Sorcière en Herbe,  Vie Responsable

Fête des Moissons et Jour du Dépassement

H ier, nous étions le 1er août 2018. Un jour pas comme les autres, puisqu’il était marqué par deux évènements majeurs, aux antipodes l’un de l’autre.

**

La Fête des Moissons :

Avez-vous déjà entendu parler de cette fête païenne ? Hier, des centaines de personnes à travers le monde fêtaient les Moissons, le Sabbat de Lughnasadh (prononcez Lou-na-sa), aussi connu sous le nom de Lammas, ou encore Fête du Pain.
Sabbat, ça signifie « fête païenne » ou encore « réunion de sorcières » (ça date du Moyen Age 🙂 ), rien à voir avec le Sabbat Juif qui survient chaque 7e jour de la semaine.

Lughnasadh célèbre l’abondance, la Terre Mère qui nous donne à tous de quoi nous nourrir correctement. C’est une fête agraire. A travers Lughnasadh, nous remercions la Terre pour ce qu’elle nous offre, pour sa générosité. Car c’est en ce moment que nous récoltons le plus de fruits, tout prolifère autour de nous ! Les agriculteurs moissonnent le blé, les fleurs de lavandes sont coupées, les melons, tomates, courgettes et autres légumes récoltés. La nature est foisonnante !

Lughnasadh, c’est aussi la fête qui annonce la fin de l’été, la fête de transition. Hé oui ! Les jours raccourcissent déjà, nous nous apprêtons tout doucement à glisser vers l’automne. D’où l’importance d’avoir de belles récoltes pour être à l’aise le reste de l’année. On dit que Lughnasadh, c’est la mort de Dieu (ici le Soleil, la Lune étant la Déesse) qui a donné sa force vitale au monde à travers les récoltes que nous allons transformer et manger. Mais pas de panique, Dieu va renaître l’année prochaine … C’est le cycle des saisons.

Lughnasadh, c’est enfin la fête de l’Union et de la Création. On parle d’union du Soleil et de la Lune, mais aussi de l’homme et de la femme, de la mère et de l’enfant …

Cette fête prend ces racines en Irlande, dans la religion celtique. On la retrouve également dans la religion Wiccan et ailleurs. Ce que j’aime là-dedans, c’est la place que prend la nature. C’est sensé, pour moi, de célébrer la nature et ce qu’elle nous apporte. Ces fêtes, les Sabbat, nous aident à reprendre conscience du rythme des saisons et de tout ce qu’il signifie. J’ai l’impression de me remettre face à une réalité, mais pas une réalité morne et triste. Bien au contraire ! Une réalité rayonnante, un bijou dont chaque facette est unique et complémentaire. Notre merveilleuse réalité.

Il y a plusieurs façons de fêter Lughnasadh. L’idéal, c’est de se rassembler : partager un bon repas tous ensemble, avec du pain et des gâteaux à table, des couronnes de blé et des gerbes d’orge en guise de décoration. Et pour terminer sur une note joyeuse, lancer un feu de joie ! Certaines personnes vont plus loin et font un rituel ce jour-là (un rituel, ça n’a rien de très fou ! Les cadeaux qu’on offre à Noël par exemple, ça peut être considéré comme un rituel si l’intention est là). Pour ma part, j’y ai juste songé. Y penser et dire « Merci » dans ma tête, ça m’a suffit. J’aurais pu tout aussi bien allumer une bougie et la contempler. Mais j’ai marché à travers les champs en promenant Indiana, j’ai contemplé la moissonneuse-batteuse, avec ses phares dans la nuit. J’y ai pensé, tout simplement, et j’étais ravie.

Le Jour du Dépassement :

Je crois que lui, on n’a plus besoin de le présenter ! Ca fait des années qu’il nous effraie, des années qu’il se pointe de plus en plus tôt. Le Jour du Dépassement, c’est un mauvais présage. Il s’agit du jour où nous avons dépensé toutes les ressources que la Terre est capable de régénérer en une année. En gros, tout ce que la Terre peut nous offrir sur un an, on l’a pris et dilapidé en 7 mois. Tout le CO2 que la Terre peut absorber en une année, on l’a balancé en 7 mois. Tout ce qu’on prend à partir d’aujourd’hui crée des dommages et nuit gravement au maintien de la Biodiversité. Tout ce qu’on rejette à partir de maintenant, la Terre n’est plus en capacité de le stocker et de le transformer. On pollue (non, sans blagues !).

En 1998, le Jour du Dépassement, c’était le 30 septembre. En 20 ans, nous avons avancé de deux mois. C’est catastrophique. Et cette année, le Jour du Dépassement tombe le même jour que la Fête des Moissons qui symbolise l’abondance. Il y a comme un message à décrypter, non ? Nous devons récolter maintenant les ressources pour passer l’hiver, mais théoriquement, nous les avons déjà récoltées et englouties. Ces ressources, elles n’existent plus ! Nous épuisons notre Terre au lieu de la respecter et de la célébrer. Ca me désole profondément.

Cette coïncidence des dates me fait frémir d’angoisse. C’est une deuxième réalité à laquelle je fais face, avec pas mal d’inquiétude. Que se passera-t-il, quand dans 60 ans, le Jour du Dépassement au lieu de 1er janvier ? J’aimerais que tout le monde ouvre les yeux. Qu’à partir de ce soir, tout le monde remplace le jetable par du durable, que tout le monde boude les produits à déchéance programmée, que tout le monde achète BIO, local et de saison. Qu’on arrête de fermer les yeux et de penser que ça ne sert à rien parce que les plus gros et les plus grands s’en moquent. Ca n’a rien de compliqué, comme démarche. Et c’est trop facile de se dédouaner en pointant du doigt celui qui fait pire. Non franchement, aujourd’hui, je ne le supporte plus. Je veux bien avouer que certaines personnes n’ont pas le choix (l’argent, c’est le nerf de la guerre), mais il y a toujours des axes sur lesquels on peut travailler. Si moi, avec ce que je gagne et les dépenses que j’ai sur le dos, j’ai pu le faire, c’est que la majorité des gens le peuvent.En plus, ça vous fera gagner de l’argent sur le long terme. Un point c’est tout. (Oui, je suis intraitable aujourd’hui.)

Hier, c’était l’occasion de fêter la beauté et la richesse de notre monde. C’était aussi l’occasion de se rendre compte de notre dédain par rapport à lui. Remettons-nous à notre place. Nous devons le remercier pour ce qu’il nous permet et nous donne de bon coeur, pas le brutaliser.

Et vous, connaissiez-vous cette fête païenne ? Qu’est-ce que ça vous évoque ? Avez-vous conscience de votre impact, positif ou négatif, sur la Terre ?

Semer un peu de magie et de poésie dans le quotidien.

2 commentaires

  • Rhiannon

    Si tu t’intéresses aux fêtes païennes les livres des éditions Danaé sont hyper intéressants et complets je trouve ! (non je n’ai pas d’actions chez eux haha)

    Pour le jour du Dépassement, j’avais vu un schéma qui montre le jour du Dépassement de plusieurs pays, et celui du Qatar était en février, c’est dire à quel point ils consomment… et les plus bas évidemment sont les plus pauvres, s’ils ne consomment pas c’est surtout qu’ils ne peuvent pas. C’est tellement triste, et les gens s’en foutent éperdument. Je me demande parfois s’il est encore temps d’inverser la tendance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :