Choix et convictions

Bien gérer son budget.

On devrait nous apprendre à concevoir et gérer un budget à l’école. Depuis que j’apprends à gérer le mien, j’en suis convaincue !

Je croyais être une experte en la gestion de l’argent de mon foyer. Et pour cause, je n’ai jamais été une grande dépensière, j’ai toujours réussi à épargner alors, à quoi bon plonger la tête dans les comptes plus en profondeur ? Personne n’aime ça. Ou est l’intérêt ? Il est multiple. Il est essentiel.

Voici quelques pistes qui m’ont beaucoup aidée. J’espère qu’elles pourront en aider d’autres !

Se rendre compte de l’ampleur de nos postes de dépenses

Gérer un budget, ce n’est pas simplement faire en sorte de ne pas terminer à découvert à la fin du mois. Cette première étape est déjà loin d’être évidente pour tout le monde, on se fait souvent avoir, et pour cause !

Pour gérer un budget, il faut déjà apprendre à le regarder en face, faire l’état des lieux. Idéalement, une rétrospective sur plusieurs mois pour laquelle on liste les postes de dépenses et les montants qui les représentent. Souvent, ça sert d’électrochoc.

Ca a été le cas pour moi, quand je me suis rendue compte que notre poste « nourriture » représentait plus de 400€, sans compter les petits plaisirs type fastfood et restaurants. Nous ne mangions pas des aliments de qualité et avions même l’impression de nous priver, alors qu’avec un budget pareil, on pouvait se faire plaisir.
=> Pour rappel, nous ne sommes que deux. 

On ne s’en rendait pas compte : 5€ par-ci, 10€ par-là … Des petits montants qui ne font jamais réagir lorsqu’on les voit passer sur le fil récapitulatif de la banque. Mais lorsqu’on les additionne, la note est salée !

Ce triste constat apparaissait également sur d’autres postes de dépenses. Comme quoi, même sans finir à découvert, on avait du boulot !

Prendre les mesures adéquates à notre profil

Une fois les dépenses posées sur la table, vient le moment de se questionner. Pourquoi dépensons-nous de cette façon ?

Est-ce que ça vient de soi ? => Shopping-addict, gourmandise, temps passé sur le web, incapacité à gérer une CB ou de l’argent liquide …
Est-ce que c’est la cause de différentes contraintes ? => Manque de place, de moyen de locomotion …
Est-ce que ça vient du rythme de vie ? => Manque de temps, obligation à cause du travail, soucis perso …

On peut encore aller plus loin et se demander quel est notre rapport à l’argent, ce qu’il dit de soi. Ca peut engager des prises de conscience douloureuses, soyez prêts !

Identifier les causes permet une vision plus globale du problème. On peut envisager de trouver des solutions, ou des alternatives. Ca fait réfléchir.

Parfois on prend peur et on s’en veut, on voudrait tout régler d’un coup. Ce n’est pas la bonne méthode : il faut commencer petit, et accepter de continuer de « perdre de l’argent » sur certains postes pour encore quelques mois. Changer ses habitudes, ça prend du temps et de l’énergie. C’est un travail de longue haleine.

La première action peut consister à prendre des petites mesures faciles d’accès, mais qui changeront tout !
– Changer la nature de son compte bancaire : ne plus autoriser de découvert
– Ne plus visiter quotidiennement les sites de vente en ligne
– Préférer de grosses courses hebdo plutôt que des petites chaque jour …

Il y a de nombreuses mesures simples et efficaces, qu’on peut mettre en place en un claquement de doigt. Le but n’est pas non plus de se priver, il faut se faire plaisir si on en a besoin ! Le but, c’est d’éviter de se mettre à mal financièrement : se faire plaisir, ça peut aussi se planifier.

Supprimer les doublons, les oublis et les fuites

Et là, vous vous dites qu’il faut vraiment être inattentif pour avoir des doublons (abonnements, assurances ou autre) sur son compte. Je pensais la même chose. Avant !

Lorsque j’ai pris en main les comptes de mon conjoint (il le souhaitait), j’ai tout de suite remarqué qu’il payait deux fois par mois la même assurance téléphone. Le montant était faible, moins de 10€, mais tous les mois, il le payait en double. Tout ça parce que l’opérateur n’avait pas bien fait son travail lors du changement de smartphone … !

Les doublons concernent aussi les assurances. Nous avons plusieurs assurances (habitation, voiture, santé …) . Jusque là, tout est normal. Mais en comparant les garanties de chacune, je me suis rendue compte qu’elles se recoupaient. J’étais doublement assurée civilement. Je payais donc l’une de mes assurances plus cher parce qu’elle me protégeait sur le civil alors qu’une autre le faisait déjà ! En supprimant cette garantie, j’ai pu faire baisser mes mensualités.

L’oubli, c’est cet abonnement à une appli ou à un jeu, qui coûte 0.99€ mensuels, dont tu ne te sers plus depuis six mois. 0.99€, on chipote ! Certes, c’est pas grand chose, mais ça reste quelques centimes donnés au vent, quasiment 12€ à la fin de l’année.

Les fuites d’argent, ça, c’est tout une histoire !

Ton abonnement Netflix, que tu paies 9.99€ au lieu de 7.99€ pour avoir l’ultra HD et la vision simultanée sur deux écrans. Sauf que ton téléviseur n’a pas la définition adéquate et que vous regardez les séries ensemble donc … Jamais de visionnages simultanés. Hop, 2€ qui fuitent chaque mois ! 

Ton abonnement EDF qui te coûte un bras, parce que tu laisses tout branché toute la journée alors que tu n’es chez toi – et éveillé – qu’entre 18h et 23h. C’est simple, il suffit qu’une personne jette un oeil sur le compteur pendant qu’une autre débranche un par un les appareils. Vous allez voir les chiffres chuter ! Et ces chiffres, ils sont convertibles en argent.

On pense aux fuites d’eau également, un trou sur un tuyau qu’on ne voit pas, ou tout simplement l’eau qu’on laisse couler avant l’arrivée de l’eau chaude. C’est aussi de l’argent qui fuite : vérifiez votre compteur en partant et en rentrant de chez vous. Il y a parfois de quoi diviser par deux sa mensualité !

Ce sont des exemples parmi tant d’autres …

Redresser son budget

On arrive au coeur du chantier.

Quelles sont les dépenses fixes obligatoires ? Représentent-elles un montant trop élevé par rapport aux revenus ? On a l’habitude de dire que ces dépenses (loyer, charges, taxes, impôts …) ne doivent pas représenter plus d’un tiers des revenus totaux. Soyons honnêtes, ceux qui ont cette chance se font de plus en plus rares.

Ca ne nous empêche pas d’améliorer la chose. Tout dépend où se trouvent vos priorités. Notre priorité, c’est la maison. On accepte donc de mettre beaucoup d’argent dedans. Mais si ce n’est pas votre cas, pourquoi ne pas tenter de dénicher un logement moins onéreux ?

Quelles sont les autres dépenses fixes ? Ici, l’un des postes de dépenses qui pose problème concerne la téléphonie et l’internet. On y consacre quasiment 100€ chaque mois, ce qui est élevé au regard de nos besoins réels. Mon abonnement téléphonique me coûte 35€ : sms/mms illimités, appels illimités, 20G d’internet. Je n’appelle jamais personne et je ne consomme rien en 4G.

Je vais donc passer à un abonnement à 2€ et mon conjoint à un mensuel de 19€. Nous allons aussi diviser par deux le budget Box grâce aux nouvelles offres présentes sur le marché. Résultat : 60€ d’économie chaque mois, et ce, sans se priver de quoi que ce soit ! Juste en réadaptant nos contrats à nos besoins REELS.

Le poste alimentaire est celui qui demande le plus d’efforts. C’est toute une organisation à mettre en place, des habitudes tenaces à casser et d’autres à créer.

Ca nécessite d’avoir une vision des repas étalés sur la semaine, la connaissance de ce qu’il reste dans les placards, rédiger une vraie liste et s’y tenir, cuisiner plus, éviter les plats préparés et les produits transformés.

Ca se structure. Nous avons choisi de faire des courses hebdomadaires : un « drive » chaque lundi soir. Le système des courses en ligne nous permet de gérer notre budget au centime près. C’est un bon outil pour apprendre à faire ses courses.

Nous plafonnons les nôtres à 50€, soit un budget de 200€/mois. Moitié moins qu’avant ! Pour deux, ça nous semble raisonnable. Il nous a fallu plus de 6 mois pour vraiment y arriver. Au départ, on dépensait nos 50€, et on rajoutait entre 10 et 30€ de surplus, parce qu’on ne visualisait pas assez bien ce qu’on allait manger et quels aliments nous permettraient de VRAIMENT cuisiner des plats avec.

Les postes variables sont à convenance. Ici, on a : « resto et fastfood » – « achats internet » – et d’autres choses. Ce sont des postes qu’on ne souhaite pas supprimer (il faut se faire plaisir !), mais qui se budgètent. On s’impose un plafond à ne pas dépasser.

Prévoir sur le long terme pour ne plus se faire surprendre

En dehors de toutes ces dépenses mensuelles, il y a les autres, ponctuelles. En général, ce sont les grosses tuiles qui nous tombent dessus au cours de l’année. Vous savez, ces moments où on se dit « Pu***, je savais que ça allait tomber, ça devait arriver un jour … »

Comme, par exemple, la taxe d’habitation/foncière qui a augmenté à cause du déménagement, mais à laquelle on ne pense qu’en recevant la lettre du ministère public. Ou encore, les frais d’entretien de la voiture, le vieux électroménager qui menace de s’éteindre définitivement, les petits/gros travaux d’entretien de la maison … Ce genre de choses.

Et bien, tout ça, ça S’ANTICIPE !

J’ai profité des bonnes résolutions pour lister toutes les dépenses qui tomberont courant 2018 et qui ne sont pas mensualisées. Une fois ma liste créée, j’ai disposé une « tuile anticipée » par mois. Pour février, il s’agit de réparations sur la voiture : 200€ qui ne m’ont pas prise de cours parce qu’ils étaient prévus, et que le reste de mon budget était rééquilibré en conséquence.

Pour ce qui est de la taxe foncière, j’ai prévu 100€ par mois, qui s’envolent EN PLUS sur mon compte épargne.

Mon budget est donc également prévu à l’année, ce qui m’offre une superbe tranquillité d’esprit. Si une autre tuile tombe malgré tout, je n’ai qu’à l’intervertir avec celle d’un autre mois et, dans le pire des cas, j’ai mon épargne.

Cette épargne est elle aussi budgétisée sur l’année. Elle est non-négociable et fait partie de nos impondérables, car sans elle, nous ne pourrons pas effectuer les gros travaux nécessaires pour la maison. Prochain projet en date : poser un poêle à bois. C’est un investissement d’environ 4000€ qui nous permettra de passer de 130€ d’EDF mensuels (tout électrique … qui ne chauffe pas …) à 30€. Notre épargne pour ce projet est donc de 500€/mois.
=> C’est possible UNIQUEMENT parce qu’on a travaillé le reste de notre budget ! 

La nécessité du tableur

Tout ça, il faut le poser : rien de tel qu’un tableur !

Comme je ne sais pas faire, j’ai emprunté le mien dans les fichiers du groupe FB « Gestion budgétaire, entraide et minimalisme » (que je vous conseille vivement, j’ai tout appris grâce à eux !).

Il s’étale sur 12 mois, chaque mois ayant son feuillet. L’excédant ou découvert de fin de mois est automatiquement reporté à la page suivante, ce qui est très pratique.

Grâce à ce tableur, dès le début du mois, je sais ce qu’il me reste d’excédant une fois toutes mes dépenses décomptées : j’ai une vraie idée de mon argent. J’arrête de me faire surprendre par la mensualité qui passe tous les 25 du mois et que j’oublie systématiquement.

L’idéal est d’y noter les dépenses régulièrement. Je le fais une à deux fois par semaine. De cette manière, je vois si on a dépassé ou non nos budgets fixés. Je préviens mon amoureux et on ne dépense plus hors limites.

Pour m’y retrouver et être sûre de n’avoir pas décompté la même dépense deux fois, ou au contraire, d’en avoir oublié une, je liste celles enregistrées sur le côté. C’est génial !

Voilà ce que ça donne :

Bon, celui-là, je l’ai fait spécialement pour vous, il est faussé car toutes nos dépenses ne sont pas répertoriées et les montants sont faux (gardons un peu d’intimité, quand-même !) : nous ne terminons jamais à +500€. Malheureusement !

Si ce tableur vous intéresse, faites-le moi savoir ! Je vous transmettrai la trame vierge par mail, comme on me l’a transmise :).

Etat des lieux après 6 mois d’apprentissage

Grâce à ce système, nous avons fait énormément d’économies. C’est incroyable. Et dire qu’avant, on se sentait pauvres ! Je me suis rendue compte qu’en fait, on est très à l’aise. Cette sensation de pauvreté, on la ressent encore, mais c’est parce qu’on dépense beaucoup pour améliorer notre habitat. C’est ça, les vieilles baraques, tout est à refaire !

Outre les économies, ça me permet d’envisager sereinement l’avenir. Je sais que quand mon mari changera de travail (ce qui arrivera dans … max, deux ans), on perdra entre 500 et 700 euros, soit ce qui fait toute notre aisance actuelle. L’angoisse ? Et bien, pas tant que ça !

Parce qu’entre temps, nous aurons appris à vivre sans et au regard de nos comptes actuels, c’est possible. On se débrouillera très bien, d’autant plus qu’on aura déjà effectué les travaux indispensables.

Savoir gérer un budget, c’est savoir gérer sa vie quotidienne. L’argent fait malheureusement loi, et je vois de nombreuses personnes chuter, tomber très bas, à cause d’une mauvaise gestion budgétaire.

On nous montre que grâce aux crédits à la consommation, on peut tout avoir ! On est poussé à acheter plus que de raison, et plus qu’on ne le peut. Pour notre crédit immobilier, je sers les dents. Je sais qu’il suffit d’un rien.

Au travail, dans le cadre de l’insertion, la question du budget mal géré revient systématiquement : c’est très souvent à cause de fonds non remboursés que les gens se précarisent (quand ça n’est pas à cause de l’impossibilité de trouver du travail, on est d’accord !). La spirale infernale. Malheureusement, c’est une fois dans la pauvreté qu’on se met à apprendre. Quel dommage !

J’en reviens à ma première phrase : On devrait nous apprendre à concevoir et gérer un budget à l’école.

Vous avez tout lu ? Merci ! J’espère que ça pourra donner quelques pistes utiles. Et vous, comment gérez-vous votre budget ?

 

Semer un peu de magie et de poésie dans le quotidien.

21 commentaires

  • LucieQ

    Super article! ça donne vraiment envie de se lancer…
    De notre coté, on ne gère rien niveau budget… et c’est la cata…
    Alors voilà! j’ai décidé à 40 ans de prendre ça en charge… parce qu’on n’a plus le choix…
    Merci à toi pour ce super site que j’ai découvert hier soir!

  • melgane

    200€/mois de nourriture pour deux je pense que c’est le juste prix. Moi je suis à peu près à 100 et je suis toute seule. Je dis à peu près parce que je dépense entre 20 et 25€ par semaine, c’est variable (en fonction de si il me reste des pâtes d’une semaine sur l’autre ou pas haha xD)

    Je suis en Service Civique, donc j’ai 580€/mois (vivent les APL) et je le gère pas trop mal je pense. J’ai juste peur avec l’électricité parce que je suis en mensualités (donc ça va) avec rééquilibrage à la fin de l’année… et comme j’ai des chauffages électriques et une déperdition d’énergie assez monumentale j’ai peur de ce qui va me tomber sur le coin de la figure, je sens que ce que j’ai pu (miraculeusement devrais-je dire) mettre de côté va s’envoler, et comme être bénévole aux Gay Games va me coûter de l’argent, sans parler d’aller à la Diamond League cet été (je me suis pas encore décidée en vrai, parce que ça va me revenir dans les 300€ comme je suis loin de Paris) ben… voilà…
    Mais je suis pas très dépensière, et ça fait quelques mois que je débranche ma télé (et d’autres trucs) quand je suis pas là.

    • Rozie

      Hahaha, nous aussi, c’est variable en fonction des pâtes ^^ ! Et des condiments (genre huile d’olive à reprendre).

      On a aussi eu une mauvaise surprise au rééquilibrage … Heureusement, on avait en amont changé nos habitudes de conso électrique, donc on a eu « que » 100€ de surplus. Les travaux de cette année visent à changer ça ! On va aussi isoler les combles, ça devrait aider …

      Je ne connais pas du tout Gay Games, ni Diamond League : qu’est-ce que c’est ?

      • Melgane

        Les Gay Games en gros c’est comme les JO sauf que toi et moi pouvons aussi participer et que y’a en parallèle des café-débats et des choses comme ça ! Le thème c’est l’inclusion !

        La Diamond League c’est une compèt’ d’athlétisme, c’est un meeting en fait un peu, qui tourne un peu partout dans le monde, et qui dit athlé dit saut à perche et il faut absolument que j’en vois haha ! 🙂

  • Ornella

    Oui j’ai tout lu et je trouve ça fascinant ! Faire les comptes c’est la suprême angoisse pour moi, je ne suis jamais dans le rouge, mais je déteste m’occuper de ça, et je trouve que ton article est très inspirant, ça donne envie de bûcher sur la question et de faire son maximum.

    • Rozie

      Alors tu es comme mon amoureux ! Il ne supporte pas ça, ça le soulage incroyablement que je m’en occupe.

      Moi, j’aime bien ça. Déjà parce que ça me permet de « contrôler » (ma vie et sa qualité, ma richesse, mes projets …) et donc que ça me rassure. Je trouve ça agréable. A chaque fois que j’y mets le nez, je suis satisfaite : voilà une chose bien faite. Bon … Parfois, je suis moins dessus, il arrive que je lâche prise, mais c’est humain !

  • Illyria

    Merci pour cet article intéressant! J’ai pris conscience en janvier qu’il fallait que je me penche vraiment sur la question de gérer mon budget parce qu’avant je ne le faisais pas et du coup je me trouvais limite à la fin du mois…
    C’est intéressant les astuces que tu donnes, je vais me pencher là dessus! Je n’y avais pas pensé pour les assurances, je vais regarder ça en détail! Idem pour la nourriture, ça voudrait le coup que j’étudie la question d’un peu plus près…

    • Rozie

      Les assurances, c’est vraiment un truc auquel on ne pense jamais. Ca se comprend. Je n’y aurais moi-même jamais pensé si on ne me l’avait pas montré !

      J’espère que ça pourra t’aider un peu :).

  • Anne-So - Ze PermaLab

    Très intéressant cet article Rozie ! Et elle est très chouette cette feuille Excel ! Ça m’intéresserait de l’avoir sous le coude.. 🙂
    Tu as bien du courage de gérer tes comptes ET ceux de ta moitié ! Personnellement, j’ai déjà essayé de tenir mes comptes un sacré paquet de fois, et, invariablement, au bout d’un moment, ça me gonfle tellement que je laisse tomber. Mais je suis sûre que je découvrirais des perles si je m’y tenais ! Même si là, comme ça, j’ai l’impression que tout se gère très bien « tout seul » – merci le minimalisme ou les œillères ?
    Je suis tout à fait d’accord avec toi sur l’importance d’apprendre à gérer ses comptes à l’école – et comprendre comment fonctionnent toutes les cochonneries « obligatoires » qu’on nous impose. C’est un vrai labyrinthe, et il y a des trucs tellement tordus qu’on ne pourrait jamais penser de soi-même qu’ils existent si personne ne nous en parle ! Bref, l’administration et la gestion, c’est l’Enfer sur Terre !

    • Rozie

      Je te l’enverrai à l’occas’, en ce cas !

      Ca ne me gène pas de gérer ceux de ma moitié. En fait, c’est plus pratique ! Et j’aime savoir où on en est. Lui, il est content parce qu’il ne s’en préoccupe plus, j’ai juste à le tenir au courant et ça le soulage (il déteste ça : avec les papiers, c’est sa hantise suprême !).

      Oui, c’est extrêmement complexe, toutes ces histoires d’administrations. On tombe dedans sans comprendre ce qui nous arrive. Je crois que l’éducation à ce sujet en sauverait plus d’un !

    • Rozie

      Je te l’enverrai à l’occas’, en ce cas !

      Ca ne me gène pas de gérer ceux de ma moitié. En fait, c’est plus pratique ! Et j’aime savoir où on en est. Lui, il est content parce qu’il ne s’en préoccupe plus, j’ai juste à le tenir au courant et ça le soulage (il déteste ça : avec les papiers, c’est sa hantise suprême !).

      Oui, c’est extrêmement complexe, toutes ces histoires d’administrations. On tombe dedans sans comprendre ce qui nous arrive. Je crois que l’éducation à ce sujet en sauverait plus d’un !

  • Marine

    Je trouve ton article extrêmement intéressant et agréable à lire, je n’ai pas vu les lignes défiler… 😉
    La gestion budgétaire est un sujet qui m’a toujours intéressée, depuis que je suis toute jeune. Étant encore étudiante c’est une grande source de réflexion, que j’étudie avec soin.
    Notre plus grande source de dépense à mon copain et moi se situe au niveau de la nourriture, même si nous avons mis en place bcp d’astuces pour consommer moins : nous cuisinons beaucoup (j’adore ça !), achetons en vrac tout ce que nous pouvons et profitons de nos petits producteurs locaux pour les fruits et légumes. De ce fait, nous allons très peu au supermarché. A côté de ça, nous avons des amis qui se plaignent que manger Bio coûte cher, tout en achetant quantité de chips et de plats préparés (je ne les juge pas, mais je pense qu’il y a bcp d’économies à faire de ce côté-ci…).
    Contrairement à toi je n’ai pas de « planification » particulière comme ton tableau Excel, nous notons simplement nos dépenses dans 2 colonnes avec notre nom, et faisons les comptes. Afin d’équilibrer ces dépenses, celui qui a le plus payé rembourse la différence sur le loyer (dont nous payons chacun une moitié).
    Le groupe Fb que tu proposes semble très intéressant je vais aller voir ça 🙂

    Bonne journée à toi

    • Rozie

      Merci beaucoup Marine !

      Je n’aime pas cuisiner … C’est mon talon d’achille. Mais j’essaie de changer les choses ! Nous achetons au maximum en vrac également, je passe à la Biocoop environ une fois par semaine. Je suis justement entrain de réfléchir à la possibilité d’arrêter le Drive des célèbres supermarchés au profit des producteurs locaux.
      Mais c’est pas super évident : il faut faire 10 magasins différents pour trouver tout ce qu’il nous faut. Ca me décourage pas mal et ça me coûte plus cher puisque je dépense beaucoup plus d’essence. Mais je vais réussir à le parfaire petit à petit.

      Le groupe FB est vraiment super ! C’est une mine d’or, tu peux y aller les yeux fermés !

      Belle semaine à toi ! 🙂

  • marie kléber

    J’avoue que j’ai toujours su gérer mon budget. Je pense que je tiens ça de mon père.
    Je tiens un fichier Excel avec mes dépenses au jour le jour et mes prévisions pour les principaux postes du budget (y compris l’épargne). Pour certains ça parait un peu « trop » rigoureux. Ca me convient, c’est claie et je sais où j’en suis. Et si une « surprise » arrive j’ai un livret A sur lequel l’épargne n’est pas bloquée et me permet de gérer l’imprévu sans stress.
    Je ne sais pas si l’école devrait nous apprendre à gérer un budget (certaines personnes ne s’y feront jamais!) ou bien si nous devons tâtonner une fois impliqués dans la vie active pour trouver ce qui nous convient le mieux.

    • Rozie

      C’est vrai, certaines personnes ne s’y feront sans doute jamais ! ^^

      Tu as l’air d’avoir une bonne organisation.

      Il y a une sorte de tabou sur la gestion de l’argent. Quand tu expliques que tu es rigoureux, automatiquement on se dit que tu es proche de tes sous et donc, soit radine, soit pauvre. « Faut profiter sans avoir tout le temps à regarder ! » … Oui. Et non. Je ne sors pas ma calculette à chaque fois que je veux acheter quelque chose, c’est sûr, et je ne culpabilise pas non plus. M’enfin, il faut tout de même que je sache si c’est possible ou non.

      Dans tous les cas, nous tâtonnons tous, je crois !

    • Rozie

      Et bien … Je crois que oui !

      En fait, d’une manière générale, je suis pour que l’école intègre des cours de « vie pratique » à son programme. Pas nécessairement quelque chose d’approfondi, mais les bases. Parce que nous ne sommes pas tous égaux face à ça, certains parents vont prendre en charge cette partie de l’éducation de leurs enfants, et ça devrait être « normal » mais dans la réalité des faits …

      C’est loin d’être le cas. Il y a ceux, comme moi, qui vont apprendre en autodidacte, et d’autres qui auront des difficultés et qui ne sauront pas comment changer ça. Ca en fait des parents qui ne l’apprendront pas plus à leurs enfants, et le cercle vicieux continue ! Alors que si on instaurait un cours élémentaire là-dessus, on pourrait casser le cercle et tenter d’en créer un nouveau. Tout comme on l’a fait avec la contraception et les cours d’éducation sexuelle.

      On offrirait surtout les mêmes chances pour tous : avoir quelques bases en comptabilité, ce n’est pas du luxe, et de par mon cursus scolaire (littéraire), je n’en ai pas eu un seul. A 15 ans, il ne me venait pas à l’esprit d’en prendre pour que ça me soit utile plus tard. Je le vois au travers du travail : les gens font des fautes budgétaires très graves, et ils atterrissent chez nous (soit dans la grande précarité) alors qu’ils avaient de bons revenus. Ca fait partie des accidents de la vie.

      Mes propres parents, qui pourtant nous ont « bien éduquées » n’ont jamais pensé à nous aider à gérer un budget, c’était la grande débrouille ! Ni à souscrire à une assurance, à nous expliquer ce que c’est, ce qui est obligatoire ou pas … J’ai tout fait toute seule, peut-être aussi parce que je l’ai voulu et qu’ils sentaient que j’étais capable de me débrouiller. Je crois qu’ils ont plus aidé ma soeur, mais dans le sens « on le fait pour toi », et pas dans celui « on va t’apprendre à le faire ».

      Bref, je suis « pour » quelques heures de gestion budgétaire dans le cursus scolaire, pour repartir sur de bonnes bases !

  • nadine

    ca je l’ai toujours dit on devrait apprendre à gérer notre atgent à l’école. Moi j’ai galéré de nombreuses années avec un meilleur salaire que maintenant. Et aujourd’hui avec une bonne méthode un peu comme la tienne on vit mieux avec moins alors que tout a augmenter… voila un article fort utile

    • Rozie

      Merci Nadine !

      Je pense aussi que ce serait fort utile. Ca aiderait, en préventif, de nombreuses personnes. Tout le monde à quelque chose à apprendre sur ce sujet, je pense. Ce n’est pas inné !

  • Sasha

    J’ai de moi-même eu l’idée de me créer un tableur l’an passé. Etant étudiante, je n’ai que les bourses comme revenu et donc mon budget est – comment dire – serré..

    Il est un peu différent du tien. C’est un tableau annuel (un mois = 1 ligne) où j’inscris différentes catégories (loyer, nourriture, essence, loisirs, etc..) en colonne.
    Je fais ensuite la somme totale par mois dépensée toutes catégories confondues mais aussi une somme totale annuelle par catégorie.
    Je peux donc déjà inscrire à l’avance mes prélèvements et j’espère qu’au fil des années ça me donnera une réelle idée de mes dépenses pour chaque catégorie pour anticiper (toujours anticiper 😉 )..
    A côté de ce tableau, j’en ai un autre où j’inscris l’argent gagné (salaire l’été, covoiturage, bourses, etc..), par mois à nouveau. Et un dernier qui répertorie l’épargne sur chacun de mes comptes.

    Ce tableau me permet vraiment de m’y retrouver. Je peux suivre au jour le jour mon budget et gérer plus sereinement mes dépenses sans me mettre dans le rouge.

    • Rozie

      Ah, ne vivre qu’avec les bourses, et les APL ! Que de souvenirs … !
      Oui, j’imagine bien à quel point c’est serré.

      L’essentiel, c’est que tu sois à l’aise avec ton outil, et tu peux être fière de l’avoir créé toi-même. Moi, je n’y arrive pas ! Ces histoires de formule, j’ai tout oublié et j’ai vraiment la flemme de recommencer à comprendre.

      C’est important d’apprendre à gérer son budget. Je dirai même que c’est essentiel !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :