Journal d'un corps

Histoire de carence.

Avant toute chose : n’étant pas scientifique, ni experte sur le sujet, je vais utiliser mes propres mots pour parler de ce que j’ai compris. Ce sera « en gros » car je n’ai pas les termes adéquats dans mon vocabulaire.

Il y a deux mois (peut-être plus ?), une personne avec laquelle je discutais véganisme m’a parlé de la fameuse vitamine B12.

Et là, je suis tombée des nues. Je n’en avais jamais entendu parler en plus de 6 mois d’info sur le sujet, ni avant alors que je m’intéresse de très près au végétarisme et au végétalisme depuis des années. Je lisais partout que dans un régime végétalien bien réfléchi, on ne pouvait pas être carencé. C’est vrai, mais seulement si on se complémente en B12.

La vitamine B12 est le seul élément qu’on ne peut pas retrouver ailleurs que dans les produits animaliers. Ce sont leurs intestins qui la créée et en toute logique, on en retrouve dans leurs chairs, leurs laits et leurs oeufs. Mais nulle part ailleurs (en tout cas, pas sous la bonne forme pour nous).

La vitamine B12 est absolument essentielle pour une bonne santé, physique et mentale. Une carence en B12 peut être asymptomatique (c’est à dire qu’aucun symptôme ne prévient), mais elle crée de graves dégâts si on ne s’en occupe pas. Lorsqu’elle est symptomatique, on peut ressentir de nombreux signaux d’alerte, comme une fatigue chronique, des troubles digestifs, des troubles du sommeil … Et quand ça commence à devenir vraiment tendu, fourmillements dans les membres, perte d’acuité visuelle, stérilité, infarctus …

Quand cette personne m’a parlé de la B12 et m’a donné toute la documentation à ce sujet, ça a fait tilt. Tous les symptômes que je ressentais faisaient partie de la liste. Ma consommation animale était quasi inexistante, et ce depuis … Que mes parents ont arrêté de me forcer la main, soit une bonne dizaine d’années. Ce n’est pas avec l’oeuf ou les 10cl de crème fraîche qu’il y a dans ma tarte hebdomadaire que je vais atteindre mon besoin d’apport quotidien.

A ce stade, je me suis dit que j’avais vraiment été stupide de ne pas aller faire une prise de sang. On l’aurait tout de suite remarqué ! Je suis allée éplucher les résultats de celle que j’avais faite il y a quelques années : rien. Tout était parfait, aucune carence ni surplus détecté.

Une carence en B12 ne se déclenche pas dès lors qu’on arrête les produits issus des animaux. Ca dépend des gens. Certains seront carencés au bout de 6 mois, d’autres au bout de 10 ans. Le hic, c’est que la prise de sang ne l’indique pas. Si j’ai bien compris, elle regroupe les analogues à la B12, comme la B9 par exemple, ce qui la rend peu fiable.

Pour vraiment savoir si on est carencé en B12, il faut faire un test urinaire (là, ça devient plus complexe à expliquer, pour plus d’infos, voir les liens en bas de page). C’était à ma portée, et ça n’a pas manqué : grosse carence détectée. On m’a parlé d’une sorte d’anémie : sans B12, le fer et les globules rouges se forment moins bien. Logique donc, que je me sente encore plus à plat en période de règles.

Depuis plus d’un mois, je me complémente en B12 via une cure d’attaque (et c’est grâce à ça que je me sens tellement en forme !). C’est à dire que j’en prends beaucoup plus que ce qu’il ne faudrait normalement pour combler la carence. Ensuite, deux choix s’offrent à moi : recommencer à manger de la viande, ou continuer la complémentation toute ma vie.

Pour moi, c’est clair et net : je ne recommencerai pas à manger de la viande. Je déteste ça, ça me répugne et grâce à la science, je peux être en bonne santé sans en passer par là. Je vais donc profiter de vivre en France en 2018, pour vivre en paix avec ma nourriture. Je vais me complémenter à raison de quelques cachets par semaine/mois en fonction du dosage que j’aurais choisi.

Il y a de la B12 dans le poisson, les oeufs et les produits laitiers également. Mais pour vous donner un ordre d’idée, il faudrait manger 400 grammes de poisson par jour pour que ce soit assez. En oeufs, je ne compte même pas …

Est-ce que ça signifie que le végétalisme n’est pas viable ? Oui. Sans notre capacité à recréer en laboratoire la B12, ce n’est pas viable. Il ne faut pas manger trop de viande, mais il en faut assez pour ne pas être carencé.e, si on ne souhaite pas se complémenter.

Est-ce que ça signifie qu’il est vain et stupide de vouloir vivre sans avoir recours aux produits animaux ? Non. Pour moi, c’est un comportement utile, c’est être lanceur d’alerte. Il y a trop d’enjeux sous jacents, et sans cette radicalité (après tout, on pourrait choisir d’en manger juste ce qu’il faut plutôt que pas du tout), ces enjeux n’auraient aucune visibilité. Vous connaissez l’histoire de l’homme, objecteur de conscience, qui décide d’aller sur le champ de bataille sans arme. Ca paraît complètement con, non ? Il prend des risques assez monumentaux, mais il fait réfléchir une communauté entière sur ce qu’elle fait et s’apprête à perpétuer.

J’ai été très déçue d’apprendre que mon régime n’était pas viable sans complémentation, et qu’il était la cause de mes troubles. C’est d’autant plus décevant quand on apprend à bien manger et qu’on fait d’énormes efforts en ce sens pour sa santé. J’ai compris pourquoi ma tante, végétarienne, avait été contrainte de remanger de la viande. Je pensais qu’elle avait mal fait les choses. C’était le cas, mais elle ne savait pas. En 30 ans de végétarisme, elle n’avait jamais entendu parler de vitamine B12. Quel gâchis !

Sachez tout de même que la population ayant un régime omnivore est aussi sujette à cette carence. On estime que 39% de la population est carencée (il n’y a pas 39% de végéta*ien.ne.s dans le monde). On peut donc manger beaucoup de viande et être concerné.e : aux USA, le taux de carence est assez élevé ! Sans compter qu’il est difficile de trouver un médecin qui s’y connaît …

Donc, si vous êtes végéta*ien.nne : renseignez-vous bien et commencez dès aujourd’hui la complémentation. Quelque soit votre régime, informez les personnes concernées. C’est important. Ensuite, chacun fait son choix mais il vaut mieux le faire avec les bonnes cartes en main.

Sachez aussi que les personnes carencées en difficultés financières peuvent s’en procurer gratuitement grâce au programme d’accès de la Fédération Végane. N’oublions pas que quand on est pauvre, on ne mange pas beaucoup de viande ni de poisson … Ce n’est pas un choix mais on finit carencé comme les autres !

Pour plus d’informations :

www.vivelaB12.fr

Groupe FB (dans lequel les choix de dosages et les cures d’attaques sont parfaitement expliquées) : mon médecin ne savait pas quoi faire face aux résultats, j’ai trouvé là-bas ce dont j’avais besoin pour ma remontée.

Pour finir, je remercie grandement la personne qui m’a informée (elle se reconnaîtra ;)). Et vous, avez-vous déjà entendu parler de la B12 ?

Semer un peu de magie et de poésie dans le quotidien.

16 commentaires

  • alex

    La vitamine B12 est essentiellement produite par notre microbiote dans le colon, nous n’avons pas besoin d’un supplément sauf s’il y a un problème de digestion. Pour rebondir avec mon intervention et pour avoir expérimenté la B12 est bien d’autre chose, je te conseille de voir un gastro-enterologue, de faire une prise de sang et de vérifier que tu n’as pas d’intolérance alimentaire, etc… la vitamine B12 va t’apporter un mieux si ton organisme ne la produit pas correctement mais la question est plutôt pourquoi il ne la produit pas et tes symptômes de fatigues, hypersensibilité… reviendront même avec la B12.

    • Rozie

      Hmm … D’après mes différentes recherches, la B12 que nous auto-produisons ne nous sert pas. En effet, comme tu le dis, elle est produite par le côlon. Or, c’est avant le côlon, dans les intestins, que le travail d’assimilation est effectué. Après … Elle sort de notre corps. Donc elle ne peut pas nous nourrir.
      (Pour ceux qui se demandent, chez les ruminants la B12 est créée dans leur estomac, qui est différent du nôtre.)

      Le travail sur les intolérances a déjà été effectué, je n’ai pas de problème (comme tout le monde, il y a des trucs qui passent moins bien quand-même). On a pensé à un SII, mais la prise de B12 en cure d’attaque (j’en suis à un mois et demi) a arrêté net tous les symptômes. Elle a arrêté net ma fatigue également et comme j’avais une carence, il n’y a pas trop de doute, je pense.

      • alex

        Oui possible j’ai pas mal étudié le microbiote mais on lit des choses contradictoires aussi:

        C’est un site sérieux :

        https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/microbiote-intestinal-flore-intestinale

        « ls assurent la fermentation des substrats et des résidus alimentaires non digestibles
        ils facilitent l’assimilation des nutriments
        grâce à un ensemble d’enzymes dont l’organisme n’est pas pourvu
        ils assurent l’hydrolyse de l’amidon, de la cellulose, des polysaccharides

        ils participent à la synthèse de certaines vitamines (vitamine K, B12, B8)
        ils régulent plusieurs voies métaboliques : absorption des acides gras
        , du calcium, du magnésium… »

        J’ai également connu un net mieux après une prise régulière de B12 mais hélas au bout d’un certain temps la fatigue est revenue. J’espère que cela ne sera pas ton cas. En tout cas bonne initiative.

        • Rozie

          C’est fort dommage. J’espère que ça ne sera pas le cas pour moi, effectivement … Tu prends encore de la B12 régulièrement, où tu estimes que grâce à ton alimentation, tu n’en as pas besoin ?

          On lit pas mal de choses contradictoires, c’est vrai !

  • Ornella

    Peut-être que je devrai faire le test, mais je mange encore de temps à autres de la viande, des oeufs et du poissons. Ma fatigue chronique à moi, malheureusement je crois n’est due qu’à ma maladie de Crohn.

    • Rozie

      Si tu deviens végé, à ce moment là il faudra te complémenter.

      Mais oui, ta fatigue vient très probablement de ta maladie. Mais peut-être celle-ci interfére-t-elle dans ton assimilation ? Tu n’as jamais eu de carences ? Je ne te le souhaite pas bien sûr !

  • Melgane

    Vu que je mange pas des tonnes d’oeufs (mais que je bois des litres de laits quand même xD) je pense que je suis carencée, ça ne m’étonnerait pas… Mais je ne saurais pas dire si ma « fatigue » est due a ça ou juste au fait que je passe trop de temps devant les écrans, ni si mon rythme de sommeil est dû à ça aussi (j’ai remarqué que avant je me levais du lit dès réveillée, maintenant je traînaille… mais je me couche aussi plus tard…). Au final c’est possible que je sois carencée… bon, ben ça fera un truc de plus à parler à mon médecin (quand je me serais décidée à téléphoner…). C’est bien : je vais lui parler de plein de trucs d’un coup et il va se demander depuis quand je suis pas allée chez un de ses confrères… disons… 1 an (enfin, y’a de bonne chance que, considérant ma procrastination, ça fera un an quand je téléphonerais…).
    Elles coûtent cher les pilules ? Puis alors elles sont faites comment ? Parce que je préfère manger de la viande qui vient d’un producteur responsable et respectueux de la vie, que des produits chimiques…

    • Rozie

      Alors il est grand temps que tu prennes rdv avec ton médecin ! ^^

      Non, ça ne coûte pas si cher que ça, on en trouve un peu à tous les prix. En tout cas, c’est bien moins cher qu’un produit issu d’un animal ! Je paie mes 50 pilules moins de 10 euros. Sur le site sur lequel je commande, le prix est dégressif si j’en prends plusieurs, en plus (et c’est un site de confiance qui choisit ces partenaires avec précisions).

      En cure d’attaque, ça me fait un mois, mais en dose normale, c’est sensé m’en faire 2 et demi/3. Si on n’est pas à l’aise avec des pilules à avaler (elles sont vraiment minuscules), il existe des cachets avec goût (fraise, orange) ou des ampoules.

      J’ai mis ma confiance dans l’une des marques car il n’y a pas de tests effectués sur les animaux, et c’est celle qui me semblait le plus clean : Solgar.

      Mais si tu aimes la viande et que tu peux te le permettre (et que la cause végane ne t’importe pas), tu peux tout aussi bien faire les affaires d’un producteur local !

      • Melgane

        Mais bon, pour ce que j’en sais ça peut aussi bien être parce que je bois pas assez… Mais de toute façon vu comment je mange, je serai carencée un jour où l’autre donc autant s’y mettre tout de suite…
        Mon problème c’est que j’ai pas de médecin, comme je suis dans une nouvelle ville… donc je dois en trouver un, et j’ai du mal à en trouver un qui me satisfasse…

        Non, je n’aime pas la viande plus que ça… d’ailleurs, depuis que je vis toute seule je n’en achète pas. Après, si je retourne vivre chez mes parents et qu’ils en font, ou que je suis invitée chez quelqu’un, je vais la manger (c’est pour ça que je ne me définie pas comme végé), mais toute seule je n’en achète pas, juste parce que j’ai pas envie. Je me suis même pas dit « je vais arrêter d’en manger » : c’est juste que j’ai pas envie d’en manger. Mais quitte à choisir entre des produits chimiques à la con, et de la viande issu d’un animal élevé et tué dans le respect (parce que ça existe) ben voilà…
        Le problème c’est pas qu’on tue les animaux pour se nourrir : le problème c’est qu’on le fasse dans l’irrespect le plus total. Les Inuits ils tuent des phoques mais alors d’une part ils récupèrent tout l’animal (chair, graisse, peau, os…) et en plus ils le respectent, ils lui mettent un glaçon dans la bouche pour qu’il ait à boire dans l’au-delà… ça n’a rien à voir avec nous qui tuons à tour de bras ! Les lions tuent des zèbres… le problème ce n’est pas de tuer, c’est de le faire dans l’irrespect et la violence… donc voilà…
        Mais dans les supermarchés la viande n’est pas issue d’un processus respectueux… et d’ailleurs avant de trouver un abattoir qui fait correctement son travail on peut faire trois fois le tour du monde à pied…

        • Rozie

          Oui, ça peut venir d’autre chose. Je comprends la galère pour le médecin. Moi c’est pareil ici. Du coup je change à chaque nouvelle consultation. Heureusement, je n’ai pas besoin d’y aller souvent !

          Oui, ça existe, des endroits qui tuent vraiment l’animal dans le respect, qui l’élève bien et tout … Mais pour l’instant, je ne connais qu’une ferme qui le fasse, et c’est en Belgique ! Le mec élève ses animaux et au moment d’en tuer un pour manger, il en sépare un groupe dans l’un de leurs pâturages (les animaux ne stressent pas tant qu’ils ne sont pas isolés, apparemment). Il monte dans une cabane en bois au dessus d’eux et il prend le temps (bonne position, endroit parfait sur l’animal pour que ce soit direct et sans bavure) de le tuer lui-même en tirant au fusil. Il tue donc l’animal chez lui. Ensuite, il a son propre rituel spirituel, on va dire. Et il le mange en se souvenant de qui c’était et en remerciant … Ca m’avait profondément touchée ! Ce qui me plaisait surtout, c’est que la consommation était raisonnée et qu’il ne tuait pas ni n’élevait pour le profit. Une petite structure.

          Mais c’est un cas quasiment unique … Pour moi, même en ferme locale cela n’est pas respecté (ayant vécu l’abattage des cochons à la ferme chez le voisin, et des lapins et des poules chez moi, je peux te dire que la souffrance, on l’entend). Pour le lait peut-être, parce qu’ils laissent les petits avec les mères et prennent le surplus. Et encore, c’est hyper rare. Mais un abattoir, c’est un abattoir. Même avec la lumière bleue qui rassure, la musique, l’endormissent pour qu’ils ne sentent rien et le coup de couteau unique et parfait … Ca reste un endroit où on tue simplement pour le plaisir de la chair. On ne mange plus de viande par nécessité, mais par plaisir. Les deux peuvent aller de paire, bien sûr, mais tu as compris ce que je veux dire.

          Bon, je peux comprendre que dans ces conditions ça puissent passer pour la majorité des gens. Le vrai problème, c’est la consommation. Plus de 60 milliards d’animaux terrestres par an (on ne compte donc pas les poissons où là, les milliards sont insuffisants pour compter) pour notre consommation. Sans déconner ! Ca représente plus de 280 milliards de kilos. Si on partage équitablement entre chaque humain sur la planète, en partant du principe qu’on est 8 milliards, ça fait 35 kilos par an. Ca fait 670 grammes par semaine. C’est déjà trop. Mais quand on sait que c’est loin d’être partagé équitablement dans le monde et que ça n’est « que » (en forçant le trait) pour les pays du nord … C’est du grand n’importe quoi. C’est une catastrophe à tous les niveaux.

          Enfin, tout ça pour dire qu’on est d’accord. Pour l’instant, je laisse couler quand on m’invite. Je mange les accompagnements. Je teste si c’est de la saucisse ou du poisson (mais j’ai remarqué que même ça, c’était plus possible. En fait, depuis que je ne mange plus de viande, à chaque fois que je retente le coup je me sens mal physiquement après : lourde, mauvaise digestion. Mais aussi mentalement : impression de porter la mort.). En ce moment, avec les BBQ c’est un peu la galère … La dernière fois, il n’y avait vraiment que de la viande à manger donc je l’ai fait. J’ai mangé une saucisse et des morceaux de poulets. Je pensais que ça allait passer easy mais je l’ai hyper mal vécu. Donc j’envisage de prévenir maintenant, ou juste de demander si un accompagnement est prévu. Ou de proposer de l’emmener. Ca règlera mon problème ^^.

          Après, je ne me colle pas en d’étiquette précise. J’ai pas envie de dire, végé, végane. Je dis que je ne mange pas de viande par gôut mais aussi par convictions personnelles. Ca braque moins les gens, j’ai l’impression, que de se définir en tant que végé ou végane.

          • Melgane

            Les assos ont montrer que les abattoirs ne respectaient pas vraiment l’étourdissement avant de tuer.
            En fait c’est même pas 600g par personne, considérant la quantité qui est jetée ! Et c’est là aussi que je parle d’irrespect ! On tue pour jeter !

            L’autre fois j’ai mangé du saucisson, et après je me suis sentie… pas mal physiquement mais je m’en suis un peu voulue…

            De toute façon, que j’arrête totalement ou pas, je vais avoir un problème avec le B12.

            Je pense que si ne pas dire ces termes braque moins c’est parce qu’ils sont très connotés (un peu comme dire que t’es féministe) du coup c’est mieux si tu les dis pas.

          • Rozie

            C’est vrai, je ne pensais même pas à tout ce qui est jeté … C’est répugnant ! Irrespect, oui. C’est le mot.

            Oui, c’est très connoté, et je n’ai pas envie ni de me définir dans quelque chose de drastique, ni de recevoir de la haine ou de la provocation donc … Je ne me mets pas d’étiquette. Ca me laisse aussi plus libre.

    • Rozie

      Quand j’en ai entendu parler, je commençais tout juste à perdre la qualité de mon sommeil. Maintenant, c’est nickel. Les troubles digestifs faisaient partie des premiers symptômes. Ca a été très violent. On a cru que j’étais atteinte de SII, mais depuis deux semaines, ça s’est clairement amélioré (que c’est agréable !!!) donc … Il ne s’agissait peut-être que de ça.

      Je t’en prie. C’est normal, j’aimerais qu’on m’informe et je suis heureuse que quelqu’un l’aie fait. Ca m’a ôté une belle épine du pied alors si je peux aider à mon tour … 😉

  • Marie

    Voilà qui m’interpelle. J’ai toujours eu du mal avec la viande et j’ai de moins en moins envie de me forcer. Mais quelque chose me dit que je suis peut-être concernée par cette carence (anémie chronique, troubles digestifs, diminution de l’acuité visuelle depuis quelques temps, etc.). Merci pour l’info, je vais aller voir ça de plus près…

    • Rozie

      Tout pareil ! Ca m’a fait le même effet et mon intuition était la bonne. J’espère tout de même que tu n’es pas concernée, mais si ça peut t’aider, je suis contente.

      Mon premier gros symptôme a été la digestion. Horrible, diarrhées et constipations à répétitions, je ne digérais plus rien. Ensuite, la fatigue chronique, très intense, vraiment durable. Le sommeil ensuite. Je dormais comme un bébé avant et depuis quelques mois/semaines, j’avais un sommeil très léger, pas du tout réparateur. Je me réveillais sans cesse et était incapable de me lever en forme le matin.

      Tout ça a disparu.

      J’espère que ça agira aussi sur les douleurs de mon cycle (sans doute que là, je rêve !) …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :