      L’idée d’une sagesse héritée d’une très longue expérience est très jolie, et selon moi, elle est en totale adéquation avec la foi … Si cette entité qui nous enveloppe existe, et ce depuis des millénaires, elle est pleine d’expérience. La nature est sage.

      Tu as raison, il est indispensable de croire en soi. Mais ce n’est pas incompatible avec l’idée de croire en autre chose. Le monde invisible est impalpable par essence, mais nous avons encore des moyens de le toucher, de ressentir sa présence. Des moyens ancestraux, des moyens de base .. Nos énergies, nos « petites antennes », nos liaisons au monde.

      Je respecte complètement ton point de vue qui a été le mien quelques temps.

      1. Peanuts Répondre

        S’il restait qu’une chose en laquelle je voudrais pouvoir encore avoir foi, c’est dans l’Amour, le grand, avec un A majuscule, celui qui, désintéressé et profond est capable de vous transporter au-delà de toute chose terrestre… J’ai cru le vivre, mais ce n’était qu’illusion et je n’en ai que trop longtemps souffert au point qu’aujourd’hui, je peine à y croire encore.

        1. Rozie & Colibri Répondre

          Laisse une petite porte ouverte. Si ça ne vient pas, tu n’auras rien perdu. Et si ça vient, tu ne seras pas passée à côté. On peut avoir la foi dans tellement de domaines !

  7. Aldor Répondre

    Bonjour,

    Il y a quelques années, cette question n’avait pour moi aucun sens, aucune réalité. J’y répondais comme mon père y répondait (comme il affichait y répondre, plutôt, car la réalité était, je crois, plus complexe) : d’un haussement d’épaules. Mais les choses ont changé. Complètement. Je sens quelque chose, une ouverture.

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Bonjour,

      Qu’est-ce qui a fait que les choses ont changé ?

      C’est toujours intéressant de savoir d’où ça part, quel est le déclencheur qui nous fait changer, qui agrandit notre perception de l’invisible …

  8. Flora Répondre

    Je crois aussi et j’en avais parlé il n’y a pas longtemps ici (https://floraauplatpays.wordpress.com/2017/02/06/croire-ou-ne-pas-croire/). Ce qui me frappe c’est qu’on a l’air d’en être au même point toutes les deux en partant chacune de notre extrême.
    En fait je pense qu’on fait parti d’un mouvement assez grand. Je crois qu’après avoir eu besoin de s’émanciper de l’église et de devenir athée pour pouvoir se prétendre libre penseur, l’homme réalise qu’église et foi sont deux choses différentes et que si on peut se passer de la première, ce n’est pas aussi facile pour la deuxième…
    merci pour ce magnifique article (comme d’habitude).

    1. Rozie & Colibri Répondre

      Je viens de lire ton article. Tu as l’air d’en connaître un rayon sur le sujet, tu as vu beaucoup de religions différentes !

      Oui, c’est un grand mouvement, qu’on voit émerger de plus en plus. Ok, on ne veut plus nécessairement de religion, mais avoir la Foi et croire, ce n’est pas forcément religieux.

      Nous sommes nombreux à songer à cette forme plus puissante de nous, sans dire qu’il s’agit du Dieu de la Bible ou d’un autre livre sacré.

      Croire, je trouve ça bon. Parce que même si on a tort, qu’il n’y a rien, et bien l’intention de croire nous fait faire des bonnes choses. Et comme tu le dis dans ton article, on devient « une meilleure version de soi-même ».

      Ca rend la vie plus belle et meilleure. On se rend compte de tout l’amour qui nous entoure et de nos bonheurs de tous les instants. Ca nous rend reconnaissant. Ca nous ouvre aux autres, ça nous connecte à tout. Alors … Pourquoi pas ? Qu’a-t-on a perdre ?

Laissez-moi un colibri :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *