Chaudron à réflexions

Ecrire ce qui n’est pas politiquement correct.

L’un des buts de ce blog était d’oser écrire tout ce que je pense, exactement comme je le ferais dans mon journal intime, puisqu’il l’est. Je trouvais l’expérience intéressante, de tout écrire et d’être libre de tout dire. De tout regarder de moi sans jugement. L’émotion brute, non traitée.

On pense tous des choses comme ça, et c’est finalement ce qu’il y a de plus intime. Nos moments noirs, nos moments « connards », nos moments « je ne devrais pas me plaindre, pas dire qu’untel m’emmerde parce qu’il vit quelque chose de grave et que c’est franchement pas cool de lui en vouloir, mais honnêtement, OUI, ça m’emmerde. »

Parfois, ce que je pense n’est pas correct. Pas correct du tout. Pas altruiste, très égoïste, hautain, honteux, inhumain. Pas politiquement correct.

Je me bats contre ça, mais il y a quelque chose de dérangeant là-dedans : la question de l’honnêteté. En cachant, même à mon propre journal intime ces moments de bas instincts, je deviens encore plus malhonnête envers moi-même et les autres que si j’avoue que l’espace d’une seconde j’ai pensé un truc affreux et que je m’en suis voulue pendant des années après, et que je travaille toujours dessus.

J’ai tenté l’expérience dans quelques articles. Les réactions m’ont beaucoup touchée.

Parfois, il n’y en avait pas et ça signifiait à quel point je mettais les pieds dans le plat … Ce qui était très angoissant parce que du coup, je ne savais pas si mes lecteurs se mettaient à penser que je suis une connasse en puissance – je vois mes statistiques – ou s’ils comprenaient la démarche.

J’ai l’impression de perdre le sens de tout ça. Je me retiens d’écrire et je me mets, petit à petit, à passer de la blogueuse « humeurs » à la blogueuse « lifestyle ». Comme je n’ose plus écrire vraiment à coeur ouvert, je parle de sujets plus pratiques et légers, ce qui me dérange plus encore.

Est-ce que l’honnêteté tue ?

A l’heure où le moindre tweet malencontreusement écrit peut ruiner quelqu’un, la question de l’image que je renvoie ici, de ma réputation (aussi minuscule soit-elle), me taraude. Que dois-je faire ? Me protéger ou assumer l’expérience que je vise ?

Quoiqu’il en soit, ce blog devient une épine dans mon pied. J’ai envie de le voir prospérer, j’ai envie de lui donner ce qu’il y a au fond de moi et en même temps, sa présence me gêne de plus en plus et l’idée ma taquine de raccrocher pour recommencer sur un autre format, sous un autre nom, ailleurs.

Peut-être que la solution réside dans le véritable anonymat. Ca revient sur le tapis. Alors je vous dis adieu, je m’en vais, je ferme le blog ? Je ne sais pas. Ou je ferme toute possibilité qu’on puisse commenter ce que j’écris.

J’ai l’impression d’être aujourd’hui enfermée dans une image qu’on a de moi, que je dois tenir. Et je ne veux pas de ça. C’en est peut-être fini pour moi, de me raconter. Et même temps je n’ai pas envie de raconter autre chose. J’ai l’impression d’être prétentieuse.

Je ne sais pas. Je fais une pause.

En attendant de mettre de l’ordre dans mes projets. Choisir de rester, ou de m’en aller.

Semer un peu de magie et de poésie dans le quotidien.

26 commentaires

  • MissTexas

    Ta réflexion est très intéressante Rozie, et tout à fait personnelle. Je pense que quand on ouvre son cœur à ce point, il est normal de se débattre avec le pour et le contre… Je n’ai JAMAIS trouvé que tu n’étais pas politiquement correcte. Tu dis que tu as l’impression d’être égoïste ou inhumaine, alors qu’au contraire je trouve que tu dis juste tout haut et avec des mots bien choisis les débats que chaque personne a au fond de son cœur. Ne crois pas que les autres ne se sentent pas égoïstes à un moment de leur vie. C’est juste que c’est un sentiment dont on parle rarement, alors qu’il n’y a rien de plus humain que se demander si le fait de penser à soi n’empiète pas sur la liberté des autres.

    Supprime des articles si tu le sens, mets en en privé si tu le sens, ce blog est le tien et tu peux lui donner la couleur, la forme et le ton que tu veux. Parfois on a besoin de s’épancher beaucoup, parfois on préfère se préserver. C’est ton droit, ce sont tes écrits, ta propriété intellectuelle et émotionnelle.

    Si je peux me permettre, il me semble que le fond du problème n’est pas de savoir si tes articles choquent ou non, mais peut être que tu es dans une phase personnelle de doute et que tu attends un retour, une reconnaissance de ton travail. Tu sembles chercher à savoir ce que les lecteurs pensent de tes écrits, et donc de toi. Or, chacun regarde le monde avec ses propres lunettes, et tu ne pourras jamais vraiment savoir ce que tu fais résonner en eux. Si je pouvais te donner un conseil, c’est de considérer tes écrits comme un don, que chacun assimile (ou non) selon sa propre histoire. Ce que les gens en font ne t’appartient plus (enfin, dans la limite de la propriété intellectuelle bien sûr ;-). Ça plaît, ça ne plaît pas, peu importe finalement, parce que l’essentiel est de savoir ce que ce don t’apporte à toi.

    Bon courage dans ta réflexion ! Je t’envoie des bises du Texas !

    • Rozie

      Il m’a fallu du temps pour comprendre ce qui se passait. Avais-je besoin d’une reconnaissance ? Oui, certainement. Mais je l’attendais au mauvais endroit. Et c’est surtout que j’avais besoin de voir plus loin qu’écrire des articles. Je ne vous propose encore « que » ça, mais ça va bientôt changer.

      Après ce passage à vide, j’ai réfléchi à ce que je voulais faire, à comment je souhaitais transmettre et donner. J’ai trouvé des éléments de réponse qui vont me permettre de m’amuser et de continuer.

      La vision du don, c’est une très chouette idée, Miss Texas. Merci.

  • Flo

    Bonjour Rosie, j’ai eu peu de temps pour la blogosphère recemment et puis il y a eu un sujet qui m’a donné la motivation de prendre le temps de reecrire. Un sujet que tu avais abordé et qui a nourri ma reflexion. J’ai voulu mettre ton article en référence dans le mien et … impossible de mettre la main dessus !? J’ai alors constaté qu’il n’y avait pas que celui la qui avait disparu. J’avoue avoir été déçue car ceux que tu as retirés sont ceux qui m’ont le plus marquée, le plus touchée. Ceux qui te sont le plus intimes. Alors oui je comprends ta reaction. J’ai moi même privatisé un article finalement un peu trop intime. Mais je suis triste car c’est ta liberté de penser et de l’écrire qui fait ta force. Si tu n’as pas forcément de réponse sur ces articles ce n’est pas parce qu’il n’ont pas plu mais parce qu’ils nous poussent à nous regarder dans le miroir et qu’on a du mal sinon à se regarder du moins à assumer notre position comme tu arrives à le faire. On n’a pas ton assertivité mais on l’admire. Alors je dirais juste : Poursuis ! Et peut-etre qu’a force de te lire, on trouvera le courage de te répondre.

    • Rozie

      De quel article parles-tu ? J’aimerais bien savoir. Peut-être (sans doute) l’ai-je remis en ligne !

      J’ai d’abord tout retiré, tout passé en privé quelques jours. J’avais besoin de me recentrer et de réfléchir à ce que je permettais dorénavant qu’on sache de moi. Finalement, j’ai remis la grande majorité de mes articles en « publique ». J’en ai supprimé une bonne dizaine, je dirais, qui me dérangeaient.

      Je comprends que ce soit décevant. Mais il me fallait ça pour évoluer et envisager d’autres choses. pour être plus précise dans mon axe, dans le sens que je souhaite donner à ce que je fais ici.

      Merci pour ton soutien. Merci pour tes mots, dont assertivité, qui me touche tout particulièrement.

  • Irène

    Prends le temps de ta pause !
    De mon point de vue, il faut se dire qu’on a rien à perdre à essayer de dire ce qui nous tient vraiment à coeur… Au pire quelques commentaires mécontents ? Bien sûr ça peut blesser, il faut savoir s’en protéger, mais ça vaut le coup. Les fois où je l’ai fait sur le blog (par ex pour l’article sur les limites de la consommation éthique), j’ai reçu énormément de réactions constructives, bien plus que je ne le pensais. Je crois qu’aujourd’hui la blogosphère est saturée par le lifetstyle quitte à voir se répéter les mêmes articles… Les articles personnels sont précieux

    • Rozie

      Je considère aussi que les articles personnels sont précieux. Mais les miens … Hahaha, on voit toujours l’herbe plus verte ailleurs. J’avais l’impression de tourner en rond, d’avoir fait le tour. J’ai beaucoup réfléchi et j’ai réussi à trouver des évolutions possibles, pertinentes, qui me permettront de continuer mon bonhomme de chemin sur les internets.

      Les commentaires mécontents, c’est très rare ici. C’est arrivé quelque fois et ça m’a marquée. Mais on passe outre, effectivement !

  • Une sudiste

    Hello Rozie ! C’est vraiment dommage que tu prennes la décision de « fermer les portes » à ton lectorat en supprimant des articles ou en les passant en privé. Si je vais aussi souvent sur ton blog (plusieurs fois par semaine, c’est un peu mon petit rituel du matin) c’est justement car j’ai toujours l’excitation de découvrir un article qui sort de l’univers acidulé des blogueuses lambdas. Tu es ce que tu es, et tu n’as pas peur de montrer que tes pensées, tes préoccupations sont différentes également. En soit, nous sommes tous différents mais la plupart du temps les gens font en sorte de rentrer dans le moule car c’est plus facile, plus confortable, et l’opinion générale y adhère plus facilement.

    Mais est-ce vraiment ce que tu cherchais en ouvrant ce blog ?
    Satisfaire l’opinion générale en leur servant ce que tu penses qu’ils veulent lire ?
    Et te museler parce que tu as peur qu’ils considèrent que tu vas trop loin ?

    Je ne pense pas, je pense que tu écris pour toi avant tout. Et cette démarche a besoin d’être très égoïste pour être bénéfique pour les autres. Tes propos m’ont parfois agacé (en particulier celui sur le racisme qui était néanmoins d’une lucidité et d’une franchise incroyable et de ce fait très appréciable au final), et c’est NORMAL je n’ai pas arrêté de te lire pour autant : au contraire. Car tes articles suscitent de l’émotion chez moi également, de la joie parfois, de la mélancolie, de la douceur. Je te vois un peu comme une amie (je sais c’est bête) je te prend avec ce qui m’agace et ce qui m’amuse, ce que j’aime et ce que j’aime moins dans ce que tu es. Ca n’altère en aucun cas ce que je pense de toi. Et je suis sûre de ne pas être la seule !

    Pour finir (car je deviens longue), tu provoques tout un éventail de ressentis et à mon sens c’est à ça que sert l’écriture ! En filtrant tes articles tu prives tes lecteurs d’une expérience totale. Ceci étant dit je respecte ton choix, ton besoin mais je veux juste que tu t’assures de le faire pour les bonnes raisons.

    Tu es une très belle personne Rozie, avec tes positions, tes sentiments, ton vécu et sache que tu m’as beaucoup aidé à comprendre certaines de mes réactions, certains mécanismes de pensée que je pouvais avoir. Je te comprends totalement quand tu dis avoir peur d’être prétentieuse, j’ai souvent cette crainte également mais en fait je pense que c’est propre aux gens qui savent qui ils sont. On a tellement l’habitude d’être invitée à se faire petite, qu’on s’excuse dès qu’on se sent à l’aise… Il ne faut pas !

    Et puis bon, si tu penses être une connasse viens faire un tour dans ma tête là tu vas comprendre hahahaha

    Bon allez maintenant je me tais.
    Je te fais plein de bisous Rozie, j’espère que tu réfléchiras à tout ça.

    PS : le nouveau design est top, très intuitif et fait honneur à ton écriture !

    • Rozie

      Hello chère Sudiste !

      C’était dommageable c’est vrai, mais c’était juste le temps de ma réflexion. Mais on n’est jamais à l’abri : peut-être qu’un jour je fermerai définitivement les portes et fermant le blog. Pour l’instant, ce n’est pas prévu. Je crois plutôt que je vais chercher d’autres moyens de communiquer. Il y a un bébé ici. Mon bébé. Mon désir de partager et de dire. Un projet qui m’intéresse tout particulièrement.

      Bien sûr, ce n’est pas ce que je cherchais. J’ai d’abord cherché à exhumer tous les cadavres de mon placard. J’avais besoin de parler ce que j’avais tu tant de temps. Cet espace a d’abord été thérapeutique et l’est encore. Ensuite j’ai cherché à sensibiliser sur la violence conjugale, c’était trop insupportable de ne lire nulle part ailleurs ce que j’avais envie de lire : une expérience similaire m’aurait tellement soulagée. Je l’ai eu plus tard …

      Et puis … Je me suis demandée vers quoi j’allais. L’impression de me mordre la queue après deux ans. J’ai trouvé. Comment faire évoluer mon projet, comment lui donner plus de corps et le faire entrer dans quelque chose de plus ambitieux. Ambitieux pour moi, je veux dire.

      Tu me touches beaucoup. De me dire que tu me vois comme une amie c’est … Enfin, tu dois le savoir, c’est très important pour moi. Merci pour tes mots. Très heureuse que le le nouveau design te plaise !

  • Melgane

    Je ne pense pas que tu dois une connasse en puissance, mais parfois je ne sais pas quoi dire 😉

    Je ne pense pas que dire que tu es enfermée dans l’image que l’on a de toi soit tout-à-fait juste. Parce que finalement qu’en sais-tu, de l’image que l’on a de toi ? Tu sais ce que l’on te dit (par exemple ici que je ne pense pas que tu sois une connasse (sinon je te lirais pas, ben ouais)), mais pas ce que l’on pense, et même si ce que l’on dit n’est pas mensonge, peut-être garde-t-on certaines réflexions pour nous. Par exemple, moi, je ne crois pas avoir dit que je te trouvais assez sage, comme personne, un peu comme le grand-père de Kirikou, tu vois ? 😛
    En fait, s’il y a bien une image dans laquelle tu es enfermée, c’est celle que tu crois que l’on a de toi, la manière dont tu penses que l’on te voie. Du coup, ce n’est pas nous le créateur de l’image, mais toi, en fait. Je ne sais pas si je suis super claire (j’ai l’impression de tout le contraire).

    Quoi qu’il en soit, ton choix sera le tien 🙂 Et comme il sera tien il sera forcément le bon !

    • Rozie

      Je n’en sais strictement rien, tu as raison !

      Tu trouves que je suis sage, hein ? Tu risques d’être déçue !!! 😉

      Blague à part, effectivement, je n’en sais rien de ce que vous pensez de moi, et je ne peux que projeter la propre image que j’ai peur ou que je rêve d’avoir. Au choix.
      Tu es très claire, et ce que tu dis est très juste. Je suis mon pire ennemi !!

  • Ornella

    NAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN
    NAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN
    NAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN
    NAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN
    NAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN
    NAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN
    NAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN
    NAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN
    NAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN

    VETO VETO VETO VETO VETO VETO VETO VETO VETO VETO VETO VETO VETO VETO VETO

    Ma roZZZZZZZZZZZZZie !!!!!! Reeeeeeeeeeeeeeeeeeeeste PUTAIN MEEEEEEEEEEEEEEERDE !

  • Nadège

    J’apprécie justement l’honnêteté de tes articles, même si je ne me retrouve pas forcément dans tous les sujets. Tu prends le temps de dérouler ta pensée, d’approfondir ta réflexion, de mettre au clair ce que tu ressens, etc. C’est suffisamment rare pour être souligné.
    En revanche, je ne vois pas vraiment l’intérêt de fermer ce blog pour en ouvrir un autre, car il y a de fortes chances que tu te retrouves confrontée de nouveau à ce questionnement, tôt ou tard… Mais je peux me tromper et, naturellement, tu fais ce qui te semble le mieux pour toi !
    Bonne pause enneigée, prends bien soin de toi 🙂

    • Rozie

      Merci Nadège.

      En effet, il n’y a aucun intérêt à fermer ce blog pour en ouvrir un autre. Il n’y aurait que des effets négatifs. C’était ma volonté de faire table-rase qui parlait ! Souvent dans ma vie, j’ai ce genre de ressentis où j’ai besoin de supprimer toutes les traces de ma vie. On en avait déjà parlé ! Là, j’ai résisté très fort, et je n’ai supprimé qu’une dizaine d’articles, ce qui n’est vraiment rien sur deux ans de blogging.

      Il ne faut pas que je reparte à zéro. Il faut que je continue, que j’évolue, et que j’accepte que mon travail s’améliore et que donc, celui d’avant et moins bon que le présent … Pas évident, mais il n’y a que comme ça que j’avancerai.

      Quelque chose me dit que tu as ton avis sur le sujet ? 🙂

  • Marie Kléber

    Je ne suis pas certaine que ce soit juste une question d’anonymat. Je crois que dans le fait de partager l’intime, il y a aussi la crainte du regard de l’autre, de ce que l’autre va penser de nous, de nos faiblesses, de nos défauts.
    Dans un monde en grand partie aseptisé, j’apprécie les voix comme la tienne qui disent la vérité, leur vérité. A chacun ensuite d’en faire ce que bon lui semble, lire ou passer son chemin, être d’accord ou pas d’accord.
    Tes réflexions sont enrichissantes Rozie. Elles interpellent parfois aussi. C’est tout l’intérêt de l’écriture. Si chacun se cantonne au politiquement correct, pourquoi partager ce qui n’est même pas authentique?

    • Rozie

      Merci Marie pour tes mots pour qualifier les miens. Ca me touche beaucoup.

      Non, ce n’est pas qu’une question d’anonymat, bien que j’ai décidé de ne plus poster de photographie de moi ou de « nous » et que j’ai retiré toutes celles qui étaient déjà publiées. Ca va mieux, même si je sais que l’anonymat, ça n’existe quasiment pas ici !

      Tu as raison, il y avait de ça : le regard des autres sur mon vrai moi. Mais il y avait aussi une grande insatisfaction. J’avais l’impression de ne plus aller assez loin et de radoter. Besoin d’avancer, mais ne pas savoir comment faire, ni oser se lancer. Ca prend du temps.

      J’aime aussi beaucoup ta voix parmi le capharnaüm d’internet. Beaucoup.

  • zenopia

    Je suis passée de l’anonymat à la lumière et, franchement, je l’ai regretté à un moment parce que je me suis rendue compte que des gens toxiques me « surveillaient »… et puis, ben, au final, je m’en fiche : je suis moi et sur mon blog, je suis la patronne 🙂 Par contre, je modère les coms parce que je n’ai pas envie que ces gens toxiques viennent dans mon univers sans ma permission (ce qu’ils ont fait sur ma page HC…)
    Mon conseil de vieille : fais ce que TOI tu as envie, et ce qui fait que tu sens bien et en phase avec toi <3

    • Rozie

      Des gens de ton entourage, Zenopia ?

      Ta réaction est la bonne. Récemment, je me suis rendue compte que sur le moteur de recherche Ecosia, quelqu’un avait tapé mon nom et prénom avec celui du blog pour tenter de me trouver. Je ne sais pas si cette personne a réussi, mais ça veut au moins dire qu’elle est au courant que je tiens un espace. Ca m’a gênée. Et puis … Peu importe. Il y a sans doute plusieurs personnes qui me suivent et qui me connaissent (ou m’ont connue) IRL, qui ne me le disent pas. Et alors ?

      Mais tu as raison, si des personnes s’avèrent toxiques, il faut savoir s’en protéger.

  • Pétale

    Bonjour Rozie,

    Je pense que tu as raison d’être honnête envers toi-même et les autres.
    Je pense aussi que ce n’est pas « méchant » d’être parfois négatif ou égoïste ou de penser à soi( et que c’est (être un(e) )humain(e) ), que comme c’est ton blog tu peux dire ce qui te plaît de dire.
    Les articles qui parlent de tes ressentis parlent de tes ressentis sur le moment ou une durée c’est selon, mais les ressentis ne peuvent pas trop être jugés je trouve car ce n’est pas la réalité de ce qui est ce sont des ressentis et ils doivent je pense être pris comme tel ( comme des ressentis et non des faits ou des vérités).

    A mon avis, tu n’es pas obligée de tenir une image ou un rôle, tu es libre d’être ce que tu veux.

    Je t’envoie des ondes positives 🙂
    (Prend soin de toi)

    Bises

    Pétale

    • Rozie

      Bonjour Pétale,

      J’aime bien que tu penses comme ça. C’est tout à fait la démarche : ne prendre ce qui est écrit comme juste seulement sur un instant T.

      Je dois me sentir libre de faire ce que je veux ici. Et je vais le faire !

      Je t’embrasse. J’espère que tu passes du bon temps, ici ou ailleurs.

      Bises :).

  • Grou'

    Heureusement qu’on ne blogue pas sur Twitter, ça n’aurait plus aucun intérêt !
    Je crois que je comprends. Même si, à mon avis, la blogosphère est une partie d’internet où les gens sont restés bienveillants (en majorité), il y a toujours des tendances et des courants plus forts, comme le « lifestyle » et des coups de gueule, mais des coups de gueule sur certains sujets seulement – et à force on se met à les suivre, ou à se demander si par hasard, on ne devrait pas les suivre – je dis ça parce qu’en relisant mon blog, je me rends compte que mes articles sont de plus en plus conforme à un certain modèle, qui n’est pas le mien mais que je ne sais pas identifier, le modèle « blogueuse » . C’est un peu un cercle vicieux parce qu’on se lit les un.e.s les autres, mais on ne devrait pas s’en faire. Comme l’expliquait bien la vidéo que tu as partagée il y a deux-trois articles (sur la r.évolution), il suffit que nous, nous changions ! Alors si on ne culpabilisait plus d’être honnêtes ?
    (Et puis, si tes articles étaient vraiment dérangeants, tu aurais probablement des réactions négatives pour te le signaler, « bienveillance » oblige…)

    • Rozie

      Je ne connais pas trop Twitter, mais je n’ai pas envie de m’y mettre : ça ressemble à un monde de requins, sans foi ni lois !

      C’est vrai, on finit par entrer dans un style de blogueuses lambda à force de se lire les unes les autres et d’avoir envie de plaire au lectorat. C’est dommage. J’essaie autant que possible de ne pas tomber dans le piège, mais comment ne pas être influencée ?

      J’ai eu des réactions vives. Mais effectivement pas assez pour que je pense être trop dérangeante. Et quand bien même, si je suis intimement persuadée d’être dans le « vrai » … Je ne sais pas.

      Merci pour l’article !

  • Anne-So - Ze PermaLab

    En quoi fermer les commentaires représenterait une quelconque solution à ton problème ? J’avoue que je ne vois pas le lien ; les lecteurs continueront d’avoir un ressenti, même si tu ne leur laisse pas l’opportunité de l’exprimer en public.

    « Parfois, il n’y en avait pas et ça signifiait à quel point je mettais les pieds dans le plat » –> à quels articles fais-tu référence ? (tu en as supprimé, non ?) Il arrive souvent que je te lise, qu’une idée de commentaire me vienne, et que je ne le poste pas en fin de compte (parce que réponse trop longue et pas « le temps » de développer à fond mon idée, parce que ça ne me semble ni utile pour toi ni pertinent…) ; je suppose que c’est certainement le cas d’autres lectrices/lecteurs.

    « Est-ce que l’honnêteté tue ? » –> elle peut au moins tuer l’amour-propre selon ce que l’on écrit, ou l’idée qu’on se fait de quelqu’un en le lisant – mais ça existe aussi dans les relations « directes », quand on réalise que la personne en face ne correspond pas à l’image qu’on s’était fait d’elle. Pour faire le lien avec ma remarque précédente, ça peut aussi jouer sur l’absence de commentaires : qui a envie de crier sur les toits qu’iel « est aussi une connasse/un connard », si c’est ce jugement qui ressort de ton texte ? Qui va admettre « tu sais, c’est pas grave si tu penses ci/fais ça ; moi aussi et je ne me sens pas coupable » ? A mon avis, pas grand monde.

    Est-ce que ça veut dire qu’exprimer ces choses-là est mal ? Au contraire, je crois que c’est très positif ; pourquoi faire semblant d’être parfaite ou de vivre dans un monde parfait ? En disant le politiquement incorrect, tu casses cette règle d’hypocrisie qui domine partout dans notre société. Ça me semble particulièrement important quant aux thématiques que tu abordes, qui sont souvent tabou-ifiées. Et en soi, le net (mais aussi la télé, le cinéma, etc.) regorge de gens qui jettent du politiquement incorrect à tour de bras sans en être dérangés le moins du monde (ex: les commentaires sexistes/racistes/spécistes/stupides qu’on peut lire des kilomètres durant sur YouTube). Toi, tu proposes une réflexion autour de ces pensées/sentiments qui manifestement te dérangent, et c’est, à mon sens, une démarche très bénéfique.

    Bref, je voulais te dire que j’aime ton politiquement incorrect qu’on ne voit, à mon goût, pas assez souvent.

    Des bises fraîches et ensoleillées !

    • Rozie

      Fermer les commentaires représenterait une solution de courte durée, et très illusoire. Ca me permettrait d’être plus à l’aise, puisque je n’aurais pas à lire ce qu’on pense de ce que j’écris. Ca n’annulera bien sûr pas leur ressenti, mais je n’aurais aucun moyen de les connaître et je l’aurais choisi.

      Pour ce qui est du silence dans les commentaires, je comprends parfaitement, je fais pareil. Je ne suis pas entrain de dire que j’en veux plus, et effectivement, les gens ne vont pas dire « oui tiens, moi aussi je suis une connasse, c’est vrai ! ». En fait, ce silence est tombé sous des articles très particuliers, d’où mes questionnements : vais-je trop loin ?
      D’autant qu’on me l’a dit plusieurs fois. Parfois avec beaucoup de bienveillance, et d’autres fois pas du tout m’enfin, c’est le jeu d’internet.

      Je suis aussi intimement persuadée que c’est « bien » de les exprimer tous ces sentiments-là. Tu parles d’hypocrisie et c’est très juste.

      Oui, j’en ai supprimé et rendu de nombreux privés : j’ai taillé dans le lard ! Je suis dans une phase de refonte. Je ne sais pas du tout où je vais aller ni de quelle manière. Je me cherche une marche à suivre, je crois.

      Tu as du soleil ? Quelle chance ! Ici, on profite de la neige.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :