Accueillir un chiot.

Dimanche dernier, nous sommes allés au Lac du Verdon le chercher. Il nous attendait. Il est tout de suite venu nous sentir, regarder dans nos sacs, quémander une caresse. « C’est le plus curieux de tous, le moins craintif ! », nous a-t-elle dit.

Elle avait la larme à l’oeil. Elle nous a expliqué qu’elle allait stériliser ses chiens. « C’est trop dur, c’est trop lourd comme responsabilité, leur trouver une bonne famille … » Elle nous a demandé d’envoyer des nouvelles du « p’tit loup ». J’étais très reconnaissante d’être là, chez elle. J’avais l’assurance qu’il avait vécu ses deux premiers mois entouré d’amour et d’affection, choyé comme jamais. Je me faisais la promesse, en silence, dans ma tête, de perpétrer cette atmosphère.

Elle l’a mis dans mes bras et il n’a plus bougé, la tête posée sur mon épaule. Il devait sentir comme on l’aimait déjà. Je me suis installée dans la voiture, lui sur mes genoux, curieux de tout. Il a vomi un peu. La route était longue et sinueuse. Nous avons fini par l’installer à l’arrière mais il fallait que je reste avec lui. Il ne supportait pas d’être seul. Le contact physique, toujours. Ses petites pattes sur mes cuisses, sa tête enfouie au creux de mon ventre. C’était génial.

Nous étions absolument émerveillés de faire ça, maintenant. On souriait comme des benêts. Cette humeur joviale ne nous a pas quittée depuis. Mon amoureux fond à chaque fois qu’il le regarde écouter, jouer, aboyer, dormir, hoqueter, rêver, demander, pleurer. Moi aussi !

Arrivé à la maison, il nous suivait déjà à la trace. Sage comme une image. Tout calme. Il avait l’air de se sentir relativement à l’aise, mais la timidité l’emportait. Il fallait le rassurer beaucoup. Rester tout près de lui.

Il a tout de suite adopté son panier et ses coussins. C’est son coin refuge. Depuis, on lui a construit une niche avec du parquet en bois (que les anciens propriétaires nous avaient laissé et dont nous n’allions rien faire). On lui a acheté trois jouets pour ses dents qui le travaillent. On lui a donné un peu (trop) de friandises pour le dérider et lui apprendre quelques petites choses.

Petit à petit, il prend ses aises et nous découvrons sa personnalité pétillante. Il râle quand on dit « non » mais obéit quand-même docilement (c’est trop mignon !). Il grogne et jappe pour nous signifier qu’il s’ennuie pendant qu’on (tente de) regarde(r) un épisode de Mindhunter. Il couine pour demander un câlin. Il est tellement heureux quand on joue avec lui ! Quand on se balade, il nous signifie qu’il fatigue en se couchant à nos pieds toutes les deux minutes. Il se met à courir comme un fou dès qu’il aperçoit la maison, pour rentrer.

Il était déjà propre en arrivant, ce qui nous a grandement soulagés ! Il comprend tout, tout de suite. Il sait comment ouvrir les portes, déjà. Quand il sait qu’il n’a pas le droit mais que la tentation est trop forte (les chaussures !), il chaparde discrètement. On s’inquiète alors parce qu’on ne l’entend plus … Il nous suit toujours à la trace ! On s’amuse d’ailleurs à partir chacun d’un côté pour voir qui il va suivre.

On le fait dormir dehors, ce qu’il a du mal à supporter. Huit heures, c’est trop long ! Mais c’est pire dedans, et il faut instaurer des règles. Il n’a pas le droit d’aller dans la chambre. Comme on n’a pas de porte mais un rideau, il pose quand-même ses coussinets sur le parquet de la chambre, avec son petit museau ! Il n’a pas le droit de mordre le côté droit du canapé. Donc il essaie le côté gauche. Interdit aussi. Ha. Bon. Le milieu alors ? Non plus. C’est trop nul la vie, je vais râler comme un ado en m’affalant dans mon panier, dos tourné, na ! (Et pendant ce temps là, on oscille entre être pliés de rire ou être compatissants, voire se sentir coupables. ^^)

Un tas de questions se posent. Le nourrir comment ? Lui apprendre quoi ? L’occuper comment ? Le vacciner ? Le pucer (je sais que c’est obligatoire) ? Et quand ?

Il faut se rendre compte qu’il a tout à apprendre et qu’il n’est pas naturel pour lui d’être embêté par une laisse. Il faut le sociabiliser, l’habituer à la voiture, aux autres animaux, aux autres personnes. Il faut s’assurer qu’il assimile la corvée du collier à quelque chose de positif. Il faut le stimuler. Il faut l’aider à devenir indépendant parce que pour l’instant, sa vie s’arrête complètement dès qu’il est seul : il nous attend pour dormir, manger, boire, faire ses besoins. C’est assez affolant quand on y pense ! Sa dépendance. Notre responsabilité. Nous sommes garants de son bonheur, de sa bonne santé physique et mentale pour les quinze années à venir (minimum !).

Il ne peut pas s’empêcher de mordiller les doigts. Je ne sais pas comment faire pour qu’il arrête. On utilise des jouets faits pour ça, mais les doigts, c’est plus rigolo ! J’ai remarqué qu’il prenait peur, arrêtait et venait s’excuser quand je signifiais ma douleur par un bon « Aie ! » Je tente l’expérience de le faire à chaque fois pour qu’il comprenne qu’il me blesse. Frapper ne m’intéresse pas. Je ne veux pas qu’il m’assimile à une menace ou une douleur. Je mise tout sur le ton de ma voix. Ca fonctionne plutôt bien pour l’instant !

Il adore qu’on lui gratte le ventre. Il se met toujours sur le dos pour qu’on lui gratte le ventre. On l’entend ronronner, c’est amusant ! Il pleure beaucoup quand un obstacle nous sépare, ça l’angoisse qu’on le laisse là, tout seul.

On dirait qu’il est monté sur interrupteur. On/Off. Il a de grandes périodes d’excitation qui semblent ne jamais finir et, d’un coup, il tombe dans un abîme de sommeil. Imprévisible ! Là par exemple, il vient de sauter comme un damné de son panier pour courir dans le salon et attraper au vol le coin de la nappe pour la tirer. Pourtant, il y a deux secondes, il était relativement tranquille … On était morts de rire car très surpris, mais bon, c’est une bêtise et il faut le lui signifier. Sentence : une petite engueulade et un tour à l’extérieur pour calmer ses esprits.

Il faut aussi qu’on lui apprenne à ne pas griffer les portes pour nous signifier qu’il veut rentrer et là … J’avoue ne pas savoir trop comment m’y prendre ! C’est pas inné, la pédagogie ! On est parfois pris au dépourvu. Mais on se documente, on essaie, on se tient à nos règles, à nos mots, à nos intonations, à nos gestes.

Voilà, on accueille un chiot pour la vie. Un petit ouragan qui vient bousculer notre petit train de vie rangé. Grâce à lui, je prends l’habitude de me lever plus tôt. Ca implique de prendre un petit-déjeuner, un thé, de faire quelque pas dehors, de profiter de ma matinée pour jouer avec lui. Ce que je ne faisais pas du tout avant. Mais là, c’est naturel, j’ai envie !

Grâce à lui, on sort plus, on profite de la nature, on se balade, on prend l’air. Ca implique une activité physique. Marcher, courir, se dégourdir les jambes. On ne le faisait pas beaucoup avant, pour pleins de raisons pas vraiment valables. Mais maintenant c’est pareil, on a vraiment envie de le faire, ça a plus de sens.

Un nouveau rythme s’installe, qu’il faut tenir, mais je ne me fais pas trop de soucis pour ça, c’est tellement bien ! Avant de l’accueillir, je pensais que ce chien nous aiderait à améliorer notre mode de vie. J’avais raison, je crois … !

Et bien sûr, c’est beaucoup d’amour au quotidien. Il nous saute dans les bras le matin quand on lui ouvre, le soir quand on rentre. Il vient toujours faire un gros câlin quand on se met à sa hauteur. Il cherche notre attention, il fait tout pour nous plaire … Il est absolument a-do-ra-ble !

Cette première semaine à trois était riche. J’ai l’impression qu’il a déjà énormément grandi, il pousse à vue d’oeil ! Il se renforce chaque jour et nous sommes témoins de ce spectacle éphémère de la vie. C’est très beau. Ca va trop vite … Et vous, comment se sont passés les premiers jours ? Comment éduquez-vous vos animaux, quelles sont vos méthodes ? Comment vous comportez-vous avec eux ?


20 thoughts on “Accueillir un chiot.

  1. Sel Répondre

    C’est un plaisir de lire votre joie et enthousiasme (et sérieux, aussi) pour l’arrivée de votre chiot ! Et oui, la pédagogie, ce n’est pas facile, c’est comme moi qui, au moment de « gronder » le chat, me retrouve à le caresser en lui disant « c’est pas bien, le chat », sur le même ton que quand je lui dit que je l’aime, à peu de choses près :p Du coup, il comprend super bien que je n’aime pas qu’il fasse ses griffes sur le canapé :p

    1. Rozie Répondre

      Hahaha, on a fait ça aussi … ! On ne peut pas s’empêcher de le caresser, c’est fou.

      Bon, il a fallu être plus dur à des moments. Je ne veux pas taper (ou en tout cas, pas vraiment le blesser avec mes mains) mais c’est pas évident, quand on a toujours vu faire comme ça, c’est presque un réflexe inné (mes parents tapent les animaux quand ils font des bêtises). J’ai testé une autre méthode « marquante » mais pas violente pour qu’il comprenne : le prendre et l’obliger à rester devant sa bêtise (genre le pipi dedans) en lui disant que je ne suis pas contente. Ca marche super bien !

      1. Sel Répondre

        Tu parles à une convaincue, pour le coté « taper ne résout rien » (j’ajouterais même, dans le cas de l’éducation d’un animal, ou d’un enfant, d’ailleurs, ça empire plus qu’autre chose) ! L’idéal, pour qu’ils comprennent notre mécontentement (et surtout, de quoi on est mécontents), c’est de les prendre sur le fait, mais ce n’est pas toujours possible…Une autre façon de faire, c’est aussi de les féliciter chaudement quand ils ont le comportement considéré comme approprié (pisser dehors, donc), avec caresses à l’appui et tout.
        L’éducation d’un chien, c’est, je crois, du travail et beaucoup de patience au début, mais c’est tellement chouette ensuite 🙂

        1. Rozie Répondre

          J’ai réussi à le prendre sur le fait plusieurs fois. Maintenant, quand il entend le mot « bêtise », faut voir sa tête ! Il est adorable, c’est dur de le gronder, même quand il fait pipi alors qu’on vient de passer la serpillère ^^.

          Apparemment on a beaucoup de chance avec le notre. Le vétérinaire était absolument stupéfait de l’obéissance du chiot. C’est vrai qu’on n’a pas du tout bataillé pour lui faire comprendre les ordres de base. En cinq minutes, c’était intégré. Il est super sage !

          Il grandit trop vite …. !!

  2. Cueille le jour Répondre

    Rhooo il est adorable !!! J’adore quand ils sont encore tout pataud, c’est tellement drôle et attendrissant !
    Comment ne pas fondre ? C’est dur parfois d’être strict face a leur petite tête mais bon… Il le faut

    Beau week-end à vous 3 !

    1. Rozie Répondre

      Merci Sarah !

      Oh, tu sais, il n’est pas si pataud qu’il en a l’air, le coquin ! Il a une sacrée personnalité ! Ca fait du travail, mais c’est super agréable. Il nous attendrit toujours autant, quand il baille, quand il fait le fou, quand il essaie d’attirer notre attention, quand il dévale les escaliers en courant, quand il oublie la marche et qu’il fait une roulade … Un vrai gamin !

  3. Ornella Répondre

    OOOOOOOH félicitations ! La famille s’agrandit ! Il va te faire du bien ce petit bijou !

    1. Rozie Répondre

      Merciii !!!

      Oui, ça change beaucoup de choses ! Après, ce sera un chat 😉

  4. Céline Dehors Répondre

    Tout cela me rappel les débuts de Jedi… ! J’ai retrouvé un souvenir.
    C’était l’hivers et les premiers jours j’avais vraiment du mal à le sortir la nuit, il avait peur. Il marchait dans mes pas… non pas exactement : il marchait SUR mes pas ! Mais il aimait tellement la neige que ça le motivait. Il y avait trois lampadaires le long du trottoir. Dans la lumière, tout allait bien, mais dès qu’on arrivait dans l’ombre il me collait tellement qu’il manquait de me faire chavirer puis trottinait très vite pour rejoindre rapidement la nouvelle tache de lumière.
    C’était émouvant d’être la maitresse d’un tel petit loup.

    1. Rozie Répondre

      Indiana a peur du noir aussi. Le soir, on allume l’allogène, sinon, il ne nous suit pas. Ou alors jusqu’à un certain point. Après, il se retourne et voit la lumière réconfortante de la maison, alors il court jusqu’à elle !

      Il est tout le temps entrain de marcher sur mes pieds. C’est un peu compliqué pour avancer !

      Oui, c’est émouvant ! Ca donne une nouvelle dimension aux choses de la vie.

  5. Nadège Répondre

    Ton article respire l’amour pour ce petit chiot. Je suis heureuse qu’il s’adapte déjà si bien dans son nouvel univers, ça fait envie d’en adopter quand on lit tout ça *.* c’est mon rêve depuis un bon bout de temps maintenant !
    Je suis sûre que tu trouveras les bons gestes et tactiques pour finir de l’éduquer. En tout cas ce qui est certain c’est que cette petite boule de poil ne manquera jamais d’amour !
    Je vous souhaite beaucoup de bonheur à tous les trois !

    1. Rozie Répondre

      Quand tu y céderas, tu vas adorer ! Difficile de ne pas craquer.

      Mais c’est vrai que mine de rien, c’est un gros changement dans notre organisation quotidienne, ça bouleverse pas mal de choses. On pose une attention constante sur lui et on a parfois du mal à canaliser son énergie. Quand, même après une heure de balade à courir dans tous les sens, il est encore comme un fou dans la maison, on se demande ce qu’on peut faire de plus pour l’épuiser … Mais j’ai ma petite théorie. En vrai, il est fatigué, mais il n’est pas né de la dernière pluie. Il a remarqué que quand il gesticule partout, on lui porte de l’attention. Même si c’est pour le gronder, c’est pas grave. C’est très drôle que capter ses subterfuges pour qu’il aie des contacts (physiques, visuels, oraux). Il est tout le temps entrain de regarder si on le regarde … Un vrai gosse !

      Il ne manquera jamais d’amour, ça, c’est certain ! Mais j’ai peur parfois de ne pas réussir, qu’on l’élève mal ou qu’il prenne « le dessus ».

      Merci beaucoup Nadège ! Je te souhaite la même chose pour quand tu pourras réaliser ton rêve !

  6. Meghan/Morrigan Répondre

    Bref… un BB poilu ! Mais c’est un border et il a surtout besoin de courir. Et de  » travailler » car c’est dans sa nature. Alors pendant la promenade ne pas hésiter à lui lancer bâtons, balles, fressbee…. et l’obliger à rapporter et à donner. Il est heureux et se défoule. Et avec plein de câlins il en redemandera encore et toujours ! J’ai presque le même à la maison : border croisé berger australien. Il est adorable. (mais j’ai été lâche et il vient faire des câlins dans le lit le matin… mais c’est tellement bien que j’ai plus de regrets !)

    1. Rozie Répondre

      Un bébé poilu, oui, c’est tout à fait ça !

      On lui fait une balade d’une heure tous les jours, pour le faire courir. Il adore ça, on sent que c’est vraiment important pour son équilibre (on nous avait prévenu !). J’aime beaucoup, ça me permet de visiter les alentours et de profiter de l’automne ! Et ça me fait sortir aussi. Ce n’est pas que je n’aimais pas ça avant, mais « toute seule » j’apprécie beaucoup moins et je ne le fais pas. J’ai l’impression de renouer avec une partie de moi grâce à lui, ça me rappelle beaucoup de souvenirs d’enfance (nous nous baladions beaucoup !).

      Nous avons balles et freesbee pour lui. Mais la personne qui nous l’a donné nous a dit qu’il ne fallait pas trop le faire durant les balades parce qu’après il se focalise sur ça à chaque fois après dès qu’on le sort, et que ça devient une obsession. Apparemment, c’est un problème récurrent, donc on y fait attention.

      Hahaha, c’es tellement dur de lui refuser le canapé ici ! Heureusement que je suis ferme parce que s’il n’y avait que mon amoureux, je crois que le chiot serait roi 😉 ! Il doit être magnifique ton toutou, chouette croisement !

      1. Céline Dehors Répondre

        Je confirme pour l’obsession : malheureusement nous n’avons pas bien gérer cela avec notre loup à nous et c’est très difficile de le sevrer aujourd’hui… C’est un juste milieu à trouver !

        1. Rozie Répondre

          Pas évident !
          Pour l’instant, Indiana, tout ce qui l’intéresse, c’est qu’on joue avec lui. Parfois il va chercher la balle, et d’autres fois non, c’est trop loin, et c’est nul si on ne court pas avec lui ^^. On y sera attentifs, ce serait dommage de le rendre obsédé par les balles et les bâtons !

  7. Suny Répondre

    Ah, ça m’a fait rire le coup du canapé ! Le nôtre nous a fait le même coup avec les chaussures : ils les a essayées une par une, et une par une, il a fallu lui dire que non, il n’avait pas le droit. Quand on lui disait non, il passait à une autre. ^^ Il n’a jamais trop fait de bêtises, à part me grignoter un coin de chaise longue et faire des trous dans la pelouse (enfin, avec un chien de cette taille, ce sont plutôt des cratères !)
    Nous avons pris quelques cours avec une éducatrice ; ça a été bien pour me donner quelques pistes et méthodes pour l’apprentissage d’ordres simples (qu’il connaissait déjà, pour la plupart…), mais je ne crois pas que dans son cas ça ait été indispensable, parce que c’est un chien sympa, très amical et sociable, pas réactif du tout (pas assez des fois d’ailleurs, il ne pige pas quand les autres chiens le rabrouent ! ^^). Il reste un peu foufou et fait son « rebelle » de temps en temps, mais je crois qu’il faut simplement attendre que l’adolescence se termine.
    Du coup, pour la question d’investir dans des cours (parce que c’est un investissement !), attends un peu de voir s’il est naturellement équilibré ou s’il y a quelques comportements problématiques qu’il faut endiguer avant qu’ils prennent de l’ampleur. Clairement, même si ce sont de bons moments, investir 40€ de l’heure (minimum) pour lui apprendre à faire assis-couché-cherche au clicker (alors que, dans notre cas, il le faisait déjà ! – et que s’il n’a pas envie, il ne le fera pas de toute façon), s’il n’a pas de problème de réactivité, d’agressivité ou de grosse insubordination, c’est quasiment inutile. Mais ce n’est que mon avis ^^ Par contre, s’il y a peu d’autres chiens dans votre entourage, c’est bien si tu trouves un éducateur qui propose des « garderies pédagogiques », pour le sociabiliser, et lui faire plaisir en le laissant jouer avec des petits copains. 🙂
    Lui apprendre des choses sans le frapper, sans même lui crier dessus, c’est tout à fait faisable sans la moindre aide extérieure 😉 Il faut simplement lui donner beaucoup de câlins (et quelques friandises) en retour 😀
    Pour les vaccins et le vermifuge, fais-les rapidement avant qu’il ait des contacts avec d’autres chiens. Je sais que tu n’es pas pour les vaccins, mais pour un chien tu n’as de toute façon pas vraiment le choix, surtout si tu envisages de bouger un peu avec lui. D’autant plus que, si jamais des cas de rage sont constatés dans votre région, votre chien sera euthanasié sans autre forme de procès s’il n’a pas un carnet de vaccins à jour… Il y a assez peu de risques que ça arrive, mais on ne sait jamais… Il faut faire le choix en toute connaissance de cause !

    1. Rozie Répondre

      Ah les chaussures, il commence ici aussi ! J’ai dit non pour trois d’entre elles, et c’est pas fini ^^. Pour l’instant, malgré ses coups de folie, il ne fait pas de bêtises. Il a mordillé une plante d’intérieur mais en même temps, je lui laisse manger la pelouse dehors alors .. Pourquoi pas dedans ?! Ca m’amuse d’imaginer les raisonnements qu’il a dans sa tête.
      Il a tiré la nappe hier. Et il a raclé un petit coin du canapé, du coup.

      J’imagine que quand il sera plus grand, il osera plus arpenter le jardin (pour l’instant, quand on n’est pas là, ses déplacements sont limités) et que certaines plantes qu’on voulait garder en prendront un coup ! Mais c’est le jeu … Et ce n’est pas très grave. Quand je repense à toutes les conneries que la chienne de mon enfance avait fait (en fait, il ne faut rien laisser traîner) !

      Pour les vaccins … C’est pas que je veux pas (je veux d’ailleurs plus que mon mari), ce serait mentir que de dire que je pense que ça ne fonctionne pas. Les vaccins sont utiles pour protéger et bien sûr, on veut toujours protéger ceux qu’on aime ! C’est naturel. En tout cas, ça n’est pas moi qui l’accompagnerais parce que j’en ai une trouille bleue et je ferais une gros malaise à coup sûr !

      Il a déjà été vermifugé et traité contre les puces, on a les rappels à effectuer dans quelques semaines.

      Pour l’instant, il est très attentif et nous obéit super bien ! Il teste un peu, mais je pense que c’est normal, et on a toujours le dessus (ce que je veux dire c’est qu’il finit toujours pas nous obéir, même s’il râle un peu). Et il recncontre d’autres animaux souvent donc … Les cours canins … Bof,bof. On ira si on a vraiment un souci avec lui !

  8. Jahanara Répondre

    Première fois que je commente ici : il a l’air sympa comme tout ce petit chiot, ce qui n’empêche pas de lui faire prendre de bonnes habitudes rapidement. Pour la sociabilité, l’idéal est de prendre contact avec un club d’éducation canine pour l’habituer à voir d’autres chiens et lui donner une éducation de base (marche au pied, rappel, assis, couché…).
    Normalement, il aurait dû être identifié par puce électronique avant que vous le révupériez. Cela dit, il n’est pas trop tard et c’est à voir avec votre vétérinaire lors des vaccins (à faire rapidement).
    Quant au fait de dire « aïe » quand il vous mordille les doigts, c’est logique que ça le fasse lâcher, ses frères et soeurs faisaient pareil quand ils jouaient ensemble !
    Je vous souhaite une belle et longue aventure tous les 3 !

    1. Rozie Répondre

      Bonjour Jahanara !

      Ravie 🙂 !

      Il est adorable oui ! Il comprend tout très vite, en une semaine il sait déjà les « assis, couché, rappel » et pas mal d’autres choses ! Il marche au pas naturellement donc ce qu’on fait, c’est qu’on dit « c’est bien, au pas ! » pour qu’il assimile les mots à ce qu’il fait.

      Au niveau du contact avec d’autres chiens, il y a ce qu’il faut ! Les voisins ont un chien adorable qu’il croise souvent. Mes beaux parents en ont deux qu’il est amené à voir souvent aussi ! Et de nombreuses autres connaissances ont un chien et le but, c’est de vraiment l’emmener partout avec nous.

      La personne qui nous l’a donné nous a dit qu’elle pouvait prendre en charge la puce et les vaccins mais que son vétérinaire voulait attendre qu’il est au moins deux mois. Nous l’avons récupéré à ses 2 mois et 2 jours donc on avait convenu qu’on le ferait nous ! Les questions que je me pose, c’est n’est pas « va-t-on le faire ? », mais plutôt « quand est-ce le mieux ? » On a décidé que ce serait pour début novembre (on aura nos salaires et il aura deux mois et demi).

      Oui, c’est vrai, je n’y avais pensé ! La vie en meute durant ses deux premiers mois l’a déjà formé. Il était déjà propre, docile, connaissait un tas de petites choses qui nous a grandement facilité la tâche !

      Merci beaucoup ! Et merci pour ton passage ici, ton premier commentaire qui me fait très plaisir ! A bientôt !

Répondez-moi :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *