Bientôt, on sera trois.

Mon amoureux m’a dit : « Il est l’enfant qu’on n’aura pas. » Je ne sais pas en quelle mesure ces mots sont blagueurs et sincères. Mais une chose est sûre, c’est pour nous un évènement d’ampleur que l’accueil prochain de ce troisième membre de la famille : Indiana, notre Border Collie.

Nous avons su hier que la rencontre aurait vraiment lieu dimanche. Dimanche, il me faudra contenir mes larmes quand on l’arrachera à sa famille. Dimanche, mon coeur sera tellement gros et chargé que je pense qu’il explosera.

Ces deux dernières semaines, je me suis tellement investie émotionnellement que je me sens peser et légère à la fois. Faute de mieux, j’ai reporté tout cet amour sur les photos que la gentille personne m’envoie chaque semaine depuis que nous savons, pour le voir grandir. Je le reporte aussi sur une petite figurine de chien blanche, qui s’illumine de toutes les couleurs. Mon père me l’avait offerte, elle trône depuis sur la table de chevet et répond au nom de Clafoutis.

Hier, mon amoureux m’a avoué avoir peur. Il me disait ça d’une voix toute mignonne, et je comprenais. Moi aussi j’ai peur. J’ai peur parce qu’on marche vers l’inconnu et qu’on a conscience de ne pas être prêts. On en meurt d’envie, mais c’est déstabilisant de ne pas déjà savoir faire. Sera-t-on à la hauteur ?

On sait d’ors et déjà que le premier jour où on devra le laisser seul sera plein d’inquiétudes. Et si ? Ses pleurs nous briseront le coeur. On se demande si on sera capables de décoder ses jappements, ses regards, ses gestes. On l’aime déjà d’un amour sans limites.

J’aimerais que la façon dont je l’aime ne soit pas décriée. J’aimerais que personne ne me dise : « Mais arrêtes, ce n’est qu’un chien ! » Ca arrivera pourtant, je le sais. Les gens vont s’imaginer que mon désir de maternité s’exprime faute de pouvoir le faire sur un vrai bébé. Ils auront peut-être raison mais je m’en fous. J’ai envie de faire comme je veux, de donner tout l’amour dont je suis emplie sans avoir honte d’être maternelle avec un chien.

D’une manière générale, j’ai envie de ne plus me retenir d’aimer à fond qui que ce soit. Plus de barrières. J’ai tellement à donner que ça me bouffe. Je ne suis peut-être pas faite pour être mère, mais je le suis pour aimer tout. C’est ça ma force, c’est ça ma vocation. Elle trouvera le moyen de s’exprimer. Le moyen n’est pas tellement important d’ailleurs, c’est la diffusion qui l’est.

Je voudrais donner de l’amour à la Terre entière ! A toutes les vies qu’elle porte. Je comprends désormais mon grand-père, quand il me disait que dorénavant, il faisait attention aux vers de terre quand il bêche. C’est important d’aimer même ce qui ne semble pas le recevoir. D’ailleurs qu’en sait-on ? C’est peut-être simplement qu’on n’a pas les bonnes antennes pour capter l’amour des pierres/de l’air/des éléments « inconscients » … Je divague.

J’ai hâte de rencontrer Indiana et de construire cette relation avec lui. Découvrir sa personnalité. Je suis intimement persuadée qu’elle nous correspond, d’ailleurs. Je ne sais pas ce qui me donne cette certitude, mais elle est là. C’est lui. Sûr de sûr.

Hier, quand on a appris que ce serait dimanche, j’ai vécu une autre de ces impressions de « déjà-vu ». Elle a duré, duré … J’étais époustouflée. Mon mari m’a soufflé l’idée que j’en vivais parce que les moments étaient importants. J’ai repensé à tous ces instants quotidiens que j’ai l’impression de revivre, de déjà connaître intimement. Ils ne sont jamais foncièrement importants.

J’en suis venue à l’idée que c’est la période qui l’est. Je vis une période charnière de ma vie. Les impressions de « déjà-vu » viennent sans doute de là. C’est une manifestation (quel qu’en soit le sens ou l’origine) liée à mon état intense de ces derniers mois. Lequel induit l’autre ? Peu importe, c’est de la magie pure.

Il faut tout de même que je vous raconte comment on a trouvé Indiana ! La dernière fois, je vous parlais de cette annonce arnaque sur ce site de petites annonces. Vous m’avez tous conseillé de me diriger vers les refuges.

Nous ne l’avons pas fait. Une autre annonce, le lendemain, faisait état de deux Border Collie en recherche de foyer. Nés le 13 août 2017. Je ne voulais pas participer au commerce d’animaux, et l’annonceur demandait 150 euros pour les frais vétérinaires engendrés, ce qui me semble correct. On paie sensiblement la même chose en SPA, d’après les témoignages que j’ai lus.

J’ai téléphoné et j’ai eu une belle conversation avec la dame. Elle m’a dit qu’elle était bergère et que la portée avait pour visée de former de nouveaux gardiens de troupeaux. Mais 7, c’est un peu trop !

Elle m’a expliqué qu’elle recalait toutes les personnes qui lui paraissaient suspectes, a beaucoup insisté pour que je prenne la mesure de ce que je m’apprêtais à faire, m’a posé de nombreuses questions, m’a demandé des photos de mon lieu de vie (extérieur) pour être certaine de ne pas être bernée.

Ca aurait pu en rebuter plus d’un, mais moi, j’ai trouvé ça génial. J’ai tout de suite compris que j’avais à faire à une personne qui envisageait les choses comme moi. Elle tient à ses chiens comme à la prunelle de ses yeux. Elle s’assure qu’ils partiront tous dans des foyers adéquats. Et elle me l’a répété mille fois : « Vous vous engagez pour 15 ans, hors de question qu’il se retrouve en SPA, je ne m’en remettrais pas ! »

Depuis, elle m’envoie des photos d’Indiana. Et dimanche, nous allons le chercher.

Nous avons travaillé dur ces derniers week-end pour lui. Nous avons effectué les travaux adéquats pour poser les portail et portillon. Nous avons fait une grande niche de l’ancien poulailler. Nous avons récupéré tout ce qu’il faut pour bien l’accueillir : laisse, colliers, gamelles, panier, coussins, balles et jeux … J’ai passé des heures à lire des articles, regarder des vidéos, devenir une experte du Border Collie. Nous nous sommes démenés. C’est arrivé si rapidement !

Je suis reconnaissante d’être (encore) tombée sur une belle personne. Reconnaissante de bientôt rencontrer un être avec lequel je vais interagir tous les jours pour les 15 prochaines années. Reconnaissante d’avoir l’opportunité de choyer un être. Ne reste que ma curiosité qui n’est pas rassasiée : je ne connaîtrais pas les refuges. Mais ce n’est que partie remise !

Je dois bien avouer que je suis contente d’accueillir un chiot plutôt qu’un adulte. Je crois que c’est humain … J’espère que ça ne fait pas de moi une mauvaise personne !

Et pourquoi un Border Collie ? … Pourquoi pas ?! On se fichait de la race. Les caractéristiques physiques étaient importantes pour moi (je ne peux pas le nier, quand-même) mais je m’étais promis de ne surtout pas m’y arrêter, ce que j’ai fait en ne choisissant pas le chiot par rapport à ça (nous avions le choix entre deux robes différentes). C’était l’opportunité qui se présentait, et après renseignements, il se trouve que le caractère supposé de la race nous correspond tout à fait !

Nous voilà donc partis pour écrire une nouvelle page de notre histoire … Je vous raconte bientôt notre belle rencontre !

Et vous, avez-vous ressenti ça à quelques jours de l’arrivée d’un petit être dans votre foyer ? Je suis curieuse de savoir !


12 thoughts on “Bientôt, on sera trois.

  1. Anne Répondre

    Je suis sûre que vous n’allez pas le regretter!

    Tu dis que tu n’es pas faites pour être mère! Tu as absolument le droit d’avoir fait le choix de ne pas vouloir d’enfants, et il n’y a que toi et ton mari que ça regarde, mais une chose est sûre tu as l’instinct maternel!
    Ce chien aura tout l’amour dont il a besoin!

    Ici nous avons adopté notre toutou il y a 3 ans et demi à l’époque nous avions 2 enfants maintenant nous en avons 3! Notre petit chien est vraiment un membre de la famille! On a souvent droit à des réflexions « ce n’est pas un enfant, un chien est fait pour vivre dehors… ». Peu importe, nous voyons bien qu’il est super heureux avec nous, nos métiers font que nous sommes très présents, nous habitons à la campagne, nous avons beaucoup de temps pour lui.

    1. Rozie Répondre

      Oui, peut-être bien que j’ai un bon instinct maternel … Disons que je suis hyper attentive. Soit j’ai développé ça parce que ma mère est ass-mat et que, très tôt, j’ai eu ces notions de responsabilité par mimétisme (je remarque que je suis comme ma mère avec les enfants, je fais attention à tout ! Toujours sur mes gardes, un oeil rivé sur le petit même si je ne le connais pas … !). Soit, c’est effectivement l’instinct maternel qui ressort. Je pense que c’est les deux combinés, ce qui fait de moi un potentiel bon parent.

      En fait, tout le monde me le dit. Je passe du bon temps avec les enfants, je leur parle comme il faut, je leur explique, je me mets à leur niveau, je joue … Et les gens n’ont pas peur de laisser leurs petits sous ma surveillance parce qu’ils savent qu’elle est accrue. Tout le monde me dit que je serai une super maman et je les crois. J’ai aussi une très bonne faculté « d’enseignement », les enfants m’écoutent et me respectent. Donc … Si je voulais, je pourrais, c’est une certitude. Mais je ne veux pas.

      Avec le chien, ça se voit beaucoup, du coup ! Et d’un côté, tant mieux. Ca va bien se passer et on est tous les deux partis du principe qu’il est un membre de la famille. Là, on se sent vraiment être une famille avec lui, c’est rigolo. Ca change beaucoup de choses !

      L’essentiel est qu’il soit heureux, vous avez parfaitement raison ! Peu importe ce que pensent les autres … !

  2. Sauvin Répondre

    Bonjour,
    Je vous souhaite d’être heureux avec ce beau chien attendu avec tellement d’impatience et d’amour et qu’il vous le rende au centuple… Je voulais juste vous mettre en garde car vos derniers mots ont retenu mon attention. Vous dites que la race n’a peu d’importance et que le hasard a mis Indiana sur votre chemin. Moi-même j’adore les border-collie: gabarit,couleur, tête, c’est un chien que j’ai toujours admiré et dans mes rêves d’en posséder un un jour, c’était celui-la. J’ai sauté le pas en 2008, célibataire et étudiante éloignée de mon milieu, il me fallait un compagnon et un gardien. j’ai obtenu mon border chez un berger, qui souhaitait se « débarrasser » du sien qui refusait de travailler. J’ai fait le test, l’ai soigné, brossé, il était sage, obéissant, affectueux… IL l’est toujours d’ailleurs. Seulement, cette race est très particulière et je l’ai appris à mes dépends. Le border-collie est un chien de travail c’est inscrit dans ses gènes et exige beaucoup d’attention. Il est infatigable et nécessite au moins deux heures d’activité journalière. Il ne supporte absolument pas la solitude, avec lui, il ne faut pas travailler ou travailler dans une ferme au sein de laquelle il vous accompagnera toujours. IL faut lui faire faire des missions, le faire se dépenser, et être très présent. Sinon ce toutou est malheureux, stressé et développe des troubles du comportement surtout avec l’âge. Voila je voulais que vous soyez prévenue, le border n’est pas un chien de compagnie ou de garde c’est un chien de berger qui détient l’atavisme du travail. Sinon il est obéissant , sociable et très doux mais il faut lui consacrer beaucoup de temps plus qu’un autre chien. Sachez l’aimer et apprécier grandement les ballades en forêt. Belle aventure canine et bon courage!

    1. Rozie Répondre

      Merci Sauvin !

      Nous avons été largement prévenu de ce côté du caractère du Border. Le fait est qu’il ne sera seul que très rarement (je bosse la moitié du temps à domicile, et l’autre moitié, mon mari est en repos, reste un jour par semaine à combler).

      Pour les activités, c’est exactement le type de personnalité dont rêvait mon mari. Les sorties quotidiennes, les dépenses d’énergie ne poseront aucun souci puisque nous habitons en plein campagne, entourés de champs, avec la forêt pas loin et qu’on est dans un département où les ballades sont légions ! Et surtout, qu’on adore la nature !

      J’ai déjà plein d’idées pour lui apprendre des trucs et le faire travailler. Je sais ce que c’est que de n’avoir pas de grain à moudre « dans la tête », donc je saurais y être attentive et tout faire pour le stimuler tout le temps. C’est aussi en ça que je dis qu’il nous correspond, j’ai l’impression qu’il a des traits de personnalité que nous deux, ensemble, connaissons très bien !

      Mais bon, c’est la théorie. Pour l’instant, nous avons à faire à un chiot très très calme. Excessivement demandeur de contact et d’attention. C’est le moins craintif et le plus curieux de la portée, mais il n’ose bouger que si on est là ! On l’a laissé dehors longtemps, mais il n’accepte de faire pipi ou de manger que si on est à côté ! Cette nuit, nous l’avons laissé dehors et vu son énergie ce matin, je le soupçonne de n’avoir pas fermé l’oeil parce que … Nous n’étions pas là ! C’est fou !

      En tout cas, nous sommes débordants d’amour à son égard et il le sent. Et lui aussi en est empli … C’est chouette ! C’est trop beau. J’apprécie chaque seconde !

  3. Julie Répondre

    Je viens de tombe sur ton blog et c’est drôle comme ça décrit parfaitement ce que j’ai vécu en mai dernier ^^ Je n’ai jamais eu de chien chez mes parents, mon chéri non plus, mais on était très décidés et on a décidé d’adopter un chiot pour agrandir la « famille » (déjà deux chats au compteur). On est passés par une association qui nous a redirigés vers une famille dont la chienne venait d’avoir une portée, et en allant voir les petits, on a complètement craqué … Notre Nox est 1/4 border collie, 1/4 berger (mais quel type ? mystère !) et 1/2 race inconnue (papa non connu, mais sans doute american staff). On l’a récupéré début mai, il avait 3 mois et demi et tout de suite il nous a stupéfiés par ses capacités d’adaptation : il a « fait ses nuits » en 4 jours et il a été propre en moins d’une semaine, un vrai bonheur ! C’est un vrai pot de colle qui s’est très vite adapté à nous et à la maison. Pour être honnête, j’ai mis beaucoup de temps à m’habituer à lui, j’avais tellement l’habitude de nos chats très indépendants que ça a été compliqué pour moi d’être suivie partout H24 (ou presque) par ce petit loulou qui ne voulait qu’une chose : qu’on s’occupe de lui ! Heureusement, on a trouvé nos marques, il devient plus indépendant en grandissant et on profite de son côté border collie pour lui apprendre plein de choses, parce que ces chiens sont vraiment très intelligents. Bref, profite de tes derniers instants de tranquillité, ça va changer une fois que ton Indiana sera là … mais c’est une aventure géniale que d’adopter un chien, et plein de bonheur à la clé 🙂

    1. Rozie Répondre

      Et bien c’est tout à fait ça ! Il nous suit à la trace, se couche sur nos pieds et ne supporte pas que quelque chose nous sépare … ! Compliqué pour lui apprendre à être seul (mais heureusement, ça arrivera très peu qu’il le soit). On a tenté de l’isoler, échec total ! Mais on a trouvé l’astuce. Nous avons de nombreuses portes fenêtres, donc il nous voit s’il est dehors et nous dedans. De jour comme de nuit, du coup, il ne pleure plus ! C’est psychologique.

      A part ça, il est très sage ! Et comprend tout à une vitesse phénoménale. En deux jours, il a déjà intégré un tas de règles qu’il respecte. J’ai juste à dire « non » calmement pour qu’il arrête ce qu’il fait ou qu’il n’aille pas plus loin. C’est assez impressionnant, parce que j’avais plutôt l’habitude de chiens tête de mule jusque-là !

      On verra ce que ça donne avec le temps :). Profite de ton petit animal, qui a l’air absolument adorable !

  4. Maud Répondre

    Je te enfin vous souhaite à tous les 2 une belle rencontre avec Indiana.

    1. Rozie Répondre

      Merci Maud ! Ca a été un moment, une journée, formidable !

  5. Suny Répondre

    Quelle jolie histoire ! Quel superbe chien ! Et quelle belle aventure vous allez vivre !
    Quand on a adopté notre chien-poney il y a deux ans, j’étais assez réfractaire, parce que nous n’avons pas la même vision de l’éducation d’un animal avec mon mari, parce que je savais que je serais celle qui s’occuperait de tout, parce que c’était une immense responsabilité que je n’avais pas particulièrement envie d’endosser à l’époque. Et puis il est arrivé, avec ses 55 kilos actuels, plein d’énergie, d’un petit caractère un peu agaçant parfois, mais surtout d’un amour absolument inconditionnel. Au final, je l’ai aimé de toutes mes forces dès la première fois qu’il a atterri dans mes bras (il ne faisait que 10 kilos à l’époque ! ^^). Bref, profite du moindre instant avec lui, on dit souvent ça des enfants, mais c’est vrai également pour les animaux de compagnie : ils grandissent vite, le temps passe vite, et chaque instant n’est que bonheur.
    D’autant que les Border sont des chiens vraiment formidables. Évidemment, chacun a sa personnalité, mais j’en ai côtoyé plusieurs quand j’étais enfant, et tous étaient des êtres extraordinaires. Gentils, fidèles, énergiques mais équilibrés… des amours. Il y a très peu de risques que ça se passe mal, surtout s’il vient d’une maison où il a été aimé ! 🙂
    Je vous souhaite plein de beaux moments avec votre boule de poils ! <3

    1. Rozie Répondre

      Un chien-poney ? Mais qu’est-ce ?? ^^

      Merci pour ce précieux partage ! Moi aussi, j’ai été débordante dès les premiers instants … En plus, il est directement venu vers nous, comme s’il savait, et n’avait qu’une hâte, c’était de nous suivre, c’est fou ! Il a été sage comme une image, on n’en revenait pas.

      Merci beaucoup ! Je te souhaite également que ça continue avec ton chien-poney :). Il a l’air d’être choyé, donc je ne me fais pas trop de soucis pour lui 😉 !

  6. Melgane Répondre

    Je crois que, pour apprendre à un chien à rester seul, il faut y aller petit à petit. Et aussi ils n’ont pas la même notion du temps que nous, donc ça peut être bien de lui laisser la radio ou quelque chose comme ça, je crois.
    Pour le reste courage haha ! L’inconnu c’est bien aussi ! 🙂

    1. Rozie Répondre

      Ils n’ont pas la même notion de temps, c’est vrai. Et on m’a expliqué que quand tu quittes ton animal, dans sa tête, c’est pour toujours. Il ne pense pas que tu reviendras. Je ne sais pas si c’est vrai, mais maintenant que j’ai cette probabilité en tête, ça me peine absolument de devoir laisser seul un chien (je pense à celui de mes parents quand ils partent le week-end (pas en semaine, puisque ma mère travaille à la maison !)). A chaque fois, il fait une de ces têtes .. Ca brise le coeur !

Répondez-moi :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *